Menu
A+ A A-

Le pétrole finit en baisse, plombé par la confusion russe

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en baisse mardi à New York, la confusion régnant autour de la possibilité d'une réduction de la production russe évoquée la veille par Vladimir Poutine.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a baissé de 56 cents à 50,79 dollars sur le contrat pour livraison en novembre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, a perdu 73 cents à 52,41 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Nous avons eu des déclarations russes contradictoires et le marché devient sceptique sur ce que sera la participation de la Russie dans les faits", a résumé Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

La forte progression des cours, à la suite des déclarations de Vladimir Poutine lundi, évoquant une réduction de la production de son pays, a été interrompue par des doutes sur la participation effective des entreprises pétrolières russes à cet effort.

"Le dirigeant de la plus importante compagnie pétrolière russe, Rosneft, a indiqué qu'il n'avait pas l'intention de participer à une réduction de la production", a rapporté John Kilduff de Again Capital.

Le porte-parole de Rosneft, Mikhaïl Leontiev, a ensuite tenté, en vain, de rassurer les marchés sur la participation du groupe public.

M. Leontiev a déclaré mardi aux agences russes qu'en cas d'accord impliquant la Russie, le groupe "respectera en totalité la politique du gouvernement, et respectera tout ce qui sera exigée d'elle dans le cadre de cet accord".

Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, a abondé dans ce sens mais sans parvenir, lui non plus, à dissiper les doutes des investisseurs.

"Nous avons discuté de la situation avec nos compagnies... Et je répète une nouvelle fois que nos compagnies ont exprimé un empressement à se joindre à des actions communes sur le marché du pétrole", a assuré mardi le ministre dans une allocution au Congrès mondial de l'énergie à Istanbul en Turquie.

"Dans le passé, la Russie n'a pas toujours été bonne pour tenir ses engagements", ont rappelé les analystes de WTRG dans une note.

Cette confusion intervient au moment où la position de la Russie est jugée cruciale, deux semaines après la décision de l'Organisation de pays exportateurs de pétrole (OPEP) de réduire sa production.

Cet accord, qui doit encore être finalisé fin novembre, avait orienté les cours à la hausse, mais les investisseurs s'interrogent toujours sur la réaction des pays non-membres du cartel et notamment de la Russie.

La Russie a en effet ouvert à fond les robinets en septembre et a permis d'augmenter de près de 500.000 barils par jour (bj) la production des pays n'appartenant pas à l'OPEP par rapport à août, selon les chiffres de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE).

Quant au cartel de 14 pays, il a pompé au niveau record de 33,64 millions de bj, soit 160.000 bj de plus par rapport à août, mais surtout un bond de 910.000 bj sur un an, toujours d'après l'agence basée à Paris.

Autre facteur à la baisse, "il y a un peu de prises de bénéfices après le bond que l'on a connu" la veille, a ajouté Andy Lipow.

Enfin, le renforcement du dollar pèse sur les cours, car il renchérit mécaniquement le coût du brut, libellé dans cette monnaie, pour les pays utilisant d'autres devises.

Puisque lundi était un jour férié aux Etats-Unis, la publication des chiffres hebdomadaires des stocks de pétrole américain du Département de l'Energie (DoE) est repoussée a jeudi, contre mercredi habituellement.

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit en baisse, plombé par la confusion russe


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 17 juin 2019 à 22:03

    Le pétrole baisse, confusion sur une prochaine réunion de l…

    New York: Les cours du pétrole ont baissé lundi dans un marché surveillant la difficile organisation d'une réunion de l'Organisation des pays...

    lundi 17 juin 2019 à 14:26

    Frets maritimes: les frets secs reculent, les pétroliers div…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont reculé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers ont divergé.

    lundi 17 juin 2019 à 12:43

    Le pétrole baisse un peu sur fond de tensions commerciales

    Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu lundi en cours d'échanges européens dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui...

    lundi 17 juin 2019 à 12:41

    Les prix des carburants en forte baisse dans les stations-se…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont baissé dans leur globalité la semaine dernière, avec une baisse encore plus...

    lundi 17 juin 2019 à 07:29

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie en raison des tensions géopolitiques dans le Golfe mais...

    dimanche 16 juin 2019 à 17:11

    Ryad vise une prolongation de l'accord Opep début juillet

    KARUIZAWA (Japon): Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a annoncé dimanche que l'Opep se réunirait probablement la première semaine de juillet...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:34

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:09

    Pétroliers: Le Kokuta Courageous au mouillage au large des E…

    Dubai: Le Kokuta Courageous, un des deux pétroliers victimes d'une attaque jeudi dans le Golfe d'Oman, est au mouillage au large des...

    vendredi 14 juin 2019 à 21:24

    Scrutant les tensions en mer d'Oman, le pétrole termine en h…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, les investisseurs s'inquiétant des potentielles répercussions sur le marché du...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite