Menu
A+ A A-

Le pétrole repasse dans le rouge après son sursaut consécutif aux stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole repartaient à la baisse jeudi en cours d'échanges européens, se ravisant après avoir bondi dans le sillage d'une baisse plus importante que prévu des stocks d'essence révélée par le rapport hebdomadaire du département américain de l'Énergie (DoE).
Vers 10H40 GMT (12H40 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 42,61 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 49 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en septembre lâchait 30 cents à 40,53 dollars.

Les prix du pétrole sont redescendus de leurs plus hauts atteints au cours des échanges asiatiques (ce jeudi) après avoir bondi alors que les investisseurs digéraient un important et bienvenu déclin des stocks d'essence aux États-Unis, commentait Augustin Eden, analyste chez Accendo Markets.

Initialement orientés à la baisse mercredi, les cours se sont en effet nettement repris dans le sillage de la publication des statistiques hebdomadaires sur les stocks de pétrole américains, même si le rapport du DoE contenait des données mitigées.

La hausse des prix a été entraînée par une forte et inattendue baisse de 3,3 millions de barils des réserves américaines d'essence. Cela a compensé la progression des stocks constatée au cours des cinq semaines précédentes, dissipant les craintes d'une surabondance d'offre, relevaient les analystes de Commerzbank.

Le DoE a fait état mercredi dans son rapport hebdomadaire d'une hausse inattendue des réserves de pétrole brut, de 1,4 million de barils tandis qu'il a aussi annoncé une baisse bien plus marquée que prévu des stocks d'essence, en recul de plus de trois millions de barils, alors que leur niveau élevé obnubilait les investisseurs depuis le mois dernier.

Toutefois, faisait remarquer M. Eden, indépendamment de ce recul opportun des réserves d'essence, nous avons toujours affaire à une surabondance mondiale de pétrole brut alors que la demande est considérée comme inférieure à la production.

L'augmentation des stocks de pétrole brut a été causée par une forte hausse des importations, qui ont grimpé à 8,74 millions de barils par jour, soit leur plus haut niveau hebdomadaire depuis octobre 2012, précisaient les analystes de Commerzbank.

Aussi, selon ces derniers, si les importations étaient restées au niveau de l'année précédente, les réserves de pétrole brut auraient décliné d'environ 9 millions de barils.

Le mouvement de vente sur le marché pétrolier, celui qui a commencé au milieu de 2014, ainsi que le dernier recul qui a débuté en juin cette année, ont été entraînés par des considérations sur l'offre, rappelait Tamas Varga, analyste chez PVM.

Le contexte fondamental d'un marché excédentaire a été aggravé quand l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a décidé de ne pas rééquilibrer le marché en novembre 2014.

Cela a ouvert la voie aux investisseurs baissiers et même si nous avons assisté à quelques corrections (à la hausse) au cours de la première moitié de cette année, la production de l'OPEP qui continue à croître, couplée avec une hausse pendant huit semaines du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis, ont fait passer le prix du baril de plus de 50 dollars à environ 40 dollars au cours des deux derniers mois, concluait M. Targa.

(c) AFP

Commenter Le pétrole repasse dans le rouge après son sursaut consécutif aux stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 19 juin 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu, l'Opep+ s'accorde sur une date de …

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens dans un marché paisible, à moins de deux semaines de la...

    mercredi 19 juin 2019 à 05:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé, mercredi en Asie, après le net rebond de la veille, lié notamment aux...

    mardi 18 juin 2019 à 21:38

    Le pétrole rebondit avec le retour de l'appétit pour le risq…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont nettement rebondi mardi, profitant de la bonne humeur générale des marchés, alors que la...

    mardi 18 juin 2019 à 16:39

    Le pétrole se reprend malgré l'incertitude sur la réunion de…

    Londres: Les prix du pétrole repassaient dans le vert mardi en cours d'échanges européens, profitant de la bonne humeur générale des marchés...

    mardi 18 juin 2019 à 12:04

    Le pétrole affaibli par des craintes sur la demande mondiale

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse mardi en cours d'échanges européens, fragilisés par des craintes sur la demande mondiale...

    lundi 17 juin 2019 à 22:03

    Le pétrole baisse, confusion sur une prochaine réunion de l…

    New York: Les cours du pétrole ont baissé lundi dans un marché surveillant la difficile organisation d'une réunion de l'Organisation des pays...

    lundi 17 juin 2019 à 14:26

    Frets maritimes: les frets secs reculent, les pétroliers div…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont reculé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers ont divergé.

    lundi 17 juin 2019 à 12:43

    Le pétrole baisse un peu sur fond de tensions commerciales

    Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu lundi en cours d'échanges européens dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui...

    lundi 17 juin 2019 à 12:41

    Les prix des carburants en forte baisse dans les stations-se…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont baissé dans leur globalité la semaine dernière, avec une baisse encore plus...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite