Menu
A+ A A-

Le pétrole faiblit après les chiffres de l'API et sur fond de dollar toujours vigoureux

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole s'affichaient en petite baisse mercredi en cours d'échanges européens, toujours lestés par la force du dollar et les incertitudes entourant la réunion informelle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) fin septembre, mais également par des chiffres peu encourageants sur les stocks américains.
Vers 10H50 GMT (12H50 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 48,02 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 35 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 26 cents à 46,09 dollars

Les prix du pétrole souffrent ce mercredi avec un dollar plus fort entravant l'univers des matières premières dans leur ensemble et les données sur les réserves américaines de l'American Petroleum Institute (API) (publiées mardi) indiquant que les stocks augmentent une fois de plus, en particulier ceux de produits distillés, relevaient Michael van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets.

Les estimations de l'API ont fait état d'une hausse de 900.000 barils des stocks de pétrole brut tandis que les réserves d'essence ont décliné de 1,6 million de barils et que celles de produits distillés ont progressé de 3 millions de barils, précisait Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Les investisseurs attendent désormais les données hebdomadaires officielles du département américain de l'Énergie (DOE), qui seront publiées à 14H30 GMT.

De leur côté, les analystes interrogés par l'agence Bloomberg News s'attendaient, selon une prévision médiane, à une hausse de 1,3 million de barils des réserves de brut la semaine dernière aux États-Unis, à un déclin de 1 million de barils des stocks d'essence et à un recul de 125.000 barils de ceux de produits distillés (dont le gazole, le fioul de chauffage, et le kérosène).

Mais les cours de l'or noir étaient surtout assujettis à la nette appréciation du dollar dans le sillage de nouvelles déclarations de responsables de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de bons indicateurs aux États-Unis, qui ont relancé les attentes d'un prochain resserrement monétaire outre-Atlantique.

Au cours des deux derniers jours, nous avons souligné le risque baissier pour le pétrole brut car il peinait à s'ajuster au rebond du dollar, ajoutait M. Jakob, soulignant que de nouveaux mouvements étaient susceptibles de se produire sur le marché des changes ce mercredi et d'influencer les prix du pétrole avec la publication du rapport ADP sur l'emploi dans le secteur privé aux États-Unis en août.

Toute appréciation du dollar pèse en effet sur les achats d'or noir, qui sont libellés dans cette monnaie et donc rendus moins avantageux pour les opérateurs disposant d'autres devises.

Enfin, le pétrole restait dépendant des incertitudes concernant le fait de savoir si la réunion conduite par l'OPEP le mois prochain va livrer quoi que ce soit, poursuivaient les analystes d'Accendo Markets.

Une réunion informelle entre les membres de l'OPEP concernant un possible gel concerté de la production doit se tenir fin septembre à Alger en marge du sommet de l'Énergie. La Russie, producteur important non membre de l'OPEP, avait alimenté les spéculations en faisant part de sa volonté de se joindre ultérieurement à un accord.

Mais le scepticisme sur le succès d'une telle entreprise a grandi cette semaine à la suite de diverses déclarations, notamment saoudiennes et iraniennes.

Outre le renforcement du dollar, les cours ont souffert mardi d'informations selon lesquelles l'Iran a l'intention d'augmenter sa production pétrolière jusqu'à 4 millions de barils par jour d'ici la fin de l'année, expliquaient les analystes de Commerzbank, ce qui rend un accord sur des plafonds de production lors de la réunion des principaux producteurs de pétrole à Alger fin septembre moins probable.

(c) AFP

Commenter Le pétrole faiblit après les chiffres de l'API et sur fond de dollar toujours vigoureux


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite