Menu
A+ A A-

Le pétrole tente un rebond après son net déclin consécutif aux stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole tentaient de se reprendre jeudi en cours d'échanges européens après avoir fortement décroché la veille dans le sillage d'une hausse surprise des stocks de pétrole brut aux États-Unis et de prévisions peu encourageantes sur l'offre mondiale.
Vers 10H45 GMT (12H45 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 44,26 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 21 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en septembre gagnait 7 cents à 41,78 dollars.

Les cours du Brent et du WTI se reprenaient quelque peu ce jeudi, sur fond d'achats à bon compte après avoir enregistré deux séances consécutives de baisse, souffrant de plusieurs signes témoignant d'une offre mondiale toujours excédentaire.

"Les prix du pétrole ont fortement décliné (mercredi) après qu'une progression surprise des stocks (américains de pétrole brut) a entraîné un renversement du récent rebond" qu'ils ont expérimenté la semaine dernière", relevait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Dans ses chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine, le département américain de l'Énergie (DoE) a fait état mercredi, comme la semaine précédente, d'une hausse inattendue des stocks de pétrole brut aux États-Unis, à l'heure où les craintes autour de la surabondance mondiale d'or noir refont surface.

Les prix du pétrole "ont grimpé juste avant les données d'inventaire du DoE, mais ont ensuite plongé de plus de 3% en quelques minutes après leur publication", détaillaient les analystes de Commerzbank.

Selon ces derniers toutefois, les chiffres sur les stocks américains ne justifient pas pleinement un tel déclin dans la mesure où les réserves américaines de brut n'ont progressé que d'un million de barils, soit bien moins que ce qu'avait estimé l'American Petroleum Institute mardi (+2,1 million de barils).

En outre, le rapport du DoE "a montré un nouveau recul de la production américaine, et, ce qui est plus important encore, un déclin de 2,8 millions de barils des stocks d'essence", rapportaient les analystes de Commerzbank.

Cela n'a toutefois pas suffi à réconforter un marché de nouveau hanté par le niveau élevé des excédents, alors que plusieurs rapports ont pointé le fait que l'offre mondiale de pétrole allait continuer à dépasser largement la demande pour un certain temps.

Ainsi, le rapport mensuel de l'OPEP publié mercredi est venu conforter le pessimisme du marché, continuant "à penser que la demande ne va croître que de 1,15 million de barils par jour en 2017", ajoutait-on chez Commerzbank, même si le cartel continue à entrevoir un rééquilibrage du marché pétrolier en 2017.

L'Agence internationale de l'Énergie (AIE) a confirmé ce jeudi dans son propre rapport mensuel que la croissance de la demande mondiale de pétrole pâtira en 2017 de prévisions économiques assombries par le Brexit, sans qu'elle remette non plus en question la perspective d'un rééquilibrage du marché de l'or noir.

Ainsi, il n'y aura "pas de surproduction au second semestre de cette année", a assuré l'agence basée à Paris, prédisant "une forte baisse" des stocks alors que l'OPEP avait indiqué la veille avoir révisé à la hausse pour cette année la production des pays lui étant extérieurs et fait état par ailleurs du niveau record de l'offre de l'Arabie saoudite en juillet.

Cette hausse de la production saoudienne, à 10,67 millions de barils par jour, était en effet l'élément saillant du rapport du cartel, dont Ryad est le chef de file, et a largement contribué au décrochage des cours.

Michael Hewson a souligné que cette donnée, signe que la guerre des parts de marché fait toujours rage entre les grands producteurs, rendait peu probable un accord sur un gel de la production de l'OPEP, qui a annoncé en début de semaine une réunion extraordinaire de ses membres pour fin septembre en Algérie en vue d'oeuvrer au "rétablissement de la stabilité et de l'ordre dans le marché pétrolier".

(c) AFP

Commenter Le pétrole tente un rebond après son net déclin consécutif aux stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 26 mars 2019 à 06:02

    Les cours du pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, mais les inquiétudes demeuraient quant au ralentissement économique mondial...

    lundi 25 mars 2019 à 21:13

    Les cours du pétrole restent prudents face au ralentissement…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après une baisse marquée en fin de semaine dernière...

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite