Menu
A+ A A-

Le pétrole lorgne à nouveau sur les 50 dollars le baril, encouragé par les stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole accroissaient leurs gains mercredi en fin d'échanges européens, galvanisés par une baisse plus forte qu'attendu des stocks américains de brut, confortant les espoirs d'un rééquilibrage du marché d'ici la fin 2017.
Vers 16H05 GMT (18H05 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 49,90 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,32 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance gagnait 1,32 dollar à 49,17 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, orientés à la hausse depuis le début des échanges asiatiques, ont accéléré la cadence après la publication des statistiques hebdomadaires du département américain de l'Énergie (DoE) sur l'état des réserves pétrolières du premier consommateur mondial de brut.

La forte volatilité observée ces dernières séances sur les principaux marchés mondiaux a impacté marginalement le marché pétrolier qui reste surtout influencé, depuis plusieurs semaines, par les fondamentaux corroborant un équilibrage en cours entre l'offre et la demande, relevait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Lors de la semaine achevée le 24 juin, les réserves commerciales de brut ont reculé de 4,1 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur un recul de seulement 2,5 millions de barils.

La baisse annoncée par le DoE, de nature à réjouir les investisseurs espérant voir la surabondance mondiale se réduire pour que les cours remontent, a également légèrement dépassé les données de la fédération American Petroleum Institute (API), qui avait prévu la veille un recul de 3,9 millions de barils de brut.

De leur côté, les stocks d'essence ont augmenté de 1,4 million de barils, une surprise alors que les experts de Bloomberg tablaient sur un repli de 300.000 barils et ceux de l'API sur un recul de 400.000 barils.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont baissé de 1,8 million de barils, alors que les experts de Bloomberg tablaient sur une hausse de 625.000 barils et ceux de l'API sur une baisse limitée à 800.000 barils.

Le rapport du DoE a ainsi dépassé les espoirs qu'avaient suscité dès mardi chez les investisseurs les chiffres publiés par l'API, faisant état d'un net déclin des réserves américaines de brut, ce qui avait déjà contribué au rebond des cours.

Alors qu'un vote Brexit le 23 juin a provoqué une baisse initiale des prix du pétrole, les investisseurs se ruant sur des actifs plus sûrs tandis que le dollar s'est apprécié, cela ne va pas affecter les fondamentaux (de l'offre et de la demande) à très court terme, jugeaient Abhishek Deshpande et Michael Liu, analystes chez Natixis.

Selon ces derniers en effet, l'approche de la saison estivale commençait à se faire sentir sur la demande de produits pétroliers aux États-Unis, ce qui s'est reflété dans les taux de traitement des raffineries, à leur plus haut pour 2016, et dans le déclin constant des réserves de brut depuis six semaines.

Il faut reconnaître que la période est favorable à une hausse des cours puisqu'elle correspond à la traditionnelle progression de la consommation d'essence aux États-Unis à l'occasion de l'été, abondait M. Dembik, même si selon lui, cet élément a déjà été intégré aux prix et pris en compte par les investisseurs.

Aussi l'analyste estimait-il que les deux prochains mois devraient être calmes sur le marché pétrolier. Il faudra, cependant, être attentif à la rentrée à l'évolution de la production pétrolière américaine qui pourrait connaître un sursaut après des mois de repli. C'est le principal risque à la baisse pour le cours du baril, prévenait M. Dembik.

Pour l'heure, la production américaine poursuivait l'inexorable déclin amorcé depuis plus de trois mois, et a encore reculé de 55.000 barils par jour supplémentaires la semaine dernière.

(c) AFP


Commenter Le pétrole lorgne à nouveau sur les 50 dollars le baril, encouragé par les stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 21 mai 2019 à 12:26

    Le pétrole hésite, entre tensions commerciales et risque géo…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mardi sans entrain en cours d'échanges européens alors que les investisseurs s'inquiétaient à la fois du...

    mardi 21 mai 2019 à 06:40

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, après que Ryad eut appelé à prolonger un accord...

    lundi 20 mai 2019 à 21:54

    Le pétrole hésite à la clôture, l'Arabie saoudite veut pours…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après un appel de l'Arabie saoudite à prolonger un...

    lundi 20 mai 2019 à 13:21

    Frets maritimes: les frets secs grimpent, les pétroliers sta…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont grimpé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers sont restés...

    lundi 20 mai 2019 à 12:45

    Le pétrole grimpe, l'Arabie saoudite campe sur ses positions…

    Londres: Les prix du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens après un appel de l'Arabie saoudite à prolonger l'accord de limitation...

    lundi 20 mai 2019 à 11:41

    Les prix des carburants se maintiennent à un niveau élevé

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises se sont maintenus à un niveau élevé la semaine dernière, après 6 mois de...

    lundi 20 mai 2019 à 05:59

    Le pétrole grimpe en Asie, après la réunion de l'Opep

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, en raison des tensions au Moyen-Orient et de l'engagement...

    samedi 18 mai 2019 à 03:00

    L'Argentine attribue 18 zones maritimes à l'exploration de g…

    Buenos aires: Le gouvernement argentin a attribué 18 zones maritimes à de grandes entreprises pour qu'elles en explorent les éventuelles ressources pétrolières...

    vendredi 17 mai 2019 à 12:11

    Le pétrole dopé sur la semaine par les tensions géopolitique…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, en nette hausse sur la semaine alors que les tensions géopolitiques...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite