Menu
A+ A A-

Le pétrole baisse encore un peu à la veille de l'Opep

prix du petrole New YorkNew York: Les cours pétroliers ont fini en légère baisse mercredi, dans un marché très prudent à la veille d'une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) où il espère trouver une justification des niveaux de prix actuels.
Le cours du baril de référence (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juillet a cédé 9 cents à 49,01 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet, dont c'était le premier jour d'utilisation comme contrat de référence a reculé de 17 cents par rapport à lundi, à 49,72 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Ce qu'on espère c'est qu'on va voir un genre d'accord sortir de la réunion (des pays de l'OPEP). Il y a des rumeurs selon lesquelles ils pourraient décider une espèce de plafond de production, ce qui a permis de réduire les pertes aujourd'hui", a expliqué Mike Dragosits, chez TD Securities.

Les représentants des pays membres du cartel doivent se réunir jeudi à Vienne, et les spéculations vont bon train sur ce qui risque d'en sortir, après l'échec en avril de discussion sur un gel des niveaux de production.

Pourtant depuis leur étiage de février, les cours ont bondi de presque 90%, notamment grâce à l'idée avancée par des pays producteurs de faire monter les prix par une action concertée.

Une série de problèmes de production dans plusieurs pays, dont le Canada et le Nigeria, ainsi qu'en Libye, ont aussi contribué à restreindre l'offre et soutenir les prix.

Pour M. Dragosits, "la position (des pays membres de l'OPEP) est assez claire, ils sont en mode attentiste en voyant que l'offre est provisoirement réduite".

"Je crois qu'il ne vont pas essayer de faire dérailler la remontée des prix des derniers mois en excluant toute initiative", a-t-il précisé, "mais qu'il va y avoir une sorte d'accord non impératif pour garder les prix relativement élevés en attendant que le marché se rééquilibre au deuxième semestre".

Chez Citi, Tim Evans restait toutefois sceptique.

"Nous pensons que la perspective d'une limitation de la production est très réduite, vu que l'Iran est décidé à augmenter sa production et que d'autres prévoient d'en faire autant, alors que la reprise des cours a réduit la motivation pour changer de politique", expliquait-il dans une note.

Pour Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, "il devient de plus en plus évident que malgré toutes ces discussions sur d'éventuels gels et plafonds de production aucune chose de la sorte ne va faire l'objet d'un accord et que la réticence de l'Arabie saoudite et de l'Iran à assouplir leurs positions va impliquer une production à son niveau actuel ou au-dessus".


- Forte demande américaine

Les investisseurs attendaient par ailleurs la publication jeudi des données hebdomadaires du ministère américain de l'Énergie (DoE) sur le niveau des réserves nationale de brut et de produits pétroliers, espérant les voir baisser.

Avant que la fédération professionnelle API publie son estimation mercredi soir, la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg portait sur une baisse de 2,5 millions de barils des réserves de brut, de 350.000 barils de celles d'essence, et de 921.000 barils de celles de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc...).

Mardi soir le DoE avait déjà indiqué dans un rapport mensuel que la demande américaine en pétrole était en excellente forme.

La demande en essence de mars a même battu un record pour ce mois, dépassant le niveau de 2007.

En revanche, la production américaine a peu baissé, l'exploitation des gisements du golfe du Mexique compensant presque la baisse de celle des bassins schisteux.

Carl Larry, de Frost & Sullivan, a conclu de ces chiffres que l'"on pourrait prochainement voir le prix du brut américain se désolidariser des prix mondiaux" et remonter, à la différence du brut européen ou moyen-oriental.

(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse encore un peu à la veille de l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 février 2019 à 22:06

    Les cours du pétrole touchent un pic de trois mois, le comme…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé vendredi dans le sillage d'espoirs d'amélioration des relations commerciales entre les Etats-Unis et...

    vendredi 22 février 2019 à 12:08

    Le pétrole rebondit, pris entre l'Opep et les Etats-Unis

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le marché peinait à trouver un équilibre entre une...

    vendredi 22 février 2019 à 04:38

    Le pétrole continue de reculer en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer vendredi en Asie, plombés par une hausse plus forte que prévue des réserves américaines...

    jeudi 21 février 2019 à 21:32

    Le pétrole recule légèrement, la production américaine à un …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement reculé jeudi, dans le sillage d'un rapport américain montrant que la production a...

    jeudi 21 février 2019 à 17:43

    USA: la production américaine de brut atteint un nouveau rec…

    New York: La production américaine de pétrole brut a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, et les...

    jeudi 21 février 2019 à 15:39

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite