Menu
A+ A A-

Pétrole: le marché garde la tête froide malgré l'engagement russo-saoudien

prix du petrole LondresLondres: L'annonce lundi d'un renforcement de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Russie pour stabiliser le marché pétrolier a conforté le rebond des prix de l'or noir entamé vendredi même si, avec un gel de la production toujours exclu, la portée d'une telle déclaration semblait limitée.
Six mois après l'échec des pourparlers de Doha, le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak et son homologue saoudien Khaled al-Faleh ont signé une déclaration commune en marge du sommet du G20 en Chine, soulignant l'importance d'un dialogue constructif et d'une coopération étroite entre les principaux pays exportateurs afin de soutenir la stabilité sur le marché du pétrole et garantir un niveau constant d'investissements sur le long terme.

Dès dimanche, le président russe Vladimir Poutine et le vice-prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane avaient prôné une coopération renforcée, notamment dans le domaine pétrolier, entre leurs deux pays, les plus gros producteurs mondiaux de brut.

Si l'annonce d'une déclaration saoudienne imminente a fait bondir de 5% les cours du pétrole au début des échanges européens, la hausse s'est apaisée lorsqu'elle a été officiellement publiée, et les gains se sont réduits de moitié.

Il n'y a eu aucun plan ou du moins aucune indication immédiate que cette déclaration allait conduire à une baisse de la production pétrolière, ce qui de nouveau a rendu les investisseurs perplexes, nombre d'entre eux se demandant ce que ces annonces signifiaient réellement, a expliqué à l'AFP Jameel Ahmad, analyste chez FXTM.

Ryad, le chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et Moscou, qui ne fait pas partie du cartel, ont notamment annoncé la création d'un groupe de travail chargé de présenter des recommandations concernant les mesures et les actions communes à prendre pour garantir la stabilité et la prédictibilité du marché.

Mais à trois semaines d'une réunion informelle des 14 pays de l'OPEP en marge d'un forum énergétique à Alger, cette reprise du dialogue russo-saoudien apparaissait à beaucoup d'analystes comme particulièrement opportuniste, sans que cela ne préjuge d'une quelconque action concrète le jour venu.

- Déclarations de bonne intention ?

Il faut toujours se méfier des annonces qui sont faites à l'occasion du G20 car ce sont bien souvent des déclarations de bonne intention, et ça pourrait être le cas à propos de cet accord entre l'Arabie saoudite et la Russie, a prévenu Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

L'analyste ne voyait en particulier pas de raison valable pour que les deux pays mettent en place un gel de la production en dehors d'un accord global qui inclurait l'Iran et l'Irak, alors même que les prix du pétrole se sont stabilisés cet été.

Fidèle à une ligne défendue de longue date, Khaled al-Faleh a d'ailleurs répété lundi qu'un gel de la production n'était actuellement pas nécessaire car la situation du marché s'améliore de jour en jour comme en témoigne (l'évolution des) prix.

M. Novak avait pourtant laissé un peu plus tôt la porte ouverte à une telle option, estimant qu'elle faisait partie des instruments concrets possibles tout en répétant néanmoins que l'Iran devait pouvoir augmenter ses volumes d'extraction.

Il pourrait donc y avoir un désaccord sur le fond entre les deux géants du pétrole sur l'opportunité d'un gel de la production de brut, dont la surabondance mine le marché depuis plus de deux ans. Cette perspective paraît en outre d'autant plus compromise que l'Iran n'a de cesse de répéter qu'il ne consentira à un gel de sa production qu'une fois retrouvés ses niveaux d'avant les sanctions occidentales, qu'il pourrait atteindre d'ici deux à trois mois.

Il ne faut certainement pas prêter trop attention pour le moment à cette annonce (russo-saoudienne), son impact sur les cours sera probablement de très courte durée, a jugé M. Dembik, soulignant que le mieux pour les investisseurs était d'attendre l'issue de la réunion prévue courant octobre entre les deux pays avant de tirer des conclusions hâtives.

Alexandre Novak doit en effet rencontrer de nouveau son homologue saoudien à Alger mais aussi le mois prochain à l'occasion d'une réunion bilatérale et lors du sommet de l'OPEP prévu en novembre à Vienne.

(c) AFP

Commenter Pétrole: le marché garde la tête froide malgré l'engagement russo-saoudien


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite