Menu
A+ A A-

Le pétrole chute face à de multiples signes de surabondance dans le monde

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont baissé mercredi au plus bas depuis plus d'un mois, poursuivant une très mauvaise semaine face à de multiples signes d'une offre jugée trop élevée, aux Etats-Unis comme dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 1,33 dollar, à 45,34 dollars, pour le contrat en livraison en décembre sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), terminant pour la troisième séance de suite au plus bas depuis la fin septembre.

A Londres, son équivalent européen, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 1,28 dollar, à 46,86 dollars, pour le contrat en livraison en janvier sur l'International Exchange (ICE), là aussi au plus bas depuis plus d'un mois.

Si le marché a si lourdement baissé mercredi, "c'est à cause de la plus importante hausse hebdomadaire des stocks américains de brut depuis 1982", a mis en avant Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Alors que les réserves américaines de brut n'avaient presque enregistré que des semaines de baisse depuis deux mois, surprenant régulièrement les analystes, le département de l'Energie (DoE) a brusquement ramené les investisseurs à la réalité en faisant état d'un bond de quasiment 15 millions de barils.

"On est revenu sur l'ensemble des baisses enregistrées depuis le début septembre", a souligné M. Lipow. "Face à un tel bond, le marché est aussi étonné qu'il l'avait été devant toutes ces baisses".

Les investisseurs avaient pourtant été mis en garde par de nombreux analystes quant au fait que les précédents déclins des réserves s'expliquaient par une déprime provisoire des importations, et non par un recul de la production américaine, qui a d'ailleurs augmenté la semaine dernière.

La hausse massive des stocks de brut s'explique aussi par l'activité réduite des raffineries en période de maintenance, les réserves d'essence et de produits distillés (fioul...) ayant d'ailleurs reculé.


- La présidentielle surveillée

"En tout cas, le marché est sous pression au moment où il fait aussi face à une hausse de la production de l'OPEP", enchaîné M. Lipow. "La surabondance générale de pétrole n'est en rien en train de s'améliorer".

Alors que le cartel avait donné fin septembre un soutien au marché en annonçant un projet d'accord entre ses membres pour baisser leur production, le début de la semaine a été marqué par un vaste mouvement de défiance sur ce pacte, qui doit encore être mis en oeuvre lors du sommet de novembre.

"La hausse de la production de l'OPEP accentue la pression sur le cartel pour finaliser cet accord", a écrit Tim Evans de Citi. "Selon une étude de l'agence Bloomberg, la production de l'OPEP a augmenté de 170.000 barils par jour (bj), à un niveau sans précédent de 34,02 millions de bj en octobre".

Il soulignait que la production avait notamment augmenté dans des pays d'ores et déjà exemptés de participer à l'accord comme la Libye et le Nigeria, victimes de troubles géopolitiques, ainsi que l'Iran, en train de faire son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanction.

Désormais, à très court terme, les investisseurs peuvent espérer "que le marché soit en mesure de rebondir un peu sur des prises de bénéfices (...) comme c'est la norme après deux ou trois jours de fort déclin", a avancé James Williams, de WTRG Economics.

Parallèlement, la campagne électorale américaine pourrait également avoir un impact sur le marché de l'or noir, au moment où un sondage donnait vainqueur le républicain Donald Trump contre la démocrate Hillary Clinton, ouvertement préférée par de nombreux investisseurs.

En cas de victoire du candidat républicain le 8 novembre, "la politique énergétique américaine pourrait se retourner vers le pétrole et le charbon, ce qui reflèterait le scepticisme de Donald Trump sur le changement climatique", a commenté Julian Jessop, analyste chez Capital Economics.

"Cela pourrait augmenter la demande de pétrole, mais également soutenir l'industrie et faire grimper l'offre", a-t-il conclu.

(c) AFP

Commenter Le pétrole chute face à de multiples signes de surabondance dans le monde


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 23 mai 2019 à 12:13

    Le pétrole souffre de la hausse des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les réserves américaines ont augmenté la semaine dernière et...

    mercredi 22 mai 2019 à 21:53

    Le pétrole chute avec le bond des stocks américains

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté mercredi dans le sillage d'un bond des stocks de brut et de produits...

    mercredi 22 mai 2019 à 17:26

    Hausse surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis

    New York: Les stocks de pétrole brut et ceux des produits raffinés ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis...

    mercredi 22 mai 2019 à 12:33

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens avant la publication officielle hebdomadaire sur les stocks américains, un rapport...

    mercredi 22 mai 2019 à 05:45

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, après des estimations faisant état d'une hausse surprise des...

    mardi 21 mai 2019 à 21:56

    Les prix du pétrole divergent dans un marché hésitant

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi alors que les investisseurs ont hésité entre les nombreux sujets agitant les...

    mardi 21 mai 2019 à 12:26

    Le pétrole hésite, entre tensions commerciales et risque géo…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mardi sans entrain en cours d'échanges européens alors que les investisseurs s'inquiétaient à la fois du...

    mardi 21 mai 2019 à 06:40

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, après que Ryad eut appelé à prolonger un accord...

    lundi 20 mai 2019 à 21:54

    Le pétrole hésite à la clôture, l'Arabie saoudite veut pours…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après un appel de l'Arabie saoudite à prolonger un...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite