Logo

Le pétrole baisse à New York, l'Opep inquiétant toujours

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole baissaient vendredi à New York peu après l'ouverture, lestés par de nouveaux éléments jugés décourageants sur les intentions de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à l'issue d'une semaine déjà très mauvaise pour le marché.
Vers 13H10 GMT, le prix du baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, cédait 52 cents à 44,14 dollars sur le contrat pour livraison en décembre au New York Mercantile Exchange.

"Les cours subissent un nouveau coup de rumeurs sur une accélération de la production de l'Arabie saoudite et, même, sur un refus de participer au sommet de l'OPEP ce mois-ci", a rapporté Matt Smith, de ClipperData.

Les cours avaient profité de l'annonce fin septembre d'un projet d'accord au sein de l'OPEP sur une baisse générale de la production, mais, depuis maintenant plus d'une semaine, ils n'ont connu que des séances de baisse et effacé leur embellie d'octobre face aux doutes sur la concrétisation de ce pacte.

Les nouvelles rumeurs sur la position de Ryad sont d'autant plus décourageantes que "l'Arabie saoudite est le principal acteur à défendre une baisse de la production", celle-ci devant être mise en oeuvre à l'issue d'un sommet le 30 novembre, a souligné M. Smith.

Selon des informations de presse, l'Arabie saoudite a menacé d'accroître sa production car elle accepte mal le fait que l'Iran, son grand rival régional, est censé être exempté de l'accord au moment où il fait encore son retour sur le marché mondial à la suite de la récente levée de sanctions.

"S'il n'y a que les Saoudiens à réduire leur production, ils vont tout simplement laisser la place à l'Iran pour accroître son offre", a reconnu M. Smith.

Cette actualité n'a fait qu'accroître la pression sur un marché qui doutait déjà depuis la semaine précédente de la conclusion de cet accord, notamment face à l'apparente mauvaise volonté de l'Irak, et a parallèlement subi mercredi l'annonce d'un bond de près de 15 millions de barils des stocks de brut aux Etats-Unis.

"Il y a d'autres risques pour les marchés du pétrole à court terme, avec notamment l'élection présidentielle américaine (mardi) la semaine prochaine", a par ailleurs prévenu Jameel Ahmad, analyste de FXTM.

(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse à New York, l'Opep inquiétant toujours


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.