Menu
A+ A A-

Prudence générale après l'accord surprise à l'Opep pour baisser la production

prix du petrole ParisParis: L'Opep a surpris le monde entier en annonçant un accord sur la réduction de la production d'or noir, poussant les marchés à la hausse, mais de nombreuses inconnues demeurent.
Vers 15H20 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 48,90 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 0,21 cents (+0,47%), tandis que le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) gagnait 0,79%, ou 0,37 cents à 47,42 dollars.

A la Bourse, les valeurs pétrolières étaient nettement à la hausse comme le français Total qui gagnait un peu moins de 4%, tout comme le britannique BP, tandis que Royal Dutch Shell progressait de plus de 6%.

Logiquement, les entreprises consommatrices étaient en recul, comme celles du transport aérien (Air France -1,83%, British Airways -1,45%, Lufthansa -2,97%).

Après six heures de réunion et des semaines de tractations, l'OPEP a décidé de ramener sa production à un niveau de 32,5 à 33 millions de barils par jour, contre 33,47 mbj en août.

- Prudence américaine -

Il s'agit de la plus importante limitation depuis celle décidée durant la crise de 2008, quand le baril était passé de près de 150 dollars à près de 40.

L'initiative de l'OPEP est un développement important pour le marché pétrolier. Il est trop tôt pour dire si cet accord (...) aura un impact sur l'équilibre du marché où l'offre est surabondante par rapport à la demande, a commenté l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui représentent les pays industrialisés consommateurs de pétrole.

Même prudence aux Etats-Unis, du côté des producteurs de pétrole de schiste. Ce sont eux qui ont largement contribué à innonder le marché de pétrole au grand dam de l'OPEP depuis 2014.

Et c'est pour essayer de leur casser les reins que l'Arabie saoudite a tout fait jusqu'ici pour résister à toute réduction de production afin de maintenir des prix bas et les éjecter hors du marché, leurs coûts de production nécessitant un baril plus cher pour être rentable.

La décision de l'OPEP peut créer une hausse des prix sur le court terme mais la hausse devra être durable sur le long terme pour qu'elle conduise à une augmentation des investissements et des nouveaux projets aux Etats-Unis, a déclaré à l'AFP Jeffrey Eshelman, porte-parole de l'organisation américaine IPAA, qui regroupe des entreprises du secteur.

D'une manière générale, plusieurs inconnues planent encore sur cet accord aux yeux des analystes, notamment sur les modalités d'application.

Il est réellement difficile de crier victoire après la décision (que certains qualifient déjà d'historique) de l'OPEP d'hier soir (mercredi), estimaient jeudi matin les analystes de Mirabaud Securities.

- Même dilemme qu'en 2014 -

Les décisions concrètes sur les objectifs de production de chacun de ses membres doivent encore être déterminées lors du sommet semestriel de l'OPEP, qui produit environ 40% du brut mondial, le 30 novembre à Vienne.

Un facteur important sera l'attitude de la Russie, un des principaux exportateurs mondiaux de brut, qui ne fait pas partie de l'OPEP mais a déjà dit qu'elle était pour un gel de la production au niveau record atteint en septembre de cette année, tout en estimant qu'un prix juste du baril devrait se situer entre 50 et 60 dollars.

Il y a eu une décision très positive hier, a affirmé le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak, selon des propos retransmis à la télévision, ajoutant que cet accord aiderait à réduire la volatilité des prix mais que la Russie ne comptait pas produire moins.

Tout dépendra de la situation macroéconomique et des plans des compagnies, mais nous nous concentrons sur le maintien des niveaux de production actuels, a déclaré le responsable russe, précisant qu'il s'agit là d'un principe de base qui a déjà été discuté.

Au total, face à la production extérieure au cartel, l'OPEP pourrait donc se retrouver face au même dilemme qu'en 2014 (quand elle a dû se résoudre à laisser plonger les prix pour préserver ses parts de marché, ndlr) et dans ce cas, les consommateurs devraient bénéficier d'un pétrole bon marché pour un certain temps, selon les analystes de Commerzbank.

Enfin, cela reste très théorique, car dans les faits, nous sommes assez confiants sur le fait que les pays de l'OPEP ne vont pas respecter l'accord.

(c) AFP


Commenter Prudence générale après l'accord surprise à l'Opep pour baisser la production


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    lundi 18 février 2019 à 12:18

    Les prix du pétrole divergent, proches de leur plus haut en …

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts niveaux depuis novembre, dopés...

    lundi 18 février 2019 à 04:27

    Le pétrole orienté en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, lundi en Asie, toujours portés par l'élan d'optimisme de la semaine passée.

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite