Menu
A+ A A-

Le pétrole dégringole, déprimé par les stocks US et déçu par l'Opep

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole chutaient fortement jeudi en fin d'échanges européens, victimes de la progression des stocks américains de brut et de déclarations de grands producteurs semblant éloigner de nouveau toute perspective sérieuse d'un gel de la production.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 45,68 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en recul de 1,21 dollar par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 1,27 dollar à 43,43 dollars.

"Il y a eu un grand élan à la vente depuis (mercredi), qui devrait se calmer, alors que le dollar est soumis à une légère pression et que les prix du pétrole approchent de niveaux techniques clés", expliquait à l'AFP Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com.

Les cours du Brent et du WTI ont en effet nettement décroché jeudi pour une quatrième séance consécutive, jusqu'à passer respectivement sous les seuils des 46 dollars et 44 dollars le baril.

Le prix de la référence européenne du brut est même tombé vers 15H55 GMT jusqu'à 45,62 dollars tandis que son homologue américain a atteint au même moment 43,38 dollars, ses niveaux les plus bas en trois semaines.

"Le déclin du pétrole a été particulièrement fort (ce jeudi) étant donné la faiblesse du dollar dans le sillage de mauvaises données économiques aux États-Unis", abondait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Le billet vert, qui était orienté en hausse depuis le début des échanges asiatiques, a soudainement annulé ses gains après la publication par l'association professionnelle ISM d'une contraction surprise de l'activité dans le secteur manufacturier aux Etats-Unis en août.

Mais l'or noir n'est même pas parvenu à bénéficier de cet accès de faiblesse du billet vert, qui rend normalement les achats de pétrole, libellés dans cette devise, moins chers pour les investisseurs disposant d'autres monnaies.

Si la hausse inattendue des réserves de brut la semaine dernière aux États-Unis, dont le département américain de l'Énergie (DoE) s'est fait l'écho mercredi, a continué à peser sur les cours du pétrole,ravivant les craintes des investisseurs d'une surabondance mondiale, de nouveaux propos de la Russie et de l'Arabie saoudite n'ont rien fait pour arranger les choses.

"Le désintérêt apparent de la Russie pour discuter d'un gel de la production alors que les prix du pétrole sont proches des 50 dollars le baril" a contribué à peser sur l'or noir, soulignait M. Lawler.

D'autant, poursuivait l'analyse, que conformément à la ligne qu'elle défend depuis des mois, l'Arabie saoudite a laissé entendre qu'elle adhèrerait à un gel de la production si d'autres grands producteurs extérieurs au cartel y prenaient part .

Les investisseurs semblaient ainsi progressivement faire une croix sur les espoirs d'un gel de l'offre lors de la réunion informelle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) prévue fin septembre à Alger, alors que cette perspective avait soutenu les cours la majeure partie du mois d'août.

(c) AFP

Commenter Le pétrole dégringole, déprimé par les stocks US et déçu par l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 24 janvier 2019 à 11:07

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du "peak oil" (demande maximale de pétrole). Le plus gros producteur de l’OPEP continue de...

    jeudi 24 janvier 2019 à 05:28

    Le pétrole recule en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reculaient en Asie jeudi, plombés par les inquiétudes sur un ralentissement de la demande mondiale et des...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:30

    Le pétrole lesté par la prudence des investisseurs

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse mercredi dans un marché empreint de prudence alors que persistent les...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:29

    Une guerre des prix du pétrole avec les États-Unis nuirait à…

    Davos: La Russie ne devrait pas essayer de réduire la production américaine de schiste avec une guerre des prix du pétrole, car...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:14

    La compagnie chinoise CNOOC prévoit ses plus fortes dépenses…

    Singapour: CNOOC, le plus grand producteur de pétrole offshore de Chine, prévoit que ses dépenses en capital pour 2019 seront les plus...

    mercredi 23 janvier 2019 à 17:03

    Les compagnies pétrolières US disent à l'Opep que leur prod…

    New York: Les compagnies pétrolières américaines ont tenté mercredi d'apaiser les craintes de l'Opep de perdre des parts de marché, expliquant que...

    mercredi 23 janvier 2019 à 15:57

    La compagnie pétrolière Vénézuélienne PDVSA annonce une bais…

    Caracas: La compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien, a déclaré que sa dette avait diminué de 5% l’an dernier, pour atteindre...

    mercredi 23 janvier 2019 à 12:35

    Le pétrole remonte dans un marché volatil

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mercredi en cours d'échanges européens, effaçant une partie de leurs pertes de la veille dans un...

    mercredi 23 janvier 2019 à 04:21

    Le pétrole stable en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, mercredi en Asie, au lendemain d'une baisse provoquée par un regain d'inquiétude quant à l'économie...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    7 facteurs qui influenceront les prix du pétrole en 2019

    Le mercredi 23 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    2019: L'année dernière, les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en quatre ans, avant de plonger à plus de 30 dollars. De nombreux facteurs ont joué pendant cette période de volatilité, notamment les sanctions iraniennes et la promesse en résultant de l’OPEP + de stimuler la production pour éviter une pénurie d’approvisionnement. La volatilité semble s’être maintenue jusqu’en 2019, l’incertitude régnant dans plusieurs domaines clés des marchés pétroliers de cette année.

    Lire la suite

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite