Menu
A+ A A-

Le pétrole sans direction claire après les annonces russo-saoudiennes de la veille

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole évoluaient en ordre dispersé à Londres et New York mardi en cours d'échanges européens, après avoir bondi la veille sur fond d'initiative russo-saoudienne pour stabiliser le marché de l'or noir, le marché restant sceptique sur la portée d'une telle collaboration.
Vers 10H55 GMT (12H55 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 47,42 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 21 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en octobre gagnait 55 cents à 44,99 dollars.

Les prix du pétrole ont connu un sursaut de courte durée (lundi) alors que la Russie et l'Arabie saoudite semblaient signaler une collaboration dans la lutte contre la surabondance de l'offre mondiale (de pétrole), cependant les marchés se sont rapidement ajustés alors que la portée de la déclaration a déçu les attentes, relevait Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

En marge du sommet du G20 en Chine, les ministres de l'Énergie russe, Alexandre Novak, et saoudien, Khaled al-Faleh, ont reconnu l'importance d'un dialogue constructif et d'une coopération étroite entre les principaux pays exportateurs afin de soutenir la stabilité sur le marché dans une déclaration commune.

Mais les deux ministres ont toutefois affiché des positions divergentes quant à l'opportunité d'un gel de la production, trois semaines avant la réunion informelle prévue en Algérie entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), à laquelle Moscou a prévu de prendre part.

Avec le ministre russe indiquant qu'un éventuel gel de la production fera partie des discussions, et le ministre saoudien restant plus circonspect, les réactions à cette annonce (de coopération) ont été mitigées et la volatilité est susceptible de rester la règle du jeu au moins pour l'instant, expliquaient les analystes de JBC Energy.

Aucune mesure concrète n'a été décidée pour l'instant, donc rien n'est susceptible de changer à court terme, abondaient les analystes de Commerzbank, ce qui expliquait que les cours pétroliers aient rapidement annulé leurs gains de la veille ce mardi, même si le WTI restait orienté en hausse, dans l'attente du retour des investisseurs américains, absents du marché lundi en raison d'un jour férié.

Pomme de discorde entre les deux plus gros producteurs de brut au monde, la possibilité de mettre en place un gel de la production, si elle a été défendue par la Russie, a été jugée pour l'heure inutile par Ryad.

Le problème est censé être discuté à la réunion des principaux producteurs de brut à Alger à la fin du mois, à laquelle doit également participer l'Iran.

Téhéran a d'ailleurs fait savoir mardi par la voix de son ministre du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, qu'il soutenait toute décision des pays producteurs pour stabiliser le marché pétrolier, après un entretien avec le secrétaire général l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Mais M. Zanganeh a insisté à moult reprises sur le fait qu'il souhaitait récupérer sa part du marché du brut d'avant les sanctions internationales, qui était d'environ 4 millions de barils par jour (mbj), avant d'envisager une quelconque limitation de son offre.

L'Iran affirme avoir porté sa production à 3,85 mbj, contre 2,7 mbj avant l'accord nucléaire de 2015.

Au cours des trois derniers mois, l'OPEP a augmenté sa production d'environ un million de barils par jour, et produit ainsi de nouveau beaucoup plus que nécessaire, soulignaient les analystes de Commerzbank.

Aussi, selon ces derniers, même dans l'hypothèse qu'un gel de la production soit acté, plafonner l'offre à ses niveaux actuels ne serait plus suffisant pour rétablir immédiatement l'équilibre sur le marché pétrolier.

Cela permettrait seulement d'envisager un marché pétrolier équilibré à la mi-2017 compte tenu des estimations actuelles du département américain de l'Énergie (DoE) concernant la demande pour le pétrole de l'OPEP, poursuivaient-ils.

(c) AFP

Commenter Le pétrole sans direction claire après les annonces russo-saoudiennes de la veille


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 26 mars 2019 à 06:02

    Les cours du pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, mais les inquiétudes demeuraient quant au ralentissement économique mondial...

    lundi 25 mars 2019 à 21:13

    Les cours du pétrole restent prudents face au ralentissement…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après une baisse marquée en fin de semaine dernière...

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite