Menu
A+ A A-

Le pétrole rebondit nettement après des rapports encourageants

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont fortement monté mardi grâce à des rapports jugés engageants de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et du département américain de l'Energie (DoE).
Le cours du baril de référence (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en août, qui avait perdu quelque quatre dollars depuis le début du mois, a rebondi de 2,04 dollars à 46,80 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, lui-aussi récemment déprimé, a avancé de 2,22 dollars à 48,47 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"C'est en partie lié à l'optimisme à court terme manifesté par l'OPEP dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier", a estimé James WIlliams, de WTRG Economics.

Le cartel a estimé que le rééquilibrage du marché de l'or noir se poursuivrait en 2017, avec une demande mondiale qui continuera à croître face à une production toujours déclinante dans les pays extérieurs à l'OPEP.

"Ils estiment que pour le trimestre en cours, en dehors de l'OPEP, la consommation sera suffisamment élevée et l'offre suffisamment basse" pour aller dans le sens de ce rééquilibrage, a remarqué M. Williams.

Ces prévisions viennent soulager des investisseurs qui semblaient regagnés depuis le début juillet par des préoccupations sur le niveau toujours élevé de l'offre, alors que les cours avaient auparavant profité de problèmes divers de production dans le monde.

"Même s'il faut reconnaître qu'un rééquilibrage en 2017 marquerait un net progrès après deux années de surabondance, il faut noter que dans un tel scénario, il faudrait attendre 2018 avant de voir les réserves mondiales baisser", a relativisé dans une note Tim Evans, de Citi.

Plus précisément, il prévenait que l'hypothèse d'un rééquilibrage ne se basait que sur l'idée d'une nette hausse de la demande, et non d'une résorption de l'offre, d'autant que l'Opec a encore fait état d'une hausse de sa propre production en juin.


- Le dollar faible aide

Qui plus est, la Libye a annoncé voici deux ou trois jours qu'elle allait se remettre à exporter après des perturbations liés à la guerre civile, a rapporté M. Williams.

En revanche, toujours au sein du cartel, il se faisait l'écho d'annonces selon lesquelles l'offre de l'Irak, deuxième producteur de l'Opep, avait nettement baissé ces dernières semaines, ce qui risque de persister face à des perturbations sur des oléoducs.

L'attitude du cartel est particulièrement surveillée car il contribue depuis près de deux ans à déprimer les cours en s'abstenant de réduire sa production, principalement à l'instigation de son membre dominant, l'Arabie saoudite.

Après le rapport de l'OPEP, les investisseurs ont digéré une publication semblable du département de l'Energie (DoE), logiquement plutôt centrée sur la production américaine.

"Je n'ai rien noté de particulièrement bon ou mauvais dedans", a reconnu M. Williams. "L'impression générale n'était pas très différente de celui de l'OPEP."

Le DoE n'a pas changé ses estimations sur la production américaine, dont la baisse persistante cette année a largement soulagé les investisseurs, et s'attend toujours à ce qu'elle recule nettement au terme de 2016 puis encore un peu en 2017.

Le marché va aussi surveiller les chiffres sur l'offre américaine de la semaine achevée le 8 juillet, avec d'abord les estimations de l'American Petroleum Institute mardi à 20H30 GMT, puis les chiffres plus définitifs du DoE demain à 14H30 GMT, a rappelé M. Evans.

De plus, les investisseurs attendent un troisième gros rapport mensuel, celui de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) à Paris, qui sera publié mercredi.

Au-delà de ces rapports, certains observateurs estimaient que les cours pétroliers profitaient aussi d'un petit affaiblissement du dollar, car ils sont libellés en monnaie américaine et en deviennent plus intéressants.

La corrélation inversée entre le dollar et le brut est extrêmement marquée depuis plus de deux semaines, a souligné Kyle Cooper, d'IAF Advisors.

(c) AFP

Commenter Le pétrole rebondit nettement après des rapports encourageants


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 23 juillet 2019 à 15:27

    Les prix du pétrole en baisse sur fond de tensions commercia…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mardi en cours d'échanges européens, après avoir été stables une bonne partie de la journée...

    mardi 23 juillet 2019 à 12:23

    Le pétrole se stabilise malgré les tensions avec l'Iran

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mardi matin, alors que les tensions dans le détroit d'Ormuz restaient élevées.

    lundi 22 juillet 2019 à 21:14

    La montée des tensions dans le Golfe persique fait grimper l…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse lundi, soutenus par la montée des tensions dans le détroit d'Ormuz...

    lundi 22 juillet 2019 à 16:06

    Perspectives en berne pour les cours du pétrole

    Londres: Le sentiment s'est brutalement détérioré ces derniers jours sur le marché pétrolier, où fonds spéculatifs, producteurs et traders adoptent une position...

    lundi 22 juillet 2019 à 14:44

    BP s'associe à Bunge dans les biocarburants au Brésil

    Londres: Le géant britannique des hydrocarbures BP a annoncé lundi se renforcer dans le marché des biocarburants au travers d'une co-entreprise au...

    lundi 22 juillet 2019 à 12:41

    Les prix des carburants toujours en hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont augmenté dans leur globalité la semaine dernière, avec une hausse plus marquée pour le...

    lundi 22 juillet 2019 à 12:06

    Le pétrole grimpe après l'accroissement des tensions avec l…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient lundi, aidés par les tensions avec l'Iran, dans un marché qui reste cependant prudent du fait...

    dimanche 21 juillet 2019 à 18:16

    Libye: arrêt des exportations depuis un terminal pétrolier (…

    Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé l'arrêt des exportations depuis le terminal pétrolier de Zawiya (ouest), après la...

    samedi 20 juillet 2019 à 16:55

    L'Iran sourd aux appels à libérer un pétrolier battant pavil…

    Londres: L'Iran restait samedi sourd aux multiples appels à libérer un pétrolier battant pavillon britannique arraisonné dans le détroit d'Ormuz, le Royaume-Uni...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite