Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole: le marché garde la tête froide malgré l'engagement russo-saoudien

prix du petrole LondresLondres: L'annonce lundi d'un renforcement de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Russie pour stabiliser le marché pétrolier a conforté le rebond des prix de l'or noir entamé vendredi même si, avec un gel de la production toujours exclu, la portée d'une telle déclaration semblait limitée.
Six mois après l'échec des pourparlers de Doha, le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak et son homologue saoudien Khaled al-Faleh ont signé une déclaration commune en marge du sommet du G20 en Chine, soulignant l'importance d'un dialogue constructif et d'une coopération étroite entre les principaux pays exportateurs afin de soutenir la stabilité sur le marché du pétrole et garantir un niveau constant d'investissements sur le long terme.

Dès dimanche, le président russe Vladimir Poutine et le vice-prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane avaient prôné une coopération renforcée, notamment dans le domaine pétrolier, entre leurs deux pays, les plus gros producteurs mondiaux de brut.

Si l'annonce d'une déclaration saoudienne imminente a fait bondir de 5% les cours du pétrole au début des échanges européens, la hausse s'est apaisée lorsqu'elle a été officiellement publiée, et les gains se sont réduits de moitié.

Il n'y a eu aucun plan ou du moins aucune indication immédiate que cette déclaration allait conduire à une baisse de la production pétrolière, ce qui de nouveau a rendu les investisseurs perplexes, nombre d'entre eux se demandant ce que ces annonces signifiaient réellement, a expliqué à l'AFP Jameel Ahmad, analyste chez FXTM.

Ryad, le chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et Moscou, qui ne fait pas partie du cartel, ont notamment annoncé la création d'un groupe de travail chargé de présenter des recommandations concernant les mesures et les actions communes à prendre pour garantir la stabilité et la prédictibilité du marché.

Mais à trois semaines d'une réunion informelle des 14 pays de l'OPEP en marge d'un forum énergétique à Alger, cette reprise du dialogue russo-saoudien apparaissait à beaucoup d'analystes comme particulièrement opportuniste, sans que cela ne préjuge d'une quelconque action concrète le jour venu.

- Déclarations de bonne intention ?

Il faut toujours se méfier des annonces qui sont faites à l'occasion du G20 car ce sont bien souvent des déclarations de bonne intention, et ça pourrait être le cas à propos de cet accord entre l'Arabie saoudite et la Russie, a prévenu Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

L'analyste ne voyait en particulier pas de raison valable pour que les deux pays mettent en place un gel de la production en dehors d'un accord global qui inclurait l'Iran et l'Irak, alors même que les prix du pétrole se sont stabilisés cet été.

Fidèle à une ligne défendue de longue date, Khaled al-Faleh a d'ailleurs répété lundi qu'un gel de la production n'était actuellement pas nécessaire car la situation du marché s'améliore de jour en jour comme en témoigne (l'évolution des) prix.

M. Novak avait pourtant laissé un peu plus tôt la porte ouverte à une telle option, estimant qu'elle faisait partie des instruments concrets possibles tout en répétant néanmoins que l'Iran devait pouvoir augmenter ses volumes d'extraction.

Il pourrait donc y avoir un désaccord sur le fond entre les deux géants du pétrole sur l'opportunité d'un gel de la production de brut, dont la surabondance mine le marché depuis plus de deux ans. Cette perspective paraît en outre d'autant plus compromise que l'Iran n'a de cesse de répéter qu'il ne consentira à un gel de sa production qu'une fois retrouvés ses niveaux d'avant les sanctions occidentales, qu'il pourrait atteindre d'ici deux à trois mois.

Il ne faut certainement pas prêter trop attention pour le moment à cette annonce (russo-saoudienne), son impact sur les cours sera probablement de très courte durée, a jugé M. Dembik, soulignant que le mieux pour les investisseurs était d'attendre l'issue de la réunion prévue courant octobre entre les deux pays avant de tirer des conclusions hâtives.

Alexandre Novak doit en effet rencontrer de nouveau son homologue saoudien à Alger mais aussi le mois prochain à l'occasion d'une réunion bilatérale et lors du sommet de l'OPEP prévu en novembre à Vienne.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite