Menu
A+ A A-

Le pétrole pique légèrement du nez après une nette hausse dans le sillage des stocks US

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole reprenaient leur souffle jeudi en cours d'échanges européens, après avoir fortement progressé la veille dans le sillage d'une baisse plus forte que prévu des stocks américains de brut.
Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 50,22 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 39 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 49 cents à 49,39 dollars.

Les cours pétroliers ont encore progressé mercredi, bénéficiant de chiffres montrant un resserrement de l'offre aux États-Unis et du retour du moral des investisseurs, six jours après le choc provoqué par le vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne (UE).

Le WTI est ainsi monté mercredi jusqu'à 50 dollars le baril, tandis que le Brent a dépassé ce seuil, avant de toutefois tous deux lâcher du lest ce jeudi.

Les prix du pétrole ont annulé une partie de leurs gains de mercredi avec le Brent s'échangeant de nouveau en dessous des 50 dollars le baril alors que les craintes d'une grève en Norvège, où un conflit salarial impliquant plus de 700 employés dans sept champs de production aurait pu toucher plus d'un cinquième de la production du pays, se sont apaisées, expliquait Hussein Sayed, analyste chez FXTM.

Mais selon Michael van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets, les cours de l'or noir restaient bien soutenus ce jeudi, après avoir bénéficié la veille de données encourageantes du département américain de l'Énergie (DoE), qui ont confirmé dans une large mesure les chiffres publiés mardi par la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API).

Pour la sixième semaine de suite, les réserves de brut se sont affichées en baisse, et plus nettement qu'attendu, déclinant de 4,1 millions de barils tandis que les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont décliné de 1,8 million de barils.

En outre, les signes que la production de pétrole brut (américaine) ralentit deviennent de plus en plus clairs: elle a baissé de 55.000 barils par jour supplémentaires, à 8,622 millions de barils par jour. C'était le troisième déclin hebdomadaire consécutif et le 15e au cours des dernières 16 semaines, soulignaient les analystes de Commerzbank.

Une seule statistique est apparue décevante, la progression des stocks d'essence, mais elle est mise sur le compte de l'approche du long week-end du 4 Juillet, en l'honneur de la fête nationale, traditionnellement l'occasion de nombreux déplacements en voiture.

Les analystes d'Accendo Markets estimaient toutefois que si le Brent semblait solidement arrimé au-dessus des 50 dollars le baril, une correction n'était pas à exclure pour le WTI, qui pourrait le voir redescendre autour des 49,2 dollars le baril ou aux alentours, avant qu'il reprenne sa marche en avant.

Aussi le pétrole semblait-il se remettre particulièrement bien du contrecoup engendré par le Brexit (pour British Exit) il y a une semaine, retrouvant ses niveaux d'échange d'avant le référendum du 23 juin.

Tout cela ne veut pas dire que le marché pétrolier est en bonne santé et va nécessairement progresser. Il faut seulement souligner que l'évolution des prix de la dernière semaine ne suggère pas d'inquiétudes croissantes concernant un effet négatif du référendum britannique sur la demande pétrolière mondiale ou européenne, relevait Tamas Varga, analyste chez PVM.

Même si, selon l'analyste, les prix du pétrole pourraient s'affaiblir, dans l'état actuel des choses, (ils) vont plutôt être influencés par des considérations sur les véritables fondamentaux (de l'offre et de la demande) de pétrole plutôt que par des craintes d'une contagion du Brexit conduisant à des révisions en baisse de la demande mondiale et régionale de pétrole.

(c) AFP

Commenter Le pétrole pique légèrement du nez après une nette hausse dans le sillage des stocks US


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    mardi 19 mars 2019 à 16:14

    Le pétrole recule mais reste proche de ses plus hauts en qua…

    Londres: Les cours du pétrole perdaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens après avoir atteint leurs plus hauts en...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite