Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit au plus haut de l'année dans un contexte encourageant

prix du petrole New YorkNew York: Le pétrole a monté lundi au plus haut de 2016 à New York face à une configuration favorable, dont le récent plongeon du dollar, des menaces sur la production nigériane, ainsi que l'apparent optimisme de l'Arabie saoudite sur les perspectives du marché.
Le cours du baril de référence (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juillet a gagné 1,07 dollar à 49,69 dollars sur le New York Mercantile Exchange, un niveau auquel il n'avait pas terminé depuis juillet 2015.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a avancé de 91 cents à 50,55 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), au plus haut depuis octobre.

"Plusieurs éléments, qui n'auraient pas été si marquants pris individuellement, se sont combinés pour contribuer à une impression positive et tirer les cours vers le haut", a estimé Kyle Cooper, de IAF Advisors.

Premièrement, le marché pétrolier a réagi de façon un peu tardive à une chute du dollar en fin de semaine précédente, à la suite de chiffres mensuels très décevants sur l'emploi américain.

"Certains investisseurs semblent réaliser seulement maintenant que le dollar a plongé vendredi et achètent aujourd'hui du pétrole", dont les cours deviennent plus intéressants car ils sont libellés en monnaie américaine, "bien que la devise se soit désormais stabilisée", s'est étonné dans une note Tim Evans de Citi.

Second élément dominant lundi, les menaces s'accumulent sur la production au Nigeria, où un nouveau groupe rebelle, La Force conjointe de libération du delta du Niger (JNDLF), a menacé lundi de mener des attaques imminentes dans cette région pétrolière, alors que les sabotages de ce type se manifestent déjà depuis plusieurs semaines.

"Même si ExxonMobil a annoncé lors du week-end avoir levé son cas de force majeur sur le terminal de Qua Iboe, principal canal d'exportations du pays, les craintes continuent de s'accumuler sur l'offre", a écrit Matt Smith, de ClipperData, évoquant également les menaces d'un autre groupe, les Vengeurs du delta du Niger (NDA).

L'Agence internationale de l'Energie (AIE), bras énergétique de l'OCDE, "estime que la production du pays (...) a baissé en moyenne de 1,6 million de barils par jour (bj) en mai, ce qui le relègue en deuxième place derrière l'Angola parmi les principaux producteurs africains de pétrole", a souligné M. Smith.


- Espoir sur Cushing

Troisième élément de soutien aux cours, l'Arabie saoudite a relevé le prix auquel elle vend son pétrole vers les Etats-Unis et l'Asie, semblant ainsi témoigner de son optimisme sur une résorption durable de la surabondance d'or noir dans le monde.

Cette décision est intervenue dans le sillage d'un sommet de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dominée par Ryad, à l'issue duquel le cartel n'a pas pris de décision concrète pour réduire sa production, sans pour autant doucher les espoirs des investisseurs.

"C'était un sommet relativement favorable", a estimé Bart Melek, de TD Securities. "Même s'il n'a pas débouché sur des baisses de production, l'Arabie saoudite a semblé entretenir des relations assez respectueuses avec l'Iran."

Les tensions régionales entre l'Arabie saoudite et l'Iran, qui n'a aucun intérêt à réduire son offre au moment où il fait son retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions, avaient contribué à l'échec d'une précédente réunion entre pays producteurs, à la mi-avril.

Reste que Ryad, tout en relevant ses prix vers une partie du monde, les a parallèlement abaissé vers l'Europe, témoignant ainsi de sa volonté de continuer à défendre ses parts de marché.

L'Arabie saoudite est ainsi "en train de se préparer à faire concurrence au retour des barils iraniens", a expliqué M. Smith.

Enfin, dernier facteur de soutien aux cours, le marché est animé de rumeurs selon lesquelles les réserves de brut du terminal américain de Cushing, qui sert de base à la cotation du WTI, ont nettement baissé la semaine dernière, selon M. Evans.

"Même s'il y a d'autres facteurs moins favorables, comme la reprise de la production dans les gisements au Canada", après les vastes incendies de mai, "l'optimisme dominant donne aux cours une nouvelle chance d'aller plus haut", a-t-il conclu.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 21 septembre 2018 à 22:11

Canada: le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc co…

Ottawa: Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc...

vendredi 21 septembre 2018 à 21:56

Le pétrole termine en hausse à l'approche d'une réunion de l…

NYC/Cours de clôture: Après avoir flirté avec le seuil symbolique des 80 dollars le baril, le pétrole londonien a terminé en modeste...

vendredi 21 septembre 2018 à 17:51

Autriche: un oléoduc utilisé pour produire de l'électricité

Vienne: Un oléoduc traversant les Alpes a été équipé d'une turbine lui permettant de produire de l'électricité pour l'équivalent de 3.000 foyers...

vendredi 21 septembre 2018 à 16:24

Le pétrole remonte, le marché hésite après le tweet de Trump

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché volatil après un tweet de Trum…

Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, effaçant leurs pertes de la veille dans un marché à la...

vendredi 21 septembre 2018 à 07:38

Le pétrole sans direction claire en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient vendredi dans des directions opposées, dans la foulée de critiques du président américain Donald Trump contre...

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite