Menu
A+ A A-

Le pétrole baisse nettement après de multiples signes d'une offre élevée

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont baissé mercredi après plusieurs signes d'une offre toujours élevée dans le monde, parmi lesquels une hausse des stocks américains de brut ainsi qu'une accélération à un niveau sans précédent de la production saoudienne.
Le cours du baril américain de référence (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) a perdu 1,06 dollar à 41,71 dollars sur le contrat pour livraison en septembre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre, contrat de référence, a baissé de 93 cents à 44,05 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Le marché a souffert assez nettement après la publication de chiffres du département de l'Energie (DoE)", a souligné Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Comme la semaine précédente, le DoE a fait état, dans ses chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine, d'une hausse inattendue des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis, alors que le marché est repris depuis le début de l'été par la crainte que la surabondance mondiale perdure longtemps.

Avec une progression de plus d'un million de barils, "c'était une hausse conséquente, (...) ce qui a mis sous pression les cours du pétrole", a souligné M. Yawger, notant particulièrement que le terminal de Cushing (Oklahoma), référence des cours du WTI, avait vu ses réserves nettement augmenter.

Pour autant, d'autres détails étaient a priori plus encourageants et les cours ont d'ailleurs beaucoup hésité dans les minutes suivant la publication des chiffres.

Certes, "le fait que les stocks de brut montent pour la troisième semaine de suite, (...) c'est mauvais pour le marché, mais les baisses des réserves de produits pétroliers sont encourageantes", a remarqué dans une note Tim Evans, de Citi.

C'est surtout la chute de près de trois millions de barils des stocks d'essence qui semblait une bonne nouvelle pour les investisseurs, très inquiets ces derniers temps de leur niveau élevé, même si les cours de ce produit n'en ont apparemment pas profité.

"Les prix de l'essence ont fortement baissé car les stocks n'ont pas autant décliné que ce qu'avait annoncé l'American Petroleum Institute (API)", a avancé M. Yawger.

Cette fédération privée, qui publie ses propres estimations le mardi soir, avait fait état d'une baisse de presque quatre millions de barils.

"En fin de compte, l'idée générale, c'est qu'il reste beaucoup d'essence et que même une baisse de près de trois millions ne suffira pas à éliminer immédiatement leur excédent", a conclu M. Yawger sur le sujet.


- Série de rapports

En plus de l'influence négative des chiffres du DoE, "la seconde raison (à la timidité du marché), c'est que l'Arabie saoudite a annoncé avoir produit une quantité sans précédent de pétrole en juillet", a enchaîné Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Cette hausse, à 10,67 millions de barils par jour (bpj), était l'élément saillant du rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont Ryad est le membre dominant.

"Même si ce n'est pas inhabituel de voir les Saoudiens accélérer leur production en été face à la hausse de la demande de brut afin de générer de l'électricité, elle n'atteint normalement pas un niveau sans précédent", a écrit Matt Smith, de ClipperData

Pris dans son ensemble, ce rapport "donne aussi du grain à moudre au marché, avec une petite hausse de ses prévisions de demande mais aussi d'offre" dans le monde, a-t-il précisé.

Le rapport de l'OPEP, qui confirme en tout état de cause un possible rééquilibrage du marché l'an prochain, était le second de ce type au lendemain d'un rapport mensuel du DoE et à la veille d'une publication de l'Agence internationale de l'Energie (AIE), bras énergétique de l'OCDE.

"En ce qui concerne le rapport mensuel du DoE, même s'il était moins distrayant que celui de l'OPEP, il comprenait des éléments intéressants", a rappelé M. Smith, évoquant plutôt des aspects encourageants comme la prévision d'une nette baisse de la production chinoise face au manque d'investissements.

(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse nettement après de multiples signes d'une offre élevée


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite