Menu
A+ A A-

Le pétrole rebondit et finit au dessus des 50 dollars le baril à New York

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Après trois séances de baisse, les cours du pétrole ont rebondi jeudi, les investisseurs faisant preuve de prudence dans un marché dominé par la réduction de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a pris 88 cents à 50,06 dollars au New York Mercantile Exchange (Nymex) sur le contrat pour décembre.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a progressé de 49 cents à 50,47 dollars sur le contrat pour décembre sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Les marchés se concentrent sur la perspective d'une réduction de la production de l'OPEP", a indiqué Gene McGillian de Tradition Energy. "L'idée qu'ils doivent se retrouver dans un mois pour finaliser un accord empêche certainement les investisseurs de trop parier sur une baisse".

En septembre, la décision de l'OPEP de réduire sa production avait fait figure de surprise et les investisseurs se montrent donc prudent à l'approche de la réunion de fin novembre qui doit en théorie l'entériner.

Dans ce contexte, le prix du WTI a dépassé jeudi le seuil symbolique des 50 dollars sous lequel il était tombé en début de semaine au moment où se multipliaient les doutes sur les chances du cartel de parvenir à une répartition de quotas de production pays par pays.

"Il y a eu des nouvelles de l'Irak qui demandait à être exonéré des réductions de production à cause de la guerre qu'ils mènent contre des combattants islamistes", a rappelé Gene McGillian.

Les interrogations se sont également faites nombreuses sur la position ambigüe de la Russie, important pays producteur non membre de l'OPEP, qui avait initialement indiqué vouloir se joindre à un accord.

"Un des diplomates russes auprès de l'OPEP a indiqué que la Russie ne se joindrait pas à une réduction, ce qui avait mis les prix sous pression", a rapporté Gene McGillian.


- Stocks américains à retardement

"Au cours du mois qui vient, je m'attends à voir de nombreuses annonces émanant de l'OPEP au sujet d'un gel ou d'une réduction de la production", a ajouté Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

Les cours devraient donc rester sensibles "au va-et-vient des espoirs sur l'OPEP", selon les termes de Matt Smith de ClippperData dans une note.

D'ici là, les membres du cartel n'ont pas à limiter leur production et les analystes s'inquiètent de leurs extractions actuelles.

"Les exportations des 14 membres de l'OPEP ont atteint un rythme record la semaine dernière", a avancé Matt Smith s'appuyant sur ses propres statistiques.

Jeudi, les cours ont également semblé bénéficier à retardement des chiffres hebdomadaires des réserves de pétrole aux Etats-Unis, publiés la veille par le département de l'Energie (DoE).

"Je pense que les statistiques du DoE étaient en fait plutôt encourageantes", a estimé Andy Lipow.

Les stocks de pétrole brut ont reculé de manière inattendue de 600.000 barils au cours de la semaine s'achevant le 21 octobre, ce qui n'avait pas permis aux prix de se maintenir mercredi dans un contexte d'inquiétude sur l'accord de l'OPEP.

Les analystes de BNY Mellon notaient comme possible soutien aux cours l'instabilité politique au Venezuela, où l'opposition a mobilisé mercredi des centaines de milliers de personnes, même si la production pétrolière n'est pour l'instant pas affectée dans le pays.

(c) AFP

Commenter Le pétrole rebondit et finit au dessus des 50 dollars le baril à New York


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 26 mars 2019 à 06:02

    Les cours du pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, mais les inquiétudes demeuraient quant au ralentissement économique mondial...

    lundi 25 mars 2019 à 21:13

    Les cours du pétrole restent prudents face au ralentissement…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après une baisse marquée en fin de semaine dernière...

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite