Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole en baisse après sa flambée de la veille due aux stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole repartaient à la baisse vendredi en cours d'échanges européens après avoir bondi la veille dans le sillage d'une chute massive et inattendue des stocks de pétrole brut la semaine dernière aux États-Unis.
Vers 10H30 GMT (12H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 49,25 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 74 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en octobre lâchait 66 cents à 46,96 dollars.

Les prix du pétrole ont reçu un coup de pouce inattendu (jeudi) alors que les chiffres sur les stocks de pétrole de l'EIA (Energy Information Administration, une antenne du département américain de l'Énergie, NDLR) ont confirmé les rapports précédents selon lesquels les réserves américaines (de brut) ont décliné le plus fortement depuis 1999, commentait Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

A la faveur de cette publication, le cours du Brent est même repassé brièvement au-dessus des 50 dollars le baril mais même si nous voyons une petite correction (ce vendredi), la pression à la hausse pourrait se maintenir à court terme sur les prix pétroliers, soulignait Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Les cours du Brent et du WTI ont en effet grimpé de plus de 2 dollars jeudi, prenant jusqu'à plus de 4,5%, dans la foulée de l'annonce, par le département américain de l'Énergie (DoE), d'une baisse hebdomadaire de 14,5 millions de barils des réserves américaines de brut, un chiffre impressionnant puisque les stocks fluctuent rarement de plus de quelques millions de barils d'une semaine à l'autre.

Les réserves de brut n'avaient pas connu une telle baisse depuis 1999, ce qui apporte un soulagement à des investisseurs inquiets du haut niveau de l'offre mondiale, même si certains analystes craignent qu'il soit de courte durée.

Ces derniers se montraient en effet prudents quant à la nature de ce fort déclin, l'attribuant essentiellement à une baisse des importations due à la tempête Hermine qui a empêché de nombreux tankers de décharger leurs cargaisons dans le golfe du Mexique.

Il y a de bonnes raisons de s'attendre à que les stocks rebondissent à nouveau cette semaine, ce qui se traduira dans les chiffres de mercredi prochain, estimait ainsi Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb Markets.

Mais même si Hermine peut être clairement identifié comme le facteur perturbateur, nous sommes toutefois sceptiques sur le fait qu'une inversion complète de ce mouvement va suivre la semaine prochaine, jugeaient les experts de Commerzbank.

Selon ces derniers en effet, les importations de pétrole brut dépassent de 800.000 barils par jour depuis le début du mois de mai le niveau qu'ils avaient à la même période l'an dernier, ce qui devrait encourager à terme une baisse des importations américaines en raison de la saturation des capacités de stockage, d'autant que la stabilisation des prix pourrait dissuader les opérateurs de raffinerie de continuer à surcharger leurs réservoirs.

Dans ce contexte, les investisseurs seront particulièrement attentifs ce vendredi au décompte du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis, établi par le groupe privé Baker Hughes.

Le nombre de puits a atteint un plancher à la fin du mois de mai mais la hausse (qui a suivi) s'est stabilisée au cours des dernières semaines avec un décompte juste au-dessus de 400. Si nous assistions à une réduction (ce vendredi), cela pourrait fournir aux prix un catalyseur pour une nouvelle flambée, concluait M. Erlam.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite