Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole chute face à de multiples signes de surabondance dans le monde

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont baissé mercredi au plus bas depuis plus d'un mois, poursuivant une très mauvaise semaine face à de multiples signes d'une offre jugée trop élevée, aux Etats-Unis comme dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 1,33 dollar, à 45,34 dollars, pour le contrat en livraison en décembre sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), terminant pour la troisième séance de suite au plus bas depuis la fin septembre.

A Londres, son équivalent européen, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 1,28 dollar, à 46,86 dollars, pour le contrat en livraison en janvier sur l'International Exchange (ICE), là aussi au plus bas depuis plus d'un mois.

Si le marché a si lourdement baissé mercredi, "c'est à cause de la plus importante hausse hebdomadaire des stocks américains de brut depuis 1982", a mis en avant Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Alors que les réserves américaines de brut n'avaient presque enregistré que des semaines de baisse depuis deux mois, surprenant régulièrement les analystes, le département de l'Energie (DoE) a brusquement ramené les investisseurs à la réalité en faisant état d'un bond de quasiment 15 millions de barils.

"On est revenu sur l'ensemble des baisses enregistrées depuis le début septembre", a souligné M. Lipow. "Face à un tel bond, le marché est aussi étonné qu'il l'avait été devant toutes ces baisses".

Les investisseurs avaient pourtant été mis en garde par de nombreux analystes quant au fait que les précédents déclins des réserves s'expliquaient par une déprime provisoire des importations, et non par un recul de la production américaine, qui a d'ailleurs augmenté la semaine dernière.

La hausse massive des stocks de brut s'explique aussi par l'activité réduite des raffineries en période de maintenance, les réserves d'essence et de produits distillés (fioul...) ayant d'ailleurs reculé.


- La présidentielle surveillée

"En tout cas, le marché est sous pression au moment où il fait aussi face à une hausse de la production de l'OPEP", enchaîné M. Lipow. "La surabondance générale de pétrole n'est en rien en train de s'améliorer".

Alors que le cartel avait donné fin septembre un soutien au marché en annonçant un projet d'accord entre ses membres pour baisser leur production, le début de la semaine a été marqué par un vaste mouvement de défiance sur ce pacte, qui doit encore être mis en oeuvre lors du sommet de novembre.

"La hausse de la production de l'OPEP accentue la pression sur le cartel pour finaliser cet accord", a écrit Tim Evans de Citi. "Selon une étude de l'agence Bloomberg, la production de l'OPEP a augmenté de 170.000 barils par jour (bj), à un niveau sans précédent de 34,02 millions de bj en octobre".

Il soulignait que la production avait notamment augmenté dans des pays d'ores et déjà exemptés de participer à l'accord comme la Libye et le Nigeria, victimes de troubles géopolitiques, ainsi que l'Iran, en train de faire son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanction.

Désormais, à très court terme, les investisseurs peuvent espérer "que le marché soit en mesure de rebondir un peu sur des prises de bénéfices (...) comme c'est la norme après deux ou trois jours de fort déclin", a avancé James Williams, de WTRG Economics.

Parallèlement, la campagne électorale américaine pourrait également avoir un impact sur le marché de l'or noir, au moment où un sondage donnait vainqueur le républicain Donald Trump contre la démocrate Hillary Clinton, ouvertement préférée par de nombreux investisseurs.

En cas de victoire du candidat républicain le 8 novembre, "la politique énergétique américaine pourrait se retourner vers le pétrole et le charbon, ce qui reflèterait le scepticisme de Donald Trump sur le changement climatique", a commenté Julian Jessop, analyste chez Capital Economics.

"Cela pourrait augmenter la demande de pétrole, mais également soutenir l'industrie et faire grimper l'offre", a-t-il conclu.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 20 septembre 2018 à 14:06

Trump exige de l'Opep une réduction immédiate des prix du pé…

Washington: Le président américain Donald Trump a exhorté jeudi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à faire baisser "maintenant" les prix du...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:03

Dossier Eni/Shell de corruption au Nigeria: deux premières c…

Milan: Une juge de Milan a prononcé jeudi les deux premières condamnations dans un dossier de corruption présumée au Nigeria impliquant les...

jeudi 20 septembre 2018 à 12:16

Le pétrole monte un peu, le marché reprend son souffle

Londres: Les prix du pétrole montaient très légèrement jeudi en cours d'échanges européens après deux séances de hausse marquée dans un marché...

jeudi 20 septembre 2018 à 10:52

Le Premier ministre Français "assume" la hausse de…

Paris: Le Premier ministre Edouard Philippe a dit jeudi "assumer" la hausse des taxes sur les carburants prévue en 2019, jugeant nécessaire...

jeudi 20 septembre 2018 à 05:41

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper en Asie jeudi, portés par un net repli des stocks de brut aux Etats-Unis...

mercredi 19 septembre 2018 à 21:35

Le pétrole profite d'une nouvelle baisse des stocks de brut …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mercredi, portés par l'annonce d'un repli des stocks de brut aux...

mercredi 19 septembre 2018 à 17:49

USA: les stocks de pétrole brut baissent un peu moins que pr…

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé un peu moins que prévu la semaine dernière, selon les chiffres...

mercredi 19 septembre 2018 à 17:35

Corruption en Algérie: ENI et son ex-patron Paolo Scaroni ac…

Milan: L'ex-patron d'Eni, Paolo Scaroni, a été acquitté mercredi de l'accusation de corruption internationale en Algérie, de même que le groupe pétrolier...

mercredi 19 septembre 2018 à 16:06

Le pétrole hésite en attendant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé mercredi en cours d'échanges européens, au lendemain d'une forte hausse et en attendant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite