Menu
A+ A A-

Le pétrole n'attend plus que les stocks américains pour dépasser les 50 dollars

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole poursuivaient leur marche en avant mercredi en cours d'échanges européens, galvanisés par de premières estimations favorables de l'API sur les stocks américains de brut, ravivant les espoirs de rééquilibrage du marché.
Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 49,20 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 59 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance gagnait 51 cents à 49,13 dollars.

Après avoir connu un léger accès de faiblesse depuis vendredi dernier, sur fond de normalisation des interruptions de production qui avaient jusqu'alors largement soutenu les prix, les cours du Brent et du WTI sont repassés dès mardi dans le vert, à la faveur de prévisions optimistes quant aux chiffres sur les réserves américaines de brut.

"Le mouvement de hausse des prix du pétrole a été causé par une forte chute de 5 millions de barils (des stocks américains de brut), bien au-dessus des attentes, selon les estimations de l'API publiées mardi après la clôture des échanges", soulignait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

La fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) a en effet fait état mardi d'une baisse de 5,1 millions des réserves américaines de brut la semaine dernière, soit "trois fois plus qu'attendu", notaient les analystes de Commerzbank, tandis qu'elle anticipe un déclin de 189.000 barils des stocks de pétrole au terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud des États-Unis).

Cette forte baisse est sans aucun doute attribuable, pour les experts de Commerzbank, au resserrement de l'offre dans le Midwest (nord-est des États-Unis) en raison des importantes interruptions de production au Canada.

Dans le sillage des chiffres de l'API, le WTI a signé de nouveaux plus hauts pluri-mensuels, montant même mercredi vers 06h30 GMT jusqu'à 49,45 dollars, au plus haut en plus de sept mois et demi.

Désormais, "tous les yeux sont tournés vers le rapport sur les stocks de pétrole du département américain de l'Énergie (DoE)", attendu à 14h30 GMT, et "si nous voyons une forte chute dans le rapport officiel, alors un baril à 50 dollars devient une réalité et nous sommes de retour au niveau de rentabilité des producteurs de pétrole de schiste américains", expliquait Chris Weston, analyste chez IG.

La plupart des analystes jugeaient en effet que si les données officielles du DoE venaient à confirmer les chiffres de l'API, surtout si une nouvelle chute de la production américaine était constatée, cela pourrait encourager les cours à franchir le seuil des 50 dollars, qu'ils renâclaient jusqu'à présent à dépasser.

Selon la prévision médiane des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, le rapport du DoE devrait montrer une baisse des réserves de brut de 2 millions de barils, ainsi qu'un déclin des stocks d'essence de 1,5 million de barils et un recul de ceux de produits distillés (dont le gazole, le fioul de chauffage, et le kérosène), de 1 million de barils.

"Cela dit, le niveau plus élevé des prix rend la production de pétrole de schiste aux États-Unis de nouveau lucrative dans de nombreux endroits, ce qui pourrait saper la chute de la production dans les prochains mois. De plus, la production de pétrole reprend progressivement dans les régions canadiennes touchées par les incendies, ce qui signifie que la situation de l'offre devrait s'améliorer à nouveau dans les semaines à venir", tempéraient toutefois les analystes de Commerzbank.

Aussi ces derniers estimaient-ils que même si les cours parvenaient à passer au-dessus des 50 dollars le baril, il était peu probable qu'ils s'y maintiennent durablement.

(c) AFP

Commenter Le pétrole n'attend plus que les stocks américains pour dépasser les 50 dollars


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 19 juin 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu, l'Opep+ s'accorde sur une date de …

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens dans un marché paisible, à moins de deux semaines de la...

    mercredi 19 juin 2019 à 05:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé, mercredi en Asie, après le net rebond de la veille, lié notamment aux...

    mardi 18 juin 2019 à 21:38

    Le pétrole rebondit avec le retour de l'appétit pour le risq…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont nettement rebondi mardi, profitant de la bonne humeur générale des marchés, alors que la...

    mardi 18 juin 2019 à 16:39

    Le pétrole se reprend malgré l'incertitude sur la réunion de…

    Londres: Les prix du pétrole repassaient dans le vert mardi en cours d'échanges européens, profitant de la bonne humeur générale des marchés...

    mardi 18 juin 2019 à 12:04

    Le pétrole affaibli par des craintes sur la demande mondiale

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse mardi en cours d'échanges européens, fragilisés par des craintes sur la demande mondiale...

    lundi 17 juin 2019 à 22:03

    Le pétrole baisse, confusion sur une prochaine réunion de l…

    New York: Les cours du pétrole ont baissé lundi dans un marché surveillant la difficile organisation d'une réunion de l'Organisation des pays...

    lundi 17 juin 2019 à 14:26

    Frets maritimes: les frets secs reculent, les pétroliers div…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont reculé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers ont divergé.

    lundi 17 juin 2019 à 12:43

    Le pétrole baisse un peu sur fond de tensions commerciales

    Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu lundi en cours d'échanges européens dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui...

    lundi 17 juin 2019 à 12:41

    Les prix des carburants en forte baisse dans les stations-se…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont baissé dans leur globalité la semaine dernière, avec une baisse encore plus...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite