Menu
A+ A A-

Pétrole: l'Arabie a assoupli sa position pour favoriser l'accord d'Alger

prix du petrole RyadRyad: L'Arabie saoudite, affectée par la chute des prix du brut, a cédé aux pressions pour faciliter l'accord surprise de l'Opep pour réduire l'offre, mais veut préserver son leadership sur le marché pétrolier, selon des analystes jeudi.
Chef de file de l'OPEP, Ryad s'opposait depuis deux ans à une réduction de la production, invoquant la défense de ses parts de marché dans un environnement concurrentiel.

Mais lors d'une réunion informelle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) mercredi à Alger, l'Arabie saoudite a accepté, pour parvenir à un accord, que l'Iran, son grand rival, ainsi que le Nigeria et la Libye, deux pays frappés par des violences, soient exemptés d'une telle mesure.

Cela a été perçu comme le signe d'une nouvelle politique que l'Arabie saoudite aurait adoptée sous l'effet d'énormes pressions budgétaires.

Mais des analystes relèvent que le royaume est de loin bien mieux placé que les autres pays producteurs pour résister à l'effondrement des cours du brut, grâce à ses énormes réserves en devises et à une dette limitée.

Il n'y a pas de changement majeur dans la stratégie pétrolière saoudienne, a ainsi déclaré Spencer Welch, consultant de ISH Energy.

L'Arabie saoudite n'a pas été obligée de changer de politique, a-t-il ajouté, rappelant à l'AFP que Ryad s'était dit prêt à un accord si d'autres membres du cartel s'impliquaient.

Après six heures de réunion et des semaines de tractations, l'OPEP a décidé mercredi de ramener sa production à un niveau de 32,5 à 33 millions de barils par jour (mb/j), contre 33,47 mb/j en août, selon le chiffre de l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

Il s'agit de la réduction la plus importante depuis celle décidée en 2008, quand le baril était passé de près de 150 dollars à près de 40.

Il est peu probable que l'Arabie change le jeu même si elle supporte le gros de la réduction de production, a dit Capital Economics au sujet de l'accord de l'OPEP.


- Opposition assouplie

L'accord montre que Ryad a assoupli son opposition à une action coordonnée sur le marché pétrolier, a ajouté la société de conseil britannique.

Mais nous sommes d'avis que le royaume continuera de tolérer des prix pétroliers bas et [va] poursuivre une austérité budgétaire pour s'y adapter.

Ryad a accusé l'an dernier un déficit budgétaire record de 98 milliards de dollars et prévoit 87 milliards de déficit en 2016.

Depuis la mi-2014, l'Arabie saoudite a puisé quelque 170 milliards de dollars dans ses réserves, tombées fin juillet à 560 milliards de dollars.

Après avoir augmenté les prix du carburant, de l'électricité, de l'eau et autres services publics, Ryad a décidé cette semaine de réduire jusqu'à 20% les salaires des ministres et les émoluments des membres du Conseil consultatif.

Le royaume est par ailleurs engagé dans une guerre coûteuse au Yémen et impliqué dans les tensions régionales en Syrie et en Irak.

L'Arabie saoudite a des réserves de plus de 500 milliards de dollars et une dette très limitée. Ainsi, elle est bien mieux placée que la plupart des autres pour faire face à des prix du pétrole bas, souligne M. Welch.

Pour un ancien responsable pétrolier saoudien, Mohammad al-Sabban, l'accord d'Alger ne change pas beaucoup les niveaux de la production saoudienne, même si le royaume réduit ses extractions de 500.000 b/j.

Cela ne fera que ramener la production saoudienne à son niveau de janvier, tel que proposé aux pourparlers pétroliers infructueux tenus en avril à Doha, a-t-il expliqué sur la BBC.

Au cours des derniers mois, le royaume a porté sa production à un niveau record de 10,7 mb/j, contre 10,2 mb/j au début de l'année.

L'analyste koweïtien Kamel al-Harami admet que l'impact économique de la chute des prix avait favorisé l'accord d'Alger, mais qu'en facilitant l'accord, l'Arabie avait marqué un point politique important.

Elle a montré qu'elle contrôlait encore l'OPEP. Elle y a réaffirmé son leadership, a-t-il dit à l'AFP. Elle a fait des concessions, non seulement à l'Iran, mais aussi au Nigeria et à la Libye.

(c) AFP

Commenter Pétrole: l'Arabie a assoupli sa position pour favoriser l'accord d'Alger


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    dimanche 30 juin 2019

    Poutine et Ben Salman d'accord pour prolonger l'accord Opep+…

    Osaka (Japon): La Russie et l'Arabie saoudite se sont accordées sur une prolongation de six à neuf mois de l'accord de réduction de la production de...

    dimanche 16 juin 2019

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    vendredi 26 avril 2019

    Ryad 'et d'autres' sont prêts à augmenter leur production de…

    Washington: Le président américain, Donald Trump, a affirmé vendredi que "l'Arabie saoudite et d'autres" pays étaient d'accord pour augmenter leur production de...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 23 juillet 2019 à 15:27

    Les prix du pétrole en baisse sur fond de tensions commercia…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mardi en cours d'échanges européens, après avoir été stables une bonne partie de la journée...

    mardi 23 juillet 2019 à 12:23

    Le pétrole se stabilise malgré les tensions avec l'Iran

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mardi matin, alors que les tensions dans le détroit d'Ormuz restaient élevées.

    lundi 22 juillet 2019 à 21:14

    La montée des tensions dans le Golfe persique fait grimper l…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse lundi, soutenus par la montée des tensions dans le détroit d'Ormuz...

    lundi 22 juillet 2019 à 16:06

    Perspectives en berne pour les cours du pétrole

    Londres: Le sentiment s'est brutalement détérioré ces derniers jours sur le marché pétrolier, où fonds spéculatifs, producteurs et traders adoptent une position...

    lundi 22 juillet 2019 à 14:44

    BP s'associe à Bunge dans les biocarburants au Brésil

    Londres: Le géant britannique des hydrocarbures BP a annoncé lundi se renforcer dans le marché des biocarburants au travers d'une co-entreprise au...

    lundi 22 juillet 2019 à 12:41

    Les prix des carburants toujours en hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont augmenté dans leur globalité la semaine dernière, avec une hausse plus marquée pour le...

    lundi 22 juillet 2019 à 12:06

    Le pétrole grimpe après l'accroissement des tensions avec l…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient lundi, aidés par les tensions avec l'Iran, dans un marché qui reste cependant prudent du fait...

    dimanche 21 juillet 2019 à 18:16

    Libye: arrêt des exportations depuis un terminal pétrolier (…

    Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé l'arrêt des exportations depuis le terminal pétrolier de Zawiya (ouest), après la...

    samedi 20 juillet 2019 à 16:55

    L'Iran sourd aux appels à libérer un pétrolier battant pavil…

    Londres: L'Iran restait samedi sourd aux multiples appels à libérer un pétrolier battant pavillon britannique arraisonné dans le détroit d'Ormuz, le Royaume-Uni...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite