Menu
A+ A A-

Le pétrole se reprend un peu grâce à des propos russes après le dévissage de la veille

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole amorçaient un léger rebond vendredi en cours d'échanges européens, profitant d'achats à bon compte après leur nouveau dévissage de la veille ainsi que de déclarations du président russe Vladimir Poutine qui s'est dit favorable à un gel de la production.
Vers 10H20 GMT (12H20 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 45,83 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 38 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en octobre gagnait 34 cents à 43,50 dollars.

Les prix du pétrole ont connu une forte chute pour la troisième séance consécutive (jeudi), le baril de Brent lâchant quelque 3% et celui de WTI environ 4%, relevaient les analystes de Commerzbank.

Le prix de la référence européenne du brut est même tombé jusqu'à 45,32 dollars le baril jeudi et celui de son homologue américain jusqu'à 43 dollars, des plus bas en trois semaines.

Il n'y a eu aucune actualité de nature à déclencher la baisse des prix (jeudi). C'est plutôt la distorsion évidente entre les mots et les actions des producteurs de pétrole qui rend les opérateurs du marché de plus en plus sceptiques et les incite à abandonner leurs positions longues, c'est-à-dire acheteuses, expliquaient-ils.

A l'approche d'une réunion informelle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) fin septembre à Alger, les grands producteurs de brut, membres ou non du cartel, semblent rivaliser d'annonces soufflant le chaud et le froid sur le marché et contribuant largement à la volatilité des cours depuis deux semaines.

Le ministre des affaires étrangères de l'Arabie saoudite a par exemple fait part de son optimisme quant au fait que les producteurs seront en mesure de se mettre d'accord sur une position commune concernant la production de pétrole, rappelaient les experts de Commerzbank.

Mais, précisaient-ils, on a appris dans le même temps que Ryad avait augmenté sa production pour atteindre un record de 10,7 millions de barils par jour (mbj) en août.

A son tour, le président russe Vladimir Poutine a jugé vendredi dans un entretien à Bloomberg qu'un accord entre les pays producteurs de pétrole pour geler le niveau de leur offre et soutenir ainsi les prix serait une bonne décision, appelant à un compromis à moins d'un mois de la réunion informelle du cartel à Alger.

Le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak a par ailleurs répété vendredi que si une telle rencontre avait lieu, la Russie y participerait, précisant prévoir de rencontrer des ministres d'Iran, d'Arabie Saoudite et du Venezuela.

Mais Moscou souhaite exempter l'Iran (de la mise en place d'un plafond de production) en dépit du fait que ce dernier a accru sa production pétrolière de façon significative depuis le printemps et produit déjà à proximité de sa limite, précisaient les analystes de Commerzbank.

Ces signaux divergents sont un coup dévastateur porté à la crédibilité des producteurs d'or noir, il n'est donc pas étonnant que le scepticisme parmi les investisseurs progresse et qu'ils se retirent de plus en plus du marché, concluaient-ils.

Si les propos de M. Poutine ont pu servir de prétexte à un timide rebond des cours, surtout alimenté par des achats à bon compte à l'heure où les prix ont perdu près de 9% en une semaine, de nombreux analystes considéraient que les gains allaient rester limités du fait de l'excès d'offre pesant sur le marché et d'un dollar de nouveau en hausse.

(c) AFP

Commenter Le pétrole se reprend un peu grâce à des propos russes après le dévissage de la veille


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 25 juin 2019 à 12:27

    Le pétrole fait du surplace avant le G20 et l'Opep

    Londres: Les prix du pétrole reculaient à nouveau mardi sans effacer les gains de la semaine précédente dans un marché attentiste face...

    mardi 25 juin 2019 à 06:35

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse en raison de prises de bénéfice après la forte hausse des derniers...

    lundi 24 juin 2019 à 21:27

    Les prix du pétrole divergent: tensions dans le Golfe, inter…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé lundi, hésitant entre les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran...

    lundi 24 juin 2019 à 16:30

    Les prix du pétrole divergent, hésitations russes et tension…

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens, hésitant entre la prudence du ministre russe de l'Energie sur l'avenir...

    lundi 24 juin 2019 à 12:14

    Le pétrole monte, de nouvelles sanctions américaines contre …

    Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, continuant d'être soutenus par les tensions dans le Golfe alors...

    lundi 24 juin 2019 à 12:02

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers montent

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont grimpé la semaine dernière.

    lundi 24 juin 2019 à 05:42

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, subissant toujours les effets de l'instabilité dans le Golfe...

    samedi 22 juin 2019 à 10:14

    En Angola, grand ménage dans le pétrole pour relancer la pro…

    Luanda: La production de pétrole en Angola a chuté en 2018 à son plus bas niveau en dix ans. Mais le président...

    vendredi 21 juin 2019 à 21:41

    Le pétrole monte encore avec les fortes tensions entre Washi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi alors que le président américain Donald Trump a affirmé avoir annulé au...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 21 juin 2019 Les cours du pétrole montaient encore vendredi alors que le président américain Donald Trump a affirmé avoir annulé au dernier moment des frappes contre l'Iran. Vers 14h00 GMT le baril de Brent était en hausse de un dollar tandis que le WTI gagnait 27 cents.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite