Menu
A+ A A-

Le pétrole sans direction dans un marché qui s'interroge sur les conséquences du Brexit

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole hésitaient sur la marche à suivre lundi en cours d'échanges européens, oscillant autour de l'équilibre après leur forte chute de vendredi consécutive au Brexit, les investisseurs soupesant les possibles conséquences du vote britannique sur le marché pétrolier.
Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 48,47 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 6 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 6 cents à 47,58 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui avaient fortement baissé vendredi - à l'image de l'ensemble des marchés financiers - dans le sillage du vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne (UE), peinaient à accrocher un cap ce lundi, alors que les fondamentaux de l'offre et de la demande d'or noir ne devraient, de l'avis général, qu'être marginalement affectés par le scrutin britannique.

Il est clair que de nombreux investisseurs voient les prix actuels du pétrole comme un niveau d'entrée attrayant après leur déclin de 5% vendredi. Le fait que les prix ne soient pas descendus en dessous des plus bas qu'ils avaient touchés la semaine précédente joue également sans aucun doute un rôle, relevaient les analystes de Commerzbank.

Les cours ont notamment pâti vendredi du renforcement du dollar alors que les traders fuyaient la livre sterling au profit du billet vert et du yen. Tout renforcement du billet vert renchérit en effet les achats de pétrole pour les investisseurs dotés d'autres devises car le brut est libellé en dollars.

Nous nous attendons à une volatilité accrue sur les marchés des matières premières à court terme alors que les investisseurs explorent les répercussions potentielles du vote (britannique de jeudi), mais nous pensons que les fondamentaux du marché pétrolier vont finir par se réaffirmer, ont noté de leur côté les analystes de JBC Energy.

Un avis partagé par les experts de Commerzbank, selon lesquels les prix du pétrole restaient fondamentalement bien soutenus en raison notamment de la chute continue de la production américaine et des toujours nombreuses interruptions de production non prévues qui frappent le marché, le tout couplé à une demande robuste.

Les prix du pétrole ont ainsi pu trouver un peu de réconfort dans l'annonce vendredi, par le groupe privé Baker Hughes, d'un repli hebdomadaire du nombre de puits actifs aux États-Unis, le premier en quatre semaines.

La principale préoccupation de investisseurs depuis jeudi concernait le possible effet de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sur la demande de pétrole.

Il est possible que les agences de l'énergie révisent à la baisse leurs estimations de demande dans les mois à venir. Mais tout effet (sur les prix du pétrole) devrait cependant être limité si l'on suppose que cela ne concerne que le Royaume-Uni et qu'il n'y aura pas d'effet boule de neige sur l'Europe dans son ensemble ou sur d'autres régions, précisaient les analystes de Commerzbank.

De même Tamas Varga, analyste chez PVM, se voulait plutôt rassurant, estimant qu'il était difficile d'imaginer que le vote en faveur du leave au Royaume-Uni aurait un effet négatif sur la demande mondiale de pétrole dans un avenir proche.

Pour cette raison, un second semestre 2016 plus resserré (sur le marché pétrolier) est toujours entièrement d'actualité, poursuivait l'analyste, selon lequel si l'on souscrit à ce point de vue, il n'est pas difficile de conclure que le mouvement de vente entraîné par le Brexit ne devrait pas durer et la baisse des cours pétroliers restait limitée.

(c) AFP

Commenter Le pétrole sans direction dans un marché qui s'interroge sur les conséquences du Brexit


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 16 juin 2019 à 17:11

    Ryad vise une prolongation de l'accord Opep début juillet

    KARUIZAWA (Japon): Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a annoncé dimanche que l'Opep se réunirait probablement la première semaine de juillet...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:34

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:09

    Pétroliers: Le Kokuta Courageous au mouillage au large des E…

    Dubai: Le Kokuta Courageous, un des deux pétroliers victimes d'une attaque jeudi dans le Golfe d'Oman, est au mouillage au large des...

    vendredi 14 juin 2019 à 21:24

    Scrutant les tensions en mer d'Oman, le pétrole termine en h…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, les investisseurs s'inquiétant des potentielles répercussions sur le marché du...

    vendredi 14 juin 2019 à 16:07

    Les prix du pétrole divergent, entre demande en baisse et ri…

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient vendredi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant entre les tensions géopolitiques qui mettent l'offre...

    vendredi 14 juin 2019 à 12:13

    Le pétrole recule, l'AIE revoit sa demande à la baisse

    Londres: Les prix du pétrole repartaient en baisse vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a de...

    vendredi 14 juin 2019 à 11:58

    L'AIE révise à nouveau à la baisse sa prévision de demande d…

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a abaissé vendredi pour la deuxième fois consécutive sa prévision de croissance de la demande de...

    vendredi 14 juin 2019 à 07:10

    Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper, vendredi en Asie, au lendemain de l'attaque de deux pétroliers en mer d'Oman, qui...

    jeudi 13 juin 2019 à 20:14

    Le pétrole bondit après des attaques contre deux tankers dan…

    Londres: Les prix du pétrole ont bondi jeudi après des attaques contre deux tankers dans le Golfe ravivant les craintes d'un conflit dans...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite