Menu
A+ A A-

Le pétrole en hausse, galvanisé par un dollar affaibli et des interruptions de production au Nigeria

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole s'affichaient en nette hausse lundi en fin d'échanges européens, tirant profit d'un dollar au plus bas en trois semaines, ainsi que de nouvelles perturbations de l'approvisionnement au Nigeria dans un marché de plus en plus confiant quant à un rééquilibrage entre l'offre et la demande d'ici fin 2017.
Vers 16H10 GMT (18H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 50,47 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 83 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juillet prenait 1,02 dollar à 49,64 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après un accès de faiblesse vendredi dans le sillage de mauvais chiffres sur l'emploi américain ayant ravivé des inquiétudes sur la demande ainsi qu'une hausse du nombre de puits en activité aux États-Unis, reprenaient leur marche en avant ce lundi, sous l'effet conjugué de l'affaiblissement du dollar et de nouvelles perturbations de production au Nigeria.

Le prix du baril de Brent est même monté lundi vers 14H00 GMT jusqu'à 50,83 dollars, un plus haut en sept mois.

Le billet vert, tombé vendredi à son plus bas en trois semaines face à l'euro, restait affaibli par les chiffres décevants de l'emploi américain qui ont balayé les attentes d'une hausse des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) la semaine prochaine, même si les cours du brut sont restés dans un premier temps relativement insensibles à cette chute du dollar.

Toute dépréciation du dollar profite en effet théoriquement aux achats de pétrole, libellés en monnaie américaine et donc rendus moins onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Mais pour les analystes de Commerzbank, le marché restait surtout soutenu par les multiples problèmes de production à travers le monde, même s'ils prévenaient que cette situation ne pouvait résoudre que provisoirement la surabondance générale d'or noir.

Parmi les pays de plus en plus au coeur de l'attention dans ce contexte, il y a le Nigeria où des militants ont menacé de réduire la production à zéro, ont-ils noté.

Les Vengeurs du Delta du Niger (NDA), un nouveau groupe rebelle séparatiste qui multiplie les attaques sur les installations pétrolières depuis le début de l'année, a en effet revendiqué vendredi deux nouveaux raids, contre les oléoducs opérés par des filiales locales des ténors Shell et Eni.

Il est évident que nous ne pouvons ignorer l'impact des interruptions de production au Nigeria et du dollar plus faible mais ces facteurs jouent les seconds couteaux par rapport aux attentes grandissantes d'un resserrement du marché plus tard cette année qui est le premier moteur des prix du pétrole actuellement, estimait pour sa part Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

Selon ce dernier, la résistance manifestée par les cours du brut à toute nouvelle plutôt défavorable, comme la hausse du nombre de puits en activité aux États-Unis la semaine dernière ou encore l'inaction manifestée par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) lors de sa réunion semestrielle jeudi, suggère que cela pourrait n'être qu'une question de temps avant que le WTI grimpe de nouveau et de façon décisive au-dessus des 50 dollars le baril.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en hausse, galvanisé par un dollar affaibli et des interruptions de production au Nigeria


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 24 janvier 2019 à 11:07

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du "peak oil" (demande maximale de pétrole). Le plus gros producteur de l’OPEP continue de...

    jeudi 24 janvier 2019 à 05:28

    Le pétrole recule en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reculaient en Asie jeudi, plombés par les inquiétudes sur un ralentissement de la demande mondiale et des...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:30

    Le pétrole lesté par la prudence des investisseurs

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse mercredi dans un marché empreint de prudence alors que persistent les...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:29

    Une guerre des prix du pétrole avec les États-Unis nuirait à…

    Davos: La Russie ne devrait pas essayer de réduire la production américaine de schiste avec une guerre des prix du pétrole, car...

    mercredi 23 janvier 2019 à 21:14

    La compagnie chinoise CNOOC prévoit ses plus fortes dépenses…

    Singapour: CNOOC, le plus grand producteur de pétrole offshore de Chine, prévoit que ses dépenses en capital pour 2019 seront les plus...

    mercredi 23 janvier 2019 à 17:03

    Les compagnies pétrolières US disent à l'Opep que leur prod…

    New York: Les compagnies pétrolières américaines ont tenté mercredi d'apaiser les craintes de l'Opep de perdre des parts de marché, expliquant que...

    mercredi 23 janvier 2019 à 15:57

    La compagnie pétrolière Vénézuélienne PDVSA annonce une bais…

    Caracas: La compagnie pétrolière PDVSA appartenant à l’État vénézuélien, a déclaré que sa dette avait diminué de 5% l’an dernier, pour atteindre...

    mercredi 23 janvier 2019 à 12:35

    Le pétrole remonte dans un marché volatil

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mercredi en cours d'échanges européens, effaçant une partie de leurs pertes de la veille dans un...

    mercredi 23 janvier 2019 à 04:21

    Le pétrole stable en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient stables, mercredi en Asie, au lendemain d'une baisse provoquée par un regain d'inquiétude quant à l'économie...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 22 janvier 2019 Chine Les raffineries chinoises ont traité en moyenne 12,07 millions de barils de pétrole brut par jour en 2018, en hausse de 6,8% par rapport à l’année précédente.

    7 facteurs qui influenceront les prix du pétrole en 2019

    Le mercredi 23 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    2019: L'année dernière, les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau en quatre ans, avant de plonger à plus de 30 dollars. De nombreux facteurs ont joué pendant cette période de volatilité, notamment les sanctions iraniennes et la promesse en résultant de l’OPEP + de stimuler la production pour éviter une pénurie d’approvisionnement. La volatilité semble s’être maintenue jusqu’en 2019, l’incertitude régnant dans plusieurs domaines clés des marchés pétroliers de cette année.

    Lire la suite

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite