Menu
A+ A A-

Le pétrole reprend du poil de la bête sur fond de probabilité moindre d'un Brexit

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole progressaient nettement vendredi en fin d'échanges européens, dans un marché qui se focalisait à nouveau sur son rééquilibrage annoncé grâce à l'apaisement des craintes entourant une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE).
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 48,69 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,50 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance gagnait 1,35 dollar à 47,56 dollars.

Les prix du pétrole rebondissent d'abord et avant tout... après avoir chuté pendant six jours consécutifs, et aussi grâce à la petite mais générale amélioration de l'appétit pour le risque depuis jeudi en réponse au recul des inquiétudes autour du Brexit, commentait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

Les cours du Brent et du WTI sont en effet tombés respectivement jeudi et vendredi au plus bas en cinq semaines, le premier chutant jusqu'à 46,94 dollars, un minimum depuis le 12 mai, tandis que le second a plongé jusqu'à 45,83 dollars, un minimum depuis le 13 mai.

L'aversion au risque sur le marché des changes, qui s'est manifestée par un renforcement du dollar, des inquiétudes entourant des perspectives macroéconomiques pessimistes et le risque politique associé à une possible sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ont tous l'air (d'avoir) pesé sur le moral des investisseurs, entraînant le pétrole, comme les autres matières premières, à la baisse, relevait Damien Cox, analyste chez Accenture.

Ainsi pour Ole Hansen, analyste chez Saxo Bank, le pétrole n'a pas été affecté par une dégradation de ses fondamentaux de l'offre et de la demande mais par le besoin des investisseurs spéculatifs de réduire leur exposition au risque au cours d'une semaine dominée par les craintes de Brexit sur l'ensemble des places financières mondiales.

Mais les marchés se sont repris jeudi du fait d'une diminution des craintes d'un +Brexit+ après la suspension de la campagne pour le référendum du 23 juin consécutive au meurtre d'une députée pro-UE, ce qui a permis au pétrole d'annuler vendredi ses pertes de la veille, commentait Mike van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

L'hypothèse est que ces événements tragiques vont faire pencher les indécis vers un vote pour le maintien et ainsi éventuellement renverser un peu de l'avance récemment prise par les partisans d'une sortie, poursuivait Mike van Dulken, alors que les derniers sondages donnaient jusqu'à présent le camp pro-Brexit gagnant.

L'aversion générale au risque favorisée par les craintes d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE semblait ainsi s'apaiser vendredi, poussant les investisseurs à se détourner à nouveau du dollar pour favoriser des actifs plus risqués.

Or, tout affaiblissement du dollar bénéficie aux achats d'or noir, qui sont libellés en billets verts et donc rendus moins onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

En outre, du côté de l'offre et de la demande propres au marché pétrolier, M. Hansen estimait que le risque d'interruptions de production au Nigeria, en Libye et au Venezuela allait continuer de soutenir le processus de rééquilibrage du marché.

Les producteurs américains en attendant auront besoin d'un baril de pétrole bien au-dessus des 50 dollars durant une période prolongée de plusieurs mois avant que cela commence à inverser le déclin de la production, concluait l'analyste de Saxo Bank.

(c) AFP

Commenter Le pétrole reprend du poil de la bête sur fond de probabilité moindre d'un Brexit


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 18 décembre 2018 à 17:29

    L'Assemblée nationale valide le gel des taxes sur les carbur…

    Paris: L'Assemblée nationale a validé mardi le gel des taxes sur les carburants jusqu'en 2022, qu'avait déjà voté le Sénat dans le...

    mardi 18 décembre 2018 à 15:27

    Guinée équatoriale: une société camerounaise autorisée à ven…

    Malabo (guinée équatoriale): L'entreprise pétrolière camerounaise Tradex a été autorisée lundi à distribuer des produits pétroliers en Guinée équatoriale, pays d'Afrique centrale...

    mardi 18 décembre 2018 à 14:37

    Poursuite en Libye du blocage d'un des plus grands sites pét…

    Tripoli: La production dans l'un des plus grands champs pétroliers en Libye est à l'arrêt depuis plus d'une semaine en raison du...

    mardi 18 décembre 2018 à 12:21

    Argentine/pollution: Total va demander des "vérificatio…

    Paris: Le géant pétrolier français Total a annoncé mardi qu'il allait demander à un sous-traitant en Argentine de "procéder à des vérifications...

    mardi 18 décembre 2018 à 12:21

    Le pétrole à de nouveaux plus bas depuis fin 2017

    Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, tombant à des nouveaux plus bas depuis fin 2017 après...

    mardi 18 décembre 2018 à 07:18

    La fusion Idemitsu Kosan/Showa Shell approuvée en AG

    Tokyo: La fusion entre les deux groupes pétroliers Idemitsu Kosan et Showa Shell a été approuvée mardi par les actionnaires des deux...

    mardi 18 décembre 2018 à 05:20

    Le pétrole continue de descendre en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer mardi en Asie, les investisseurs s'inquiétant des signes d'excès d'offre aux États-Unis, dans un...

    lundi 17 décembre 2018 à 22:05

    Argentine/pollution: des Mapuche attaquent en justice des gé…

    Buenos aires: Des indiens Mapuche ont déposé plainte auprès de la justice argentine contre cinq compagnies pétrolières, dont le français Total et...

    lundi 17 décembre 2018 à 21:14

    Le pétrole clôture à New York sous les 50 dollars pour la 1e…

    NYC/Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole coté à New York, plombé par les inquiétudes sur la croissance mondiale et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite