Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole déprimé, à l'image des marchés mondiaux, par un contexte économique incertain

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole s'affichaient toujours en baisse lundi en fin d'échanges européens, dans un marché ayant perdu son optimisme débordant sur fond de craintes macroéconomiques grandissantes et d'incertitudes sur la poursuite du resserrement de l'offre.
Vers 16H10 GMT (18H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 50,29 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 25 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 26 cents à 48,81 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, malgré une timide tentative de rebond vers 15H00 GMT, restaient orientés à la baisse après avoir nettement chuté depuis jeudi sur fond d'aversion croissante au risque parmi les investisseurs et de d'inquiétudes grandissantes concernant une possible reprise de la production américaine.

Selon Fawad Razaqzada, analyste chez City Index, plusieurs raisons expliquaient ce fort déclin des cours à la fin de la semaine dernière et ce lundi, au premier rang desquelles un renforcement du dollar et une nette hausse de l'aversion au risque sur les marchés mondiaux.

Les investisseurs sont effrayés par la perspective d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les conséquences économiques d'une potentielle hausse des taux américains cet été et des inquiétudes renouvelées concernant la demande chinoise, détaillait M. Razaqzada, qui en voulait pour preuve l'effondrement des marchés boursiers mondiaux et l'attractivité exercée par les actifs considérés comme des valeurs refuges telles que les obligations d'État, le yen et l'or.

En outre, le fait que le nombre de puits de forage en activité ait augmenté de trois unités supplémentaires la semaine dernière aux États-Unis, selon un décompte publié vendredi par le groupe privé Baker Hughes, a également contribué a peser sur les prix du brut, faisant craindre une reprise de la production américaine encouragée par la remontée des cours au niveau des 50 dollars le baril.

Aussi pour Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, la tentative de rebond des cours observée plus tôt dans les échanges européens était surtout due à des facteurs techniques, les fondamentaux de l'offre et de la demande ne permettant guère à eux seuls d'expliquer cette reprise.

L'analyste soulignait en particulier que le nouvel affaiblissement du dollar avait pu bénéficier au pétrole, dont les achats sont libellés dans cette monnaie et sont donc rendus moins onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Mais bien que la hausse du pétrole pourrait encore le conduire vers les 60 dollars le baril et même 70 dollars, (...) il faut se souvenir que la surabondance mondiale d'or noir ne devrait pas être éradiquée complètement dans un avenir proche, même si le marché apparaît beaucoup plus resserré qu'il ne l'était au début de l'année grâce à des interruptions mondiales de production non planifiées et un déclin de l'offre américaine, prévenait M. Razaqzada.

Dans son dernier rapport mensuel publié ce lundi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a en effet confirmé entrevoir un rééquilibrage du marché pétrolier au cours des prochains trimestres, après un long épisode de surproduction massive.

Cette correction est suggérée alors que la demande mondiale doit progresser de 1,2 million de barils par jour (mbj) à 94,2 mbj cette année, la production hors-OPEP se contractant parallèlement de 0,74 mbj, selon les prévisions de l'organisation, qui confirme ses précédentes estimations.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite