Logo

Le pétrole finit en nette hausse après une baisse des stocks aux USA

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement monté mercredi après l'annonce inattendue d'une nouvelle baisse hebdomadaire des réserves de brut aux Etats-Unis, dont le recul dure désormais depuis plus d'un mois.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a monté de 1,14 dollar à 49,83 dollars sur le contrat pour livraison en novembre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, a avancé de 99 cents à 51,86 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"La hausse d'aujourd'hui vient des chiffres sur les réserves" aux Etats-Unis, a résumé Matt Smith, de ClipperData. "On a pris connaissance d'une baisse inattendue des stocks de brut".

Dans ses chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine, le département de l'Energie (DoE) a fait état d'un déclin inattendu de trois millions de baril des réserves de pétrole brut.

"C'est la cinquième semaine consécutive que les stocks de brut baissent de façon inattendue", a souligné Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.

La fédération privée American Petroleum Institute (API) avait préparé les esprits en annonçant mardi soir, dans ses propres estimations, une chute encore plus marquée, mais les investisseurs n'ont finalement pas été déçus.

"Le marché n'a pas trop été surpris à cause des chiffres de l'API, mais la simple confirmation de cette baisse a suffi à entraîner un nouveau mouvement à la hausse", a noté M. Smith.

De plus, "les chiffres du DoE sont plus favorables que ceux de l'API en ce qui concerne les produits" comme l'essence et surtout les distillés comme le fioul, a remarqué dans une note Tim Evans de Citi.


-Ryad baisse les prix

Le déclin des réserves de brut semblait toutefois l'objet de la majorité des commentaires, les analystes soulignant que c'étaient l'activité relativement soutenue des raffineries et le faible niveau des importations qui expliquaient cette évolution plutôt que les évolutions de la production, certes elle-aussi en baisse.

"Tant que la baisse des stocks de brut américains ne sera due qu'à un recul des importations, cela ne voudra absolument pas dire que la surabondance mondiale se réduit", écrivaient déjà les experts de Commerzbank avant que les chiffres du DoE confirment les estimations de l'API.

"Le marché sera sûrement sous pression ailleurs", ont-ils insisté. "Autrement dit, il faut de toute urgence que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) abaisse sa production."

Le cartel a relancé le marché il y a une semaine en annonçant un accord de baisse de sa production, mais la prudence domine beaucoup d'observateurs quant à sa concrétisation, car il ne s'agit que d'une étape préliminaire avant un sommet semestriel en novembre.

"Peut-être que le marché est prêt à se faire à une partie de l'actuelle surabondance, puisque l'OPEP a fait part de son intention de limiter son offre à venir, mais il risque d'être déçu si le sommet du 30 novembre ne permet pas de ratifier pleinement ce projet d'accord", a prévenu M. Evans.

Plusieurs analystes remarquaient que, pour l'heure, le membre dominant du cartel, l'Arabie saoudite, ne semblait guère désireuse d'abandonner des parts de marché, puisqu'elle a réduit ses prix de vente pour l'or noir vers l'Asie et une partie de l'Europe.

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit en nette hausse après une baisse des stocks aux USA


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.