Menu
A+ A A-

Pétrole: l'Arabie a assoupli sa position pour favoriser l'accord d'Alger

prix du petrole RyadRyad: L'Arabie saoudite, affectée par la chute des prix du brut, a cédé aux pressions pour faciliter l'accord surprise de l'Opep pour réduire l'offre, mais veut préserver son leadership sur le marché pétrolier, selon des analystes jeudi.
Chef de file de l'OPEP, Ryad s'opposait depuis deux ans à une réduction de la production, invoquant la défense de ses parts de marché dans un environnement concurrentiel.

Mais lors d'une réunion informelle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) mercredi à Alger, l'Arabie saoudite a accepté, pour parvenir à un accord, que l'Iran, son grand rival, ainsi que le Nigeria et la Libye, deux pays frappés par des violences, soient exemptés d'une telle mesure.

Cela a été perçu comme le signe d'une nouvelle politique que l'Arabie saoudite aurait adoptée sous l'effet d'énormes pressions budgétaires.

Mais des analystes relèvent que le royaume est de loin bien mieux placé que les autres pays producteurs pour résister à l'effondrement des cours du brut, grâce à ses énormes réserves en devises et à une dette limitée.

Il n'y a pas de changement majeur dans la stratégie pétrolière saoudienne, a ainsi déclaré Spencer Welch, consultant de ISH Energy.

L'Arabie saoudite n'a pas été obligée de changer de politique, a-t-il ajouté, rappelant à l'AFP que Ryad s'était dit prêt à un accord si d'autres membres du cartel s'impliquaient.

Après six heures de réunion et des semaines de tractations, l'OPEP a décidé mercredi de ramener sa production à un niveau de 32,5 à 33 millions de barils par jour (mb/j), contre 33,47 mb/j en août, selon le chiffre de l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

Il s'agit de la réduction la plus importante depuis celle décidée en 2008, quand le baril était passé de près de 150 dollars à près de 40.

Il est peu probable que l'Arabie change le jeu même si elle supporte le gros de la réduction de production, a dit Capital Economics au sujet de l'accord de l'OPEP.


- Opposition assouplie

L'accord montre que Ryad a assoupli son opposition à une action coordonnée sur le marché pétrolier, a ajouté la société de conseil britannique.

Mais nous sommes d'avis que le royaume continuera de tolérer des prix pétroliers bas et [va] poursuivre une austérité budgétaire pour s'y adapter.

Ryad a accusé l'an dernier un déficit budgétaire record de 98 milliards de dollars et prévoit 87 milliards de déficit en 2016.

Depuis la mi-2014, l'Arabie saoudite a puisé quelque 170 milliards de dollars dans ses réserves, tombées fin juillet à 560 milliards de dollars.

Après avoir augmenté les prix du carburant, de l'électricité, de l'eau et autres services publics, Ryad a décidé cette semaine de réduire jusqu'à 20% les salaires des ministres et les émoluments des membres du Conseil consultatif.

Le royaume est par ailleurs engagé dans une guerre coûteuse au Yémen et impliqué dans les tensions régionales en Syrie et en Irak.

L'Arabie saoudite a des réserves de plus de 500 milliards de dollars et une dette très limitée. Ainsi, elle est bien mieux placée que la plupart des autres pour faire face à des prix du pétrole bas, souligne M. Welch.

Pour un ancien responsable pétrolier saoudien, Mohammad al-Sabban, l'accord d'Alger ne change pas beaucoup les niveaux de la production saoudienne, même si le royaume réduit ses extractions de 500.000 b/j.

Cela ne fera que ramener la production saoudienne à son niveau de janvier, tel que proposé aux pourparlers pétroliers infructueux tenus en avril à Doha, a-t-il expliqué sur la BBC.

Au cours des derniers mois, le royaume a porté sa production à un niveau record de 10,7 mb/j, contre 10,2 mb/j au début de l'année.

L'analyste koweïtien Kamel al-Harami admet que l'impact économique de la chute des prix avait favorisé l'accord d'Alger, mais qu'en facilitant l'accord, l'Arabie avait marqué un point politique important.

Elle a montré qu'elle contrôlait encore l'OPEP. Elle y a réaffirmé son leadership, a-t-il dit à l'AFP. Elle a fait des concessions, non seulement à l'Iran, mais aussi au Nigeria et à la Libye.

(c) AFP

Commenter Pétrole: l'Arabie a assoupli sa position pour favoriser l'accord d'Alger


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    mardi 13 novembre 2018

    Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

    Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

    lundi 12 novembre 2018

    Ryad réclame une baisse de production de pétrole d'un millio…

    Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Arabie saoudite a estimé lundi indispensable de réduire la production mondiale de pétrole d'un million de barils...

    lundi 12 novembre 2018

    La production mondiale de pétrole doit être réduite d'un mil…

    Abou Dhabi (Emirats arabes unis): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a déclaré lundi qu'une analyse technique montrait la nécessité de...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:32

    Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:26

    Niger: nouvelle découverte de pétrole à la frontière avec l…

    Niamey: Le Niger a confirmé jeudi soir la découverte par la société algérienne Sonatrach d'un nouveau bassin pétrolier à Kafra, à la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 10:26

    "Gilets jaunes": une "manifestation de solida…

    Paris: La députée Delphine Batho, nouvelle présidente de Génération écologie, a considéré vendredi que manifester avec les "gilets jaunes" contre les taxes...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:58

    GNL: Total espère finaliser en 2019 un accord sur un projet …

    Port moresby: Total espère finaliser au début 2019 un accord pour le développement d'un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) en Papouasie-Nouvelle-Guinée...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite