Menu
A+ A A-

Le pétrole reste dans le vert, porté par des stocks américains confortant ses attentes

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole étaient toujours orientés en nette hausse mercredi en fin d'échanges européens, profitant d'une forte chute des stocks américains de brut qui s'est révélée globalement conforme aux attentes du marché.
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 49,10 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 49 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance gagnait 19 cents à 48,81 dollars.

L'optimisme manifesté par le marché avant la publication du rapport du département américain de l'Énergie (DoE) sur l'état des réserves de brut aux États-Unis ne s'est pas démenti une fois les données dévoilées, même si les cours --qui avaient accéléré la cadence peu avant la publication de ces chiffres-- se sont ensuite ravisés.

Le WTI est même monté vers 14h30 GMT, au moment même où le rapport du DoE était publié, jusqu'à 49,62 dollars, un plus haut depuis le 9 octobre 2015.

Lors de la semaine achevée le 20 mai, les réserves commerciales de brut ont reculé de 4,2 millions de barils à 537,1 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg ne s'attendaient qu'à une baisse de deux millions de barils.

Le déclin annoncé par le DoE est en revanche légèrement moins marqué que le recul de 5,1 millions de barils signalé la veille par la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) dans ses propres estimations parues mardi soir.

Le déclin des stocks était attendu et en grande partie déjà intégré dans les cours. Il s'explique par des éléments saisonniers et également par l'impact des incendies qui ont eu lieu récemment (au Canada). On ne peut donc pas dire que les estimations de l'API ou encore l'évolution des stocks constituent une surprise pour le marché, commentait Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

De facto, cela n'a pas constitué un catalyseur prompt à faire franchir la barre symbolique des 50 dollars, poursuivait l'analyste, alors que les cours s'étaient rapprochés de ce seuil peu avant 14h30 GMT.

La réaction tempérée du marché peut aussi s'expliquer par les données plus mitigées du rapport du DoE concernant les réserves d'essence.

A l'inverse de ceux de brut, les stocks d'essence ont en effet augmenté de deux millions de barils, alors que les experts de Bloomberg prévoyaient un recul de 1,5 million de barils. C'est cependant moins que les estimations de l'API, qui tablaient sur une avancée de 3,6 millions de barils.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont en revanche diminué de 1,3 million de barils, soit à peu près comme le recul d'un million prévu par les experts de Bloomberg mais nettement moins que la baisse de 2,9 millions annoncée par l'API.

Mais pour M. Dembik, les investisseurs restaient prudents à l'approche de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) la semaine prochaine à Vienne, craignant toujours un retournement de tendance alors que les cours ont progressé de plus de 80% depuis début février.

Pour envisager un franchissement durable de la borne des 50 dollars, il faudra qu'on constate une baisse conséquente de la production saoudienne et/ou un changement de ton de la part de Ryad à propos de la stratégie suivie sur le marché pétrolier, a relevé M. Dembik.

Or, un tel changement de stratégie de l'Arabie saoudite, poids lourd du cartel, était jugé hautement improbable par la plupart des observateurs dans un contexte marqué par la montée en puissance des exportations iraniennes et un niveau de prix du pétrole plus confortable pour la plupart des producteurs du cartel qu'il y a six mois.

(c) AFP

Commenter Le pétrole reste dans le vert, porté par des stocks américains confortant ses attentes


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite