Menu
A+ A A-

Le pétrole hésitant après le discours de Janet Yellen

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole hésitaient sur la marche à suivre vendredi en fin d'échanges européens, se stabilisant après avoir connu des mouvements erratiques dans le sillage des variations du dollar consécutives au discours de la présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed).
Vers 16H30 GMT (18H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 49,49 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 18 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 1 cent à 47,32 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, à l'image de l'ensemble des matières premières, ont été soumis à une forte volatilité ce vendredi, restant suspendus aux aléas des mouvements du dollar entraînés par le discours de la présidente de la Fed Janet Yellen.

Si les prix du pétrole ont tout d'abord décroché à mesure que les premiers éléments des propos de Mme Yellen étaient publiés, suivant un premier renforcement du dollar, ils ont ensuite fortement grimpé à mesure que le billet vert s'affaiblissait, avant de repartir en baisse une fois que la tendance haussière de la devise américaine a semblé confirmé.

La présidente de la Fed a de nouveau promis vendredi une hausse progressive des taux d'intérêt vu l'amélioration de l'économie américaine, tout en restant prudente face aux "perturbations" qui peuvent troubler l'économie.

Dans un discours prononcé vendredi à la conférence monétaire annuelle de Jackson Hole, dans l'ouest des États-Unis, la patronne de la Fed a salué le fait que la première économie mondiale "s'approchait" des objectifs "d'emploi maximum et de stabilité des prix".

"Les arguments pour une hausse des taux d'intérêt se sont renforcés au cours des derniers mois", a-t-elle affirmé, ajoutant que la Fed continuait "de prévoir une augmentation progressive des taux au fil du temps".

Malgré son ton prudent, les marchés, après un temps d'hésitation, ont semblé considérer que le discours de Mme Yellen était plutôt haussier pour les taux américains, ce qui a tendance à renforcer le dollar puisqu'un nouveau resserrement monétaire aux États-Unis rendrait ce dernier plus rémunérateur et donc plus attractif pour les cambistes.

Mais à l'inverse, toute appréciation du billet vert pèse sur les achats d'or noir, libellés en monnaie américaine et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

En outre, sur un plan plus spécifique au marché du pétrole, les investisseurs continuaient à être ballotés au gré des signes venus de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en vue d'une réunion exceptionnelle fin septembre en Algérie.

Dernière actualité en date: le ministre saoudien de l'Énergie Khaled al-Faleh s'est dit opposé à toute réduction de la production, balayant de nouveau les espoirs des investisseurs concernant une baisse de l'offre mondiale de brut.

"Nous écouterons nos collègues, ce qu'ils ont à proposer", a déclaré M. al-Faleh à Bloomberg News dans une interview publiée jeudi. "Je ne crois pas qu'une intervention importante soit nécessaire. Je ne préconise certainement pas une baisse" de production, a-t-il poursuivi.

En outre, Téhéran a insisté ce vendredi sur le fait qu'il souhaitait récupérer sa part du marché du brut d'avant les sanctions internationales, ce qui compromet d'autant plus toute perspective d'accord sur un gel de la production le mois prochain à Alger.

"La grande question reste de savoir si un accord peut être conclu étant donné que les acteurs principaux tels que l'Iran se réservent encore le droit de continuer à augmenter leur production. Si un accord venait à être décidé, il serait initialement considéré comme positif en tant que premier signe que les membres de l'OPEP sont en réalité capables de soutenir les prix" en faisant plus que s'exprimer verbalement, résumait Ole Hansen, analyste de Saxo Bank.

(c) AFP

Commenter Le pétrole hésitant après le discours de Janet Yellen


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 19 juin 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu, l'Opep+ s'accorde sur une date de …

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens dans un marché paisible, à moins de deux semaines de la...

    mercredi 19 juin 2019 à 05:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé, mercredi en Asie, après le net rebond de la veille, lié notamment aux...

    mardi 18 juin 2019 à 21:38

    Le pétrole rebondit avec le retour de l'appétit pour le risq…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont nettement rebondi mardi, profitant de la bonne humeur générale des marchés, alors que la...

    mardi 18 juin 2019 à 16:39

    Le pétrole se reprend malgré l'incertitude sur la réunion de…

    Londres: Les prix du pétrole repassaient dans le vert mardi en cours d'échanges européens, profitant de la bonne humeur générale des marchés...

    mardi 18 juin 2019 à 12:04

    Le pétrole affaibli par des craintes sur la demande mondiale

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse mardi en cours d'échanges européens, fragilisés par des craintes sur la demande mondiale...

    lundi 17 juin 2019 à 22:03

    Le pétrole baisse, confusion sur une prochaine réunion de l…

    New York: Les cours du pétrole ont baissé lundi dans un marché surveillant la difficile organisation d'une réunion de l'Organisation des pays...

    lundi 17 juin 2019 à 14:26

    Frets maritimes: les frets secs reculent, les pétroliers div…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont reculé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers ont divergé.

    lundi 17 juin 2019 à 12:43

    Le pétrole baisse un peu sur fond de tensions commerciales

    Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu lundi en cours d'échanges européens dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui...

    lundi 17 juin 2019 à 12:41

    Les prix des carburants en forte baisse dans les stations-se…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont baissé dans leur globalité la semaine dernière, avec une baisse encore plus...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite