Menu
A+ A A-

Pétrole: le marché garde la tête froide malgré l'engagement russo-saoudien

prix du petrole LondresLondres: L'annonce lundi d'un renforcement de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Russie pour stabiliser le marché pétrolier a conforté le rebond des prix de l'or noir entamé vendredi même si, avec un gel de la production toujours exclu, la portée d'une telle déclaration semblait limitée.
Six mois après l'échec de la réunion à Doha, le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak et son homologue saoudien Khaled al-Faleh ont signé une déclaration commune en marge du sommet du G20 en Chine, soulignant l'importance d'un dialogue constructif et d'une coopération étroite entre les principaux pays exportateurs afin de soutenir la stabilité sur le marché du pétrole.

Dès dimanche, le président russe Vladimir Poutine et le vice-prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane avaient prôné une coopération renforcée, notamment dans le domaine pétrolier. Le prix du pétrole doit être juste et aujourd'hui il ne l'est pas, a argué lundi devant la presse M. Poutine.

Si l'annonce d'une déclaration saoudienne imminente a fait bondir de 5% les cours du pétrole au début des échanges européens, la hausse s'est apaisée lorsqu'elle a été officiellement publiée, et les gains se sont réduits de plus de moitié.

Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 47,48 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 65 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en octobre gagnait 70 cents à 45,14 dollars.

Il n'y a eu aucun plan ou du moins aucune indication immédiate que cette déclaration allait conduire à une baisse de la production pétrolière, ce qui de nouveau a rendu les investisseurs perplexes, a expliqué à l'AFP Jameel Ahmad, analyste chez FXTM.

Ryad, le chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et Moscou, qui ne fait pas partie du cartel, ont notamment annoncé la création d'un groupe de travail chargé de présenter des recommandations concernant les mesures et les actions communes à prendre pour garantir la stabilité et la prédictibilité du marché.

Les Émirats arabes unis, le Koweït et le Nigeria, tous trois membres du cartel, se sont félicité lundi de la reprise du dialogue entre les deux plus gros producteurs de brut au monde.


- Déclarations de bonne intention ?

Mais à trois semaines d'une réunion informelle des 14 pays de l'OPEP en marge d'un forum énergétique à Alger, l'embellie des relations entre la Russie et l'Arabie saoudite apparaissait à beaucoup comme particulièrement opportuniste, sans présager d'une action concrète le jour venu.

Il faut toujours se méfier des annonces qui sont faites à l'occasion du G20 car ce sont bien souvent des déclarations de bonne intention, a prévenu Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

L'analyste ne voyait en particulier pas de raison valable pour que les deux pays mettent en place un gel de la production en dehors d'un accord global qui inclurait l'Iran et l'Irak, alors même que les prix du pétrole se sont stabilisés cet été.

Fidèle à une ligne défendue de longue date, Khaled al-Faleh a d'ailleurs répété lundi qu'un gel de la production n'était actuellement pas nécessaire car la situation du marché s'améliore de jour en jour.

Cité par l'agence Interfax, le ministre russe de l'Énergie a au contraire indiqué qu'une action commune pourrait se traduire par un gel de production - la mesure la plus efficace- , la mise en place de plafonds et même une baisse de production.

Il pourrait donc y avoir un désaccord de taille entre les deux géants pétroliers sur les mesures à prendre contre la surabondance qui mine le marché de l'or noir depuis plus de deux ans. Un accord sur un gel de la production paraît d'autant plus compromis que l'Iran n'a de cesse de répéter qu'il ne consentira à limiter son offre qu'une fois retrouvés ses niveaux d'avant les sanctions occidentales.

Il ne faut certainement pas prêter trop attention pour le moment à cette annonce (russo-saoudienne), son impact sur les cours sera probablement de très courte durée, a jugé M. Dembik, soulignant que le mieux pour les investisseurs était d'attendre l'issue de la réunion bilatérale prévue courant octobre entre les deux pays, après la rencontre d'Alger.

(c) AFP

Commenter Pétrole: le marché garde la tête froide malgré l'engagement russo-saoudien


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:58

    GNL: Total espère finaliser en 2019 un accord sur un projet …

    port moresby: Total espère finaliser au début 2019 un accord pour le développement d'un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) en Papouasie-Nouvelle-Guinée...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:40

    Le pétrole continue de monter en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse en Asie vendredi après avoir dégringolé pendant un moment mais restaient sous pression du...

    jeudi 15 novembre 2018 à 21:50

    Le pétrole poursuit sa convalescence malgré un bond des stoc…

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé jeudi, poursuivant leur timide rebond entamé la veille après une série de plongeons...

    jeudi 15 novembre 2018 à 17:45

    USA: la production record de pétrole brut tire les stocks à …

    New York: Les stocks de pétrole brut aux États-Unis ont augmenté bien plus que prévu la semaine dernière, tirés notamment par une...

    jeudi 15 novembre 2018 à 16:20

    Le pétrole remonte encore mais les craintes de surabondance …

    Londres: Les cours du pétrole montaient jeudi en cours d'échanges européens pour la deuxième séance consécutive sans parvenir à effacer les pertes...

    jeudi 15 novembre 2018 à 12:46

    La Russie satisfaite d'un baril de pétrole à 70 dollars (Pou…

    Singapour: Un baril de pétrole à 70 dollars "convient parfaitement" à la Russie, a indiqué jeudi Vladimir Poutine, tout en promettant de...

    jeudi 15 novembre 2018 à 12:25

    Les prix du pétrole divergent, le marché hésite avant les st…

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient jeudi en cours d'échanges européens, alors que les données hebdomadaires sur les réserves américaines pourraient éclairer...

    jeudi 15 novembre 2018 à 05:42

    Le pétrole repart à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reprenaient leur chute jeudi en Asie après avoir rebondi, des estimations sur les stocks de brut américain...

    mercredi 14 novembre 2018 à 21:39

    Le pétrole rebondit après une série noire

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à New York et Londres ont rebondi mercredi après avoir cumulé plusieurs séances de...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite