Menu
A+ A A-

Le pétrole fléchit, victime de prises de bénéfices et d'un dollar renforcé

  • Cours du pétrole
prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole creusaient leurs pertes vendredi en fin d'échanges européens, sous l'effet conjugué d'une appréciation du dollar après des propos d'un responsable de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de prises de profits.
Vers 16H35 GMT (18H35 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 48,42 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 1,57 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en octobre lâchait 1,35 dollar à 46,27 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir nettement grimpé depuis le début de la semaine, accusaient le coup ce vendredi, d'abord affectés par des prises de bénéfices après leur spectaculaire sursaut de jeudi, puis lestés encore davantage par le renforcement du dollar consécutif à des déclarations de responsables de la Fed.

"Cette semaine, le marché (pétrolier) a accru ses gains grâce à la combinaison d'un dollar plus faible et de la nouvelle surprise que les stocks américains de brut ont enregistré leur plus fort déclin hebdomadaire depuis 1999", rappelait Ole Hansen, analyste chez Saxo Bank.

Les cours du Brent et du WTI avaient en effet bondi après l'annonce par le département américain de l'Énergie (DoE) d'une chute exceptionnelle de presque 15 millions de barils des stocks de brut la semaine dernière aux États-Unis, même si la plupart des analystes prévenaient du caractère conjoncturel de cette baisse, due essentiellement à des problèmes d'approvisionnement provoqués par la tempête Hermine.

Mais la perte de vigueur du dollar, qui a également contribué à soutenir les cours depuis le début de la semaine, n'était plus qu'un lointain souvenir vendredi grâce à des propos de plusieurs responsables de la Fed laissant entendre qu'une hausse progressive des taux était toujours d'actualité et que le plus tôt serait le mieux.

Dernier en date à s'exprimer, Eric Rosengren, président de l'antenne régionale de la Fed de Boston et pourtant réputé jusqu'ici grand partisan d'un maintien des taux bas, a, pour la seconde fois en deux semaines, indiqué vendredi qu'il était temps de normaliser graduellement la politique monétaire américaine.

Ces propos ont permis au dollar de nettement rebondir, pesant à l'inverse sur les achats de pétrole.

"Le prix du pétrole a alternativement bondi et plongé cette semaine, secoué par une forte (mais probablement temporaire) chute des réserves américaines et des spéculations concernant les perspectives pour l'offre", résumaient les analystes de Capital Economics.

Selon ces derniers, la stabilité des prix sur le marché pétrolier pourrait en effet rester un voeu pieux, du moins jusqu'à la réunion informelle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à la fin du mois à Alger.

Mais "même si la Russie et l'Arabie saoudite ont signé (lundi) un accord pour coopération dans la création de marchés stables, un accord à ce stade avec un prix du pétrole proche des 50 dollars est improbable", estimait M. Hansen, précisant qu'à ce niveau, les cours de l'or noir continueraient à encourager les efforts des producteurs hors-OPEP à coûts élevés, notamment en Amérique du Nord, pour conquérir des parts de marché.

Après le rapport surprise du DoE jeudi, les investisseurs seront particulièrement attentifs ce vendredi au décompte hebdomadaire du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis, établi par le groupe privé Baker Hughes et souvent jugé comme un indicateur avancé de la production.

"Si nous assistions à une réduction, cela pourrait fournir aux prix un catalyseur pour une nouvelle flambée", a conclu Craig Erlam, analyste chez Oanda.

(c) AFP

Commenter Le pétrole fléchit, victime de prises de bénéfices et d'un dollar renforcé


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 28 novembre 2022 à 21:15

    Le pétrole se ressaisit, rumeurs d'une possible réduction de…

    Cours de clôture du pétrole: Les cours du pétrole se sont repris lundi en fin de séance après avoir touché des plus bas...

    lundi 28 novembre 2022 à 17:05

    Chine, récession: le pétrole retombe à son plus bas de l'ann…

    Londres: Après avoir frôlé leurs records historiques en mars, les cours du pétrole sont lourdement retombés pour retrouver leur niveau de début...

    lundi 28 novembre 2022 à 16:15

    ⛽️ Les prix des carburants en légère baisse

    Paris: Les prix des carburants en France étaient légèrement en baisse la semaine passée. Concernant la moyenne des cours du pétrole Brent daté sur la semaine...

    samedi 26 novembre 2022 à 20:43

    L'Ukraine veut plafonner le pétrole russe entre 30 et 40 dol…

    Kiev: Le président ukrainien Volodimir Zelensky a déclaré samedi que le prix du pétrole russe transporté par voie maritime devrait être plafonné...

    vendredi 25 novembre 2022 à 21:00

    Le pétrole en baisse, l'incertitude pèse sur le marché

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse vendredi, orientés par l'incertitude qui pèse sur le marché, quant au...

    vendredi 25 novembre 2022 à 12:50

    Le pétrole remonte, les débats sur un plafond des prix russe…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi alors que les débats se poursuivent au sein de la coalition qui veut plafonner le...

    jeudi 24 novembre 2022 à 18:50

    Un plafonnement du prix du pétrole russe à 65 / 70 dollars p…

    Moscou: Le plafonnement prévu du prix du baril de pétrole russe entre 65 et 70 dollars ne devrait pas réduire immédiatement les...

    jeudi 24 novembre 2022 à 18:25

    Le pétrole se stabilise, faible impact du plafond des prix d…

    Londres: Les prix du pétrole stagnaient jeudi, encore freinés par la perspective d'un plafonnement du prix du pétrole russe peu restrictif et...

    jeudi 24 novembre 2022 à 12:27

    Le pétrole baisse, faible impact du plafond des prix du brut…

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient encore jeudi, lestés par la perspective d'un plafonnement du prix du pétrole russe peu restrictive et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 28 novembre 2022 Les cours pétroliers ont effacé quasiment tous leurs gains de cette année en raison des craintes sur la demande chinoise.

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le mercredi 16 novembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    Les prix du pétrole sont prêts à s'envoler cet hiver

    Le mardi 08 novembre 2022 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: Dans moins d'un mois (le 5 décembre), un embargo sur les exportations maritimes de pétrole brut russe vers l'Union européenne entrera en vigueur. En conséquence, l'offre mondiale de pétrole devrait se resserrer considérablement, la Russie étant le plus grand exportateur de pétrole et de carburants au monde. Le marché pétrolier s'y prépare.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite