Menu
A+ A A-

Le pétrole pique du nez, l'euphorie ayant fait long feu

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole repartaient à la baisse mardi en fin d'échanges européens, l'euphorie suscitée la veille par l'annonce d'une coopération entre la Russie et l'Arabie saoudite pour stabiliser les prix ayant fait long feu.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 46,88 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en recul de 75 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en octobre lâchait 4 cents à 44,40 dollars.

"Les prix du pétrole ont continué à décliner après qu'une hausse temporaire lundi s'est avérée injustifiée étant donné l'accord limité conclu entre les ministères russe et saoudien", commentait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Les cours pétroliers ont en effet bondi lundi, gagnant jusqu'à 5% en séance, en profitant du fait que "la Russie et l'Arabie saoudite se sont mises d'accord, en marge du G20 en Chine, pour coopérer sur le marché pétrolier mondial", comme l'ont rappelé dans une note les experts de Commerzbank.

Ces déclarations ont relancé les spéculations sur la possibilité d'un gel de l'offre, à l'approche d'une réunion exceptionnelle fin septembre de l'Organisation des pays de pétrole (OPEP), dont Ryad est le chef de file. En outre, la Russie, non membre du cartel, a de son côté tenu des propos.

Toutefois, "aucune mesure concrète n'a été décidée pour l'instant, donc rien n'est susceptible de changer à court terme", ont minimisé les experts de Commerzbank, précisant que l'Arabie saoudite avait explicitement laissé entendre qu'un gel de la production n'était pour l'instant pas nécessaire.

"Il semblerait que la flambée de 5% des prix lundi a été l'occasion pour ceux qui pensent qu'il n'y aura pas d'accord à la réunion informelle de l'OPEP ce mois-ci pour vendre leurs contrats à terme sur le pétrole", expliquait M. Lawler.

L'optimisme suscité par l'accord entre Ryad et Moscou "semble s'être essoufflé" alors que le marché affronte désormais la possibilité qu'aucun gel de la production ne soit finalement conclu fin septembre à Alger, abondait Wayne Heap, analyste chez le courtier Love Energy.

Aussi les cours n'ont guère semblé relancés par des propos tenus mardi par l'Iran, qui a assuré soutenir "toute décision des pays producteurs pour stabiliser le marché pétrolier".

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, a en effet insisté à moult reprises sur le fait que Teheran souhaitait récupérer sa part du marché du brut d'avant les sanctions internationales, qui était d'environ 4 millions de barils par jour (mbj), avant d'envisager une quelconque limitation de son offre.

Ce pays a fait son retour sur le marché mondial cette année à la faveur de la levée des sanctions.

(c) AFP

Commenter Le pétrole pique du nez, l'euphorie ayant fait long feu


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 23 janvier 2019 à 17:03

    Les compagnies pétrolières US disent à l'Opep que leur prod…

    New York: Les compagnies pétrolières américaines ont tenté mercredi d'apaiser les craintes de l'Opep de perdre des parts de marché, expliquant que...

    mercredi 23 janvier 2019 à 15:57

    La compagnie pétrolière Vénézuélienne PDVSA annonce une bais…

    Caracas: La compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien, a déclaré que sa dette avait diminué de 5% l’an dernier, pour atteindre...

    mercredi 23 janvier 2019 à 12:35

    Le pétrole remonte dans un marché volatil

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mercredi en cours d'échanges européens, effaçant une partie de leurs pertes de la veille dans un...

    mercredi 23 janvier 2019 à 04:21

    Le pétrole stable en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, mercredi en Asie, au lendemain d'une baisse provoquée par un regain d'inquiétude quant à l'économie...

    mardi 22 janvier 2019 à 22:11

    Le pétrole pénalisé par les craintes sur la croissance mondi…

    New york: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, fragilisés par les inquiétudes sur la croissance mondiale et de...

    mardi 22 janvier 2019 à 12:14

    Le pétrole recule avec les inquiétudes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens, effaçant leur bond de la veille alors que les inquiétudes sur...

    mardi 22 janvier 2019 à 05:03

    Le pétrole recule en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reculaient mardi en Asie, plombés par l'annonce d'un taux de croissance en Chine, la deuxième économie mondiale...

    lundi 21 janvier 2019 à 17:45

    Les prix des carburants poursuivent leur hausse en France

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont poursuivi leur hausse la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés...

    lundi 21 janvier 2019 à 12:46

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers brut recul…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches comme ceux des pétroliers chargés de brut ont baissé la semaine dernière, tandis...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite