Menu
A+ A A-

Pétrole: le Kazakhstan ouvre les vannes du gisement géant de Kachagan

prix du petrole bichkekBichkek: Au moment où les grands pays producteurs de pétrole se résignent à limiter leur offre pour faire remonter les prix, le Kazakhstan ouvre progressivement, avec des années de retard, les vannes des oléoducs du gisement géant de Kachagan.
Seize ans après la découverte en mer Caspienne de ce champ d'or noir d'une richesse rare mais d'une complexité technique inédite, cette ex-république soviétique lance ce projet de plus de 50 milliards de dollars dans une relative discrétion, compréhensible vues les difficultés passées.

Le 14 octobre, le consortium international qui l'exploite, NCOC, a annoncé que le gisement, à l'arrêt depuis une tentative de lancement avortée en 2013, avait pu envoyer du pétrole à l'exportation pour la première fois.

Le ministre de l'Energie Kanat Bozoumbaïev avait cependant prévenu: arriver à l'objectif de production "prendra un certain temps".

NCOC, qui regroupe la compagnie kazakh KazmunaiGas, le français Total, l'américain ExxonMobil, l'italien Eni, l'anglo-néerlandais Shell, le chinois CNPC et le japonais Inpex, vise une production de 370.000 barils par jour d'ici à la fin 2017.

A sa découverte en 2000, ce gisement était considéré comme l'un des plus vastes mis au jour en 40 ans et constituait donc un projet essentiel pour le secteur énergétique qui voyait venir le moment où la production d'hydrocarbures de la planète entamerait un déclin inéluctable faute de ressources.

Le Kazakhstan et les entreprises impliquées ont ainsi investi 55 milliards de dollars pour mettre en route Kachagan, qui pose de nombreux défis technologiques: faible profondeur de l'eau, gelée en hiver, et réserves soumises à très hautes pressions.

Le contexte est aujourd'hui bien différent, avec des nouvelles techniques et des investissements massifs permis par des années de pétrole cher ayant conduit à une offre surabondante. Affaiblis par l'effondrement des prix en résultant, les pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) viennent d'arriver à un accord de principe pour baisser leur production.

La Russie, non membre du cartel, s'est dite prête se joindre à cette démarche en gelant le niveau de son offre, une démarche qui a permis au baril de revenir plus de 50 dollars, un niveau jugé cependant insuffisant pour couvrir les coûts des projets les plus complexes.

A contre-courant, la remise en marche de Kachagan risque donc de repousser le rééquilibrage du marché espéré par les producteurs. En septembre, l'OPEP a relevé ses prévisions d'offre pour les pays non membres, en particulier à cause du Kazakhstan.


EFFET 'NÉGLIGEABLE'

"Il faut être très prudent et s'assurer que (le redémarrage) se déroule sans accroc", tempère Andrew Neff, analyste à la société de conseil IHS.

En septembre 2013, Kachagan avait produit ses premiers barils mais des fuites à répétition sur l'oléoduc relié au gisement avaient conduit à sa mise à l'arrêt le 9 octobre suivant. Il aura fallu plus de trois ans pour relancer le projet.

Les autorités locales n'avaient pas caché leur agacement et avaient imposé en 2014 une amende de plus de 700 millions de dollars à NCOC pour violations des normes environnementales.

Elles comptent d'autant plus sur le projet que l'économie kazakhe a été frappée de plein fouet par la chute des prix du pétrole, sa monnaie perdant la moitié de sa valeur.

"Kachagan est important pour l'économie du Kazakhstan comme source de revenus qui peuvent l'aider à régler ses problèmes" liés à la dégradation de ses rentrées liées aux exportations, explique à l'AFP Kassymkhan Kapparov, directeur du Bureau pour la Recherche économique du Kazakhstan, centre de réflexion basé à Almaty.

Mais vu le coût des réparations après les problèmes de 2013 et le niveau des prix, "l'effet sur le budget sera négligeable pendant les premières années", prévient l'expert.

Le Kazakhstan ne compte pas se limiter à ce projet. En juillet, les entreprises exploitant le gisement de Tengiz, l'un des principaux du pays, menées par l'américain Chevron, ont annoncé un investissement spectaculaire de 36,8 milliards de dollars pour y porter la production d'environ 260.000 barils par jour à environ 1 million de barils.

"Pour un pays dont l'économie pourrait se contracter cette année, la situation pourrait commencer enfin à s'éclaircir", constate M. Neff.

(c) AFP

Commenter Pétrole: le Kazakhstan ouvre les vannes du gisement géant de Kachagan


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mardi 17 janvier 2023

    L'Opep table sur une croissance inchangée de la demande de p…

    Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu inchangées mardi ses prévisions sur la croissance de la demande de pétrole...

    mercredi 04 janvier 2023

    La production de pétrole de l'Opep augmente malgré un object…

    Londres: La production de pétrole brut des pays de l'Opep a augmenté en décembre, montre une enquête de Reuters publiée mercredi, bien...

    mercredi 14 décembre 2022

    Croissance de la demande de pétrole ralentie, malgré un lége…

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit toujours pour cette année et l'an prochain une croissance modérée de la demande de pétrole...

    mercredi 14 décembre 2022

    La demande mondiale de pétrole devrait rester solide en 2023…

    Londres: La croissance de la demande mondiale de pétrole devrait ralentir en 2023 tout en restant à un niveau solide avec le...

    mardi 13 décembre 2022

    Malgré la Chine, la prévision de demande de pétrole inchangé…

    Paris: L'Opep a maintenu ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour 2022 et 2023, en dépit du ralentissement de...

    vendredi 09 décembre 2022

    Prix plafond: Poutine menace l'Occident de 'réduire la produ…

    Bichkek: Le président russe Vladimir Poutine a menacé vendredi l'Occident de "réduire la production" de pétrole russe "si nécessaire", quelques jours après...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 31 janvier 2023 à 14:42

    Opep+: Arkab prendra part mercredi par visioconférence aux t…

    ALGER: Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, prendra part, mercredi, par visioconférence, aux travaux de la 47ème réunion du...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:50

    ExxonMobil : profit record de 55,7 milliards de dollars en 2…

    New York: La major pétrolière américain ExxonMobil a dégagé un profit record de 55,7 milliards de dollars (presque autant en francs suisses)...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:05

    Le pétrole baisse, les exportations russes résistent

    Londres: Les prix du pétrole poursuivent leur déclin mardi, lestés par des exportations russes résilientes, tandis que les investisseurs désertent les actifs...

    lundi 30 janvier 2023 à 21:55

    En baisse, le pétrole attend toujours des signes du rebond d…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé lundi pour la troisième séance d'affilée, dans un marché qui s'essouffle à force...

    lundi 30 janvier 2023 à 18:00

    Le pétrole baisse mais une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole baissaient lundi, mais une attaque sur un site militaire Iranien ainsi que l'approche de l'embargo sur l'or...

    lundi 30 janvier 2023 à 17:25

    Guerre en Ukraine : BP revoit en baisse ses prévisions de de…

    Londres: Le géant énergétique britannique BP a revu en baisse ses prévisions de consommation d'énergie mondiale à long terme à cause de...

    lundi 30 janvier 2023 à 13:00

    ⛽️ Augmentation des prix des carburants: Le SP98 frôle les 2…

    Paris: Les tarifs des carburants continuent de grimper depuis le début de l'année en raison de la fin des subventions de l'État...

    lundi 30 janvier 2023 à 12:00

    Le pétrole hésite, une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole évoluaient sans direction forte lundi, mais une attaque sur un site militaire iranien ainsi que l'approche de...

    vendredi 27 janvier 2023 à 23:00

    Le pétrole en repli, sur des prises de profits avant la fin …

    New York: Les prix du pétrole, en hausse en première partie de séance, se sont finalement repliés vendredi, les investisseurs étant tentés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 31 janvier 2022 Depuis vendredi, les cours du pétrole ont perdu plus de 2%.

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite

    ⛽️ Comment est fixé le prix des carburants ?

    Le dimanche 06 février 2022

    Paris: Des forages pétroliers à votre réservoir d’essence en passant par les raffineries, le pétrole subit de nombreuses transformations. Tout ce processus a un prix qui, avec d’autres coûts, impactent, d’une manière plus ou moins importante, le prix du carburant à la pompe. Alors comment est fixé le prix des carburants en France ?

    Lire la suite