Menu
A+ A A-

En Angola, sale temps pour la compagnie pétrolière nationale

prix du petrole luandaLuanda: Pendant des années, Sonangol a porté les finances de l'Angola à bout de bras. Mais plombée par la baisse des cours du brut, la compagnie pétrolière nationale traverse aujourd'hui une passe délicate, symbole de la crise économique qui frappe le pays.
Malgré les promesses répétées de "transparence", la santé financière de Sonangol relève à Luanda du secret d'Etat.

Mais ces dernières semaines, plusieurs indiscrétions ont révélé au grand jour les difficultés de l'entreprise dirigée par Isabel dos Santos, fille de l'homme fort du pays Eduardo dos Santos, et femme la plus riche d'Afrique selon le magazine américain Forbes.

A en croire le site d'information Maka Angola, proche de l'opposition, la société de l'Etat angolais, qui a raflé cette année au Nigeria la place de premier producteur d'or noir d'Afrique subsaharienne, a du mal à payer ses factures.

Au point que, toujours selon Maka Angola, la société pétrolière américaine Chevron a exigé début octobre le paiement immédiat d'une dette de 300 millions de dollars, menaçant de rompre leur collaboration.

Sollicitée par l'AFP, Chevron s'est refusé à tout commentaire.

De son côté, Sonangol a reconnu implicitement ses difficultés en affirmant être parvenue avec la "major" à "un accord sur le versement de 200 millions de dollars d'impayés et sur un calendrier de règlement du reste de (sa) dette".

Dans un communiqué, la société a mis en cause "la chute des prix du pétrole" pour justifier son retard dans "l'analyse et la validation" de ses dépenses.


- 'Précaire'

"Sonangol est dans une situation très précaire", confirme à l'AFP Benjamin Augé, de l'Institut français des relations internationales (Ifri). "Comme elle apporte la quasi-totalité des revenus de l'Etat, dont les coûts de fonctionnement n'ont pas baissé drastiquement, il y a plus de retards de paiement aux +majors+" pétrolières.

Depuis la fin en 2002 de la guerre civile, le pétrole a offert à l'Angola une croissance à deux chiffres exceptionnelle, avec un pic de 20% en 2007. Ses ventes contribuent aujourd'hui pour plus de 70% aux recettes fiscales du pays.

Mais lorsque le cours du brut a commencé à fléchir il y a deux ans, il a entraîné dans sa chute toute l'économie. Cette année, la hausse du PIB ne devrait pas dépasser la barre des 2%.

Principale pourvoyeuse de devises du pays, la Sonangol est la première victime de la baisse du prix du baril.

Pour compenser la baisse de ses rentrées de cash, la compagnie a vendu des participations puis obtenu pour 15 milliards de dollars de prêts de la Banque chinoise d'investissement (BCI), en échange d'une hausse de ses livraisons de brut à l'Empire du milieu.

Depuis qu'elle a pris les rênes de la société en juin, Isabel dos Santos a engagé des réformes mais elles n'ont, jusque-là, pas suffi à la remettre à flots.

"La BCI a récemment averti la Sonangol qu'elle ne lui offrirait pas d'autre soutien, à cause de son manque de transparence et son incapacité à honorer ses précédentes échéances", rappelle Alex Vines, du centre de réflexion londonien Chatham House.


- 'Détérioration'

La compagnie a démenti cette semaine avoir essuyé un tel refus. "Sonangol continue de jouir d'une excellente relation avec ses partenaires financiers" et "continuera à remplir ses engagements", a-t-elle proclamé dans un communiqué.

Malgré ces assurances, l'état de santé de la compagnie nationale suscite de plus en plus d'inquiétudes dans le pays.

"La situation de la Sonangol est très préoccupante", juge le politologue Agostinho dos Santos, proche de l'opposition, qui redoute la rupture de contrats avec les "majors" en cas de nouveau défaut de paiement. "Le président doit intervenir, sinon les conséquences seront terribles pour tous les Angolais".

Ces derniers mois, la population, qui n'a que très peu profité du boom pétrolier, a souffert de pénuries de denrées alimentaires ou de médicaments causée par la chute des revenus de l'or noir.

Dans son discours d'ouverture de la session parlementaire, le président Eduardo dos Santos, a assuré que "l'Angola traverse la crise mieux que d'autres pays".

(c) AFP

Commenter En Angola, sale temps pour la compagnie pétrolière nationale


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 21 novembre 2018 à 06:23

    Le pétrole rebondit en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient en Asie mercredi sous l'effet d'achats à bon compte, après avoir dégringolé de près de 7%...

    mardi 20 novembre 2018 à 22:54

    Canada: pas de marée noire après un accident sur une platefo…

    Montréal: Le pétrole ne fuit plus au large de Terre-Neuve et aucune marée noire n'est attendue après le rejet accidentel dans l'océan...

    mardi 20 novembre 2018 à 20:20

    Frappés par la crainte d'un pétrole trop abondant, les cours…

    NYC/Cours de clôture: Les prix du baril de pétrole ont plongé mardi à leur plus bas niveau depuis fin 2017, touchés de...

    mardi 20 novembre 2018 à 16:15

    Le pétrole en baisse, pénalisé par les niveaux de production

    Londres: Les cours du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, approchant de leurs plus bas en plusieurs mois, alors que...

    mardi 20 novembre 2018 à 12:19

    Contre la contrebande, l'Iran veut limiter l'essence à la po…

    Téhéran: L'Iran est en train de réintroduire des cartes limitant la quantité de carburant pouvant être achetée dans les pompes à essence...

    mardi 20 novembre 2018 à 12:16

    Le pétrole repart à la baisse dans un marché incertain

    Londres: Les prix du pétrole baissaient de nouveau mardi en cours d'échanges européens, après avoir légèrement progressé la veille, dans un marché...

    mardi 20 novembre 2018 à 10:07

    Norvège: la production de pétrole rebondit en octobre

    Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a rebondi en octobre mais est restée inférieure aux...

    mardi 20 novembre 2018 à 10:05

    Carburants: Mme Wargon dénonce les contradictions des "…

    Paris: La secrétaire d'Etat à l'Ecologie Emmanuelle Wargon a dénoncé mardi en pleine mobilisation des "gilets jaunes" ceux qui réclament une annulation...

    mardi 20 novembre 2018 à 04:34

    Le pétrole en baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole sont repartis à la baisse mardi en Asie, le marché restant plombé par les inquiétudes sur la...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite