Logo

Le pétrole marque le pas à New York, scepticisme sur la position russe

prix du petrole New YorkNew York: Les prix du pétrole ont marqué le pas mardi à l'ouverture à New York, les investisseurs doutant de la mise en pratique de la réduction de la production évoquée la veille par le président russe Vladimir Poutine.
Vers 13H30 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, concédait 1 cent à 51,34 dollars sur le contrat pour livraison en novembre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le dirigeant de la plus importante compagnie pétrolière russe, Rosneft, a indiqué qu'il n'avait pas l'intention de participer à une réduction de la production", a indiqué John Kilduff de Again Capital, précisant que le conglomérat pétrolier public jouissait d'une relative indépendance vis à vis du pouvoir politique.

"Nous pensons que les chances d'une réduction volontaire de la production russe sont proches de zéro puisque de nombreuses compagnies pétrolières sont privées", ont ajouté par ailleurs les analystes de Commerzbank dans une note.

La production russe a atteint un record en septembre depuis la fin de l'ère soviétique et pourrait, selon certains analystes, encore augmenter au mois d'octobre.

La perspective de voir la Russie se joindre aux efforts de réduction de l'offre annoncés fin septembre par l'Organisation des pays pétroliers (OPEP), dont elle n'est pas membre, avaient permis aux cours de finir à leur plus haut niveau de l'année lundi.

"La Russie est prête à se joindre aux mesures pour limiter la production" de pétrole, avait déclaré le président russe Vladimir Poutine lors du Congrès Mondial de l'Energie à Istanbul lundi, précisant qu'un "gel ou une réduction de la production de pétrole est le seul moyen pour préserver la stabilité du secteur".

Autre facteur, "poussant à la prudence, les chiffres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont montré une production record des pays de l'OPEP", a ajouté John Kilduff.

En septembre, le cartel de 14 pays a pompé au niveau record de 33,64 millions de barils par jour (mbj), soit 160.000 barils par jour (b/j) de plus par rapport à août mais surtout un bond de 910.000 b/j sur un an, a rapporté l'AIE mardi.

Enfin le renforcement du dollar pèse sur les cours car il renchérit mécaniquement le coût du brut pour les pays utilisant d'autres devises.

(c) AFP

Commenter Le pétrole marque le pas à New York, scepticisme sur la position russe


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.