Menu
RSS
A+ A A-

Opep: des ministres plutôt optimistes face à un marché en voie de rééquilibrage

prix du petrole vienneVienne: Les ministres des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) se sont montrés globalement assez optimistes depuis mardi sur le rééquilibrage à moyen terme du marché pétrolier, laissant penser que le cartel devrait plus que jamais opter pour le statu quo lors de sa réunion semestrielle jeudi à Vienne.
Ainsi, le ministre de l'Énergie des Émirats arabes unis Suhail al-Mazroui s'est-il dit optimiste concernant l'évolution des prix du pétrole mardi à son arrivée dans la capitale autrichienne, estimant que le baril devrait atteindre un prix juste à la fois pour les consommateurs et pour les producteurs d'ici la fin de l'année .

De même, le vice-ministre irakien du Pétrole Fayadh Nema a indiqué mercredi à Vienne que le marché (pétrolier) s'améliorait et qu'il continuerait à faire de même dans la seconde partie de l'année.

M. Nema a précisé que son pays avait produit en mai 4 millions de barils par jour et en avait exporté 3,2 millions.

Avec un baril de pétrole qui avoisine désormais les 50 dollars le baril, et alors que la plupart des organismes internationaux du secteur s'accordent à prédire un rééquilibrage du marché d'ici à la fin de l'année, la probabilité que l'OPEP infléchisse sa position par rapport à sa réunion de décembre est jugée hautement improbable par la plupart des observateurs.

Loin d'avoir préparé le terrain à un quelconque changement de stratégie du cartel, l'incapacité des grands producteurs de brut à s'entendre sur une limitation de leur production à la mi-avril à Doha est considérée par beaucoup comme le signe de l'absence d'une réelle volonté de réduire la surabondance mondiale d'offre, à l'heure où le marché semble bien parti pour s'en charger lui-même.

Le ton était toutefois moins enthousiaste chez les producteurs plus modestes du cartel, auxquels la chute des cours du brut depuis deux ans a fait payer le plus lourd tribut.


- 'Il faut qu'on fasse des efforts'

Le ministre algérien du Pétrole Salah Khebri a ainsi déclaré mercredi qu'il attendait beaucoup de choses de la réunion de l'OPEP, et de nouveau indiqué qu'il était partisan d'un gel de la production.

Le marché est en voie de rééquilibrage mais il faut qu'on fasse des efforts, a précisé M. Khebri à son arrivée dans la capitale autrichienne.

Quant à José Maria Botelho de Vasconcelos, le ministre angolais du Pétrole, il a également estimé qu'une potentielle limitation de la production devait être discutée car même si la tendance (des prix) est un petit peu (plus) positive, nous avons besoin d'attendre davantage car ceci n'est pas suffisant pour satisfaire l'Angola, qui le serait davantage avec un baril à 60 dollars, a-t-il fait valoir.

Plus sceptique également sur le rôle qu'a joué l'OPEP dans ce début de rééquilibrage, le ministre vénézuélien du Pétrole Eulogio del Pino a jugé mercredi que ce n'était pas la situation du marché mais certaines circonstances exceptionnelles qui avaient permis de réduire la production et aidé à la reprise des prix.

Selon ce dernier, un gel de la production est en place de facto depuis trois à quatre mois sur le marché pétrolier grâce aux interruptions non programmées de production au Canada, au Nigeria et en Colombie.


- Retour en force de l'Iran

Reste qu'outre l'amélioration des conditions du marché, un autre facteur rend également improbable toute décision de l'OPEP en faveur d'une limitation de sa production: le retour en force de l'Iran.

La rivalité opposant Téhéran, de retour sur le marché pétrolier à la faveur de la levée des sanctions occidentales, à l'Arabie saoudite, poids lourd du cartel, a largement contribué à l'impasse des négociations menées depuis le début de l'année sur un éventuel gel de la production au niveau mondial, alors que Ryad a toujours indiqué qu'il n'y consentirait pas unilatéralement.

Fidèle à son objectif de regagner aussi vite que possible le terrain perdu depuis 2012, l'Iran compte exporter, à partir de cet été, 2,2 millions de barils de pétrole par jour, retrouvant ainsi son niveau d'exportation d'avant les sanctions.

Le marché est en train de retrouver un état d'équilibre, a déclaré mercredi, avant son départ pour Vienne, le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh, expliquant que le doublement des exportations iraniennes depuis le début de l'année n'avait eu aucun effet négatif sur le marché, qui avait au contraire bien absorbé cette offre supplémentaire.

Le cartel de 13 pays, qui produit environ un tiers du brut mondial, a pompé quelque 32,3 millions de barils par jour (mbj) au premier trimestre 2016, tandis que la production saoudienne a atteint à elle seule 10,13 mbj de janvier à avril, en hausse de 3,5% sur un an.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 20 septembre 2018 à 14:06

Trump exige de l'Opep une réduction immédiate des prix du pé…

Washington: Le président américain Donald Trump a exhorté jeudi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à faire baisser "maintenant" les prix du...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:03

Dossier Eni/Shell de corruption au Nigeria: deux premières c…

Milan: Une juge de Milan a prononcé jeudi les deux premières condamnations dans un dossier de corruption présumée au Nigeria impliquant les...

jeudi 20 septembre 2018 à 12:16

Le pétrole monte un peu, le marché reprend son souffle

Londres: Les prix du pétrole montaient très légèrement jeudi en cours d'échanges européens après deux séances de hausse marquée dans un marché...

jeudi 20 septembre 2018 à 10:52

Le Premier ministre Français "assume" la hausse de…

Paris: Le Premier ministre Edouard Philippe a dit jeudi "assumer" la hausse des taxes sur les carburants prévue en 2019, jugeant nécessaire...

jeudi 20 septembre 2018 à 05:41

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper en Asie jeudi, portés par un net repli des stocks de brut aux Etats-Unis...

mercredi 19 septembre 2018 à 21:35

Le pétrole profite d'une nouvelle baisse des stocks de brut …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mercredi, portés par l'annonce d'un repli des stocks de brut aux...

mercredi 19 septembre 2018 à 17:49

USA: les stocks de pétrole brut baissent un peu moins que pr…

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé un peu moins que prévu la semaine dernière, selon les chiffres...

mercredi 19 septembre 2018 à 17:35

Corruption en Algérie: ENI et son ex-patron Paolo Scaroni ac…

Milan: L'ex-patron d'Eni, Paolo Scaroni, a été acquitté mercredi de l'accusation de corruption internationale en Algérie, de même que le groupe pétrolier...

mercredi 19 septembre 2018 à 16:06

Le pétrole hésite en attendant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé mercredi en cours d'échanges européens, au lendemain d'une forte hausse et en attendant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite