Menu
A+ A A-

Nouvelle baisse du pétrole, qui n'arrive pas à enrayer sa chute

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont baissé jeudi pour la cinquième séance de suite, restant au plus bas depuis plus d'un mois dans un marché qui ne parvient pas à se défaire de ses inquiétudes quant à la surabondance générale.
Le cours du "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 68 cents à 44,66 dollars sur le contrat pour livraison en décembre au New York Mercantile Exchange (Nymex), après n'avoir connu que des séances de baisse depuis une semaine.

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, qui a observé une évolution semblable, a encore cédé 51 cents à 46,35 dollars sur le contrat pour livraison en janvier à l'International Exchange (ICE).

"La pression reste là, faute de voir comment amoindrir l'offre pour le moment", a résumé Carl Larry, de Frost & Sullivan.

Les cours, qui évoluent depuis plusieurs jours au plus bas depuis la fin septembre, ont tenté un rebond en début de séance, mais sont vite retombés dans le rouge, faute d'actualité réellement encourageante.

Les investisseurs en sont donc revenus au contexte qui plombe le marché depuis la fin de la semaine précédente avec, d'un côté, les doutes sur un accord de baisse de la production au sein de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) et, de l'autre, l'annonce d'un bond massif de presque quinze millions de barils des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis.

Sur ce dernier plan, "le problème, c'est que les raffineries américaines fonctionnent à une cadence ralentie et ne devraient pas vite reprendre leur rythme habituel", en pleine saison de maintenance, a expliqué M. Larry.

"Et si les raffineries ne marchent pas, le pétrole brut n'a nulle part où aller", a-t-il insisté.

D'autres analystes notaient aussi que la production américaine risque de rebondir, car beaucoup de producteurs d'hydrocarbures de schiste sont susceptibles d'avoir accéléré leur activité à la faveur de l'embellie des cours en octobre.


- Ryad monte les prix

Cet essor, sur lequel le marché est désormais totalement revenu, avait suivi l'annonce fin septembre par l'OPEP d'un projet d'accord entre ses membres afin de réduire leur production.

"Mais il va falloir attendre la fin du mois pour assister à de véritables actions face au niveau de l'offre", a prévenu M. Larry.

L'OPEP doit encore mettre en oeuvre le texte à l'issue de son sommet du 30 novembre et les doutes règnent actuellement sur sa capacité à le faire: certains de ses membres en sont déjà exemptés, d'autres semblent désireux de l'être et les derniers chiffres en date montrent que l'offre du cartel reste à un niveau sans précédent.

Certes, dans les derniers développements en date, l'Arabie saoudite, acteur dominant du cartel, "a relevé ses prix vers ses clients asiatiques et cela peut être perçu comme une manière de témoigner de son engagement à parvenir à une baisse de la production", des tarifs plus élevés supposant une offre moindre, a rapporté Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Cette actualité a cependant semblé n'apporter qu'un bref soutien au marché, son aspect symbolique ne semblant pas peser très lourd par rapport aux doutes régnant sur la bonne volonté de pays comme l'Irak, deuxième producteur du cartel, pour freiner leur offre.

La hausse des tarifs saoudiens "peut être interprétée comme quelque chose d'encourageant, mais cela risque de n'être que le reflet de l'évolution saisonnière des raffineries et non d'un véritable rééquilibrage entre l'offre et la demande", a estimé dans une note Tim Evans, de Citi.

De façon plus engageante, "on peut espérer qu'à court terme, des déclarations optimistes de ministres de l'OPEP puissent contribuer à relancer un peu les cours avant le sommet du 30 novembre", a-t-il conclu, tout en exprimant son scepticisme sur les effets concrets du projet d'accord à une échéance plus lointaine.

(c) AFP

Commenter Nouvelle baisse du pétrole, qui n'arrive pas à enrayer sa chute


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite