Menu
A+ A A-

Le pétrole finit en baisse, pris d'un accès de prudence

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont baissé vendredi, les investisseurs prenant quelques bénéfices à l'issue d'une bonne semaine dans un contexte d'interrogations persistantes sur l'attitude de l'Opep et de la Russie.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a baissé de 63 cents à 49,81 dollars sur le contrat pour livraison en novembre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, a reculé de 58 cents à 51,93 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"A l'approche du week-end, il y a peut-être eu quelques prises de bénéfices", a mis en avant Bart Melek, de TD Securities.

Le marché pétrolier fait ainsi une pause après avoir pris quelque cinq dollars depuis une dizaine de jours et dépassé jeudi les cinquante dollars à New York pour la première fois depuis juin.

"La tendance reste à la hausse (...) face à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et aux chiffres sur les stocks américains, qui laissent espérer un resserrement de l'offre" en déclin depuis plusieurs semaines, a assuré Kyle Cooper, de IAF Advisors.

Sur le premier plan, les investisseurs essaient d'évaluer les conséquences réelles de l'annonce la semaine dernière d'un accord préliminaire de réduction de l'offre au sein du cartel, dont plusieurs membres rencontreront à Istanbul dans les prochains jours la Russie, grand producteur extérieur à l'OPEP.

"On a toujours franchement peu de certitudes sur l'ampleur de cette réduction... A supposer qu'elle ait lieu" a prévenu M. Melek.

De fait, la mise en oeuvre de l'accord préliminaire, qui marque la première fois depuis deux ans l'intention de l'OPEP de réduire son offre, ne doit se faire que lors du sommet de novembre à Vienne et la participation de la Russie reste une inconnue.

Même si celle-ci, par la voix de son ministère de l'Energie, a jugé vendredi qu'un accord était envisageable d'ici novembre, elle a surtout prévenu que rien n'était à attendre de concret la semaine prochaine.

"Et il y a d'autres acteurs, au sein de l'OPEP, qui ne semblent guère enclins à réduire leur production, tandis que l'Arabie saoudite (membre dominant du cartel) semble vouloir préserver sa part de marché", a énuméré M. Melek.


- Les puits repartent

Quand bien même l'accord préliminaire de l'OPEP est l'objet d'autant d'incertitudes, il a suffi à imprimer depuis la fin septembre un changement de tendance sur le marché, qui n'avait plus vu depuis deux ans un ton aussi conciliant de la part du cartel.

Reste que cet essor pourrait facilement s'interrompre "si l'OPEP intervient pour dire qu'il n'y a pas d'accord", a conclu M. Cooper. Il a noté qu'aux Etats-Unis, "le resserrement de l'offre ne devrait pas durer après déjà plusieurs semaines de baisse des stocks de brut".

Les réserves américains de pétrole brut ont enregistré cinq semaines consécutives de recul, surprenant régulièrement les marchés, mais les observateurs se demandent à quel point cette tendance, surtout liée à un recul des importations, permet d'envisager une résorption durable de l'offre.

Pour l'heure, les investisseurs ont pris connaissance d'une petite hausse hebdomadaire du nombre de puits en activité aux Etats-Unis, selon le décompte du groupe Baker Hughes. Ce décompte étant parfois interprété comme un indicateur avancé de la production.

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit en baisse, pris d'un accès de prudence


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite