Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole en petite baisse, attendant d'en savoir plus sur les stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole perdaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens, dans un marché caractérisé par la prudence avant les derniers chiffres sur les stocks américains de brut mercredi et à l'approche de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) le 2 juin.
Vers 10H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 48,10 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 25 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 20 cents à 47,88 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui avaient été soutenus la semaine dernière par des interruptions prolongées de production, notamment au Canada et au Nigeria, accusaient quelque peu le coup alors que la situation semblait se normaliser dans ces deux pays.

Les prix du brut continuent à se replier alors que les perturbations d'approvisionnement au Canada (...) commencent à s'estomper, laissant peu de soutien fondamental au pétrole à l'exception d'une grève des travailleurs pétroliers français, notaient Michael van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets.

Avant qu'il ne commence à marquer le pas en fin de semaine dernière, le marché profitait en effet depuis le début du mois d'une conjonction de perturbations sur des sites pétroliers, que ce soit des sabotages et mouvements sociaux au Nigeria, les incendies dévastateurs dans la province canadienne de l'Alberta ou encore la fermeture d'un terminal portuaire en Libye.

Or, sur le premier plan, les syndicats nigérians ont mis fin à leur grève, tandis que sur le second, plusieurs installations ont pu rouvrir dans l'Alberta, à la suite d'une météo plus fraîche et humide, et qu'enfin le port oriental d'Hariga, près de la frontière égyptienne, a pu rouvrir en Libye.

Ainsi, malgré l'apparent resserrement des fondamentaux sous-jacents (de l'offre et de la demande) du pétrole, il y a encore clairement des éléments de doute quant à savoir si l'actuelle tendance haussière des prix du pétrole a l'assise suffisante pour pousser davantage le Brent et le WTI en territoire positif, commentait Stephen Brennock, analyste chez PVM.

Selon ce dernier, la preuve de cette incertitude a été fournie par l'incapacité des cours à franchir le seuil symbolique des 50 dollars, les investisseurs réalisant que le principal facteur soutenant dernièrement les prix - à savoir les interruptions de production - serait de courte durée, ces perturbations imprévues allant nécessairement se régulariser dans les prochains mois.

L'analyste estimait en outre que toute hausse supplémentaire des prix apparaissait limitée par les craintes persistantes qu'avec un baril avoisinant les 50 dollars, les producteurs américains de pétrole de schiste se rapprochent de leur seuil de rentabilité, ce qui pourrait faire repartir la production en nette hausse.

Le pétrole continuait en outre de pâtir de l'appréciation du dollar, le billet vert profitant toujours d'un regain des spéculations sur une nouvelle hausse prochaine des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed), ainsi que des craintes croissantes des investisseurs de voir l'OPEP opter de nouveau pour le statu quo la semaine prochaine à Vienne.

Ainsi pour Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix, en l'absence de nouveaux indicateurs, les prix du pétrole ne devraient pas connaître de grandes fluctuations ce mardi mais continuer de se stabiliser aux niveaux de la semaine dernière, attendant les dernières statistiques sur les stocks américains de brut pour se prononcer.

Ces données, qui seront publiées mercredi, pourraient en effet bien être le catalyseur attendu par le marché, jugeait Brenda Kelly, de London Capital Group, qui notait que les attentes d'un large déclin des stocks de pétrole aux États-Unis empêchaient les prix de baisser davantage.

Le marché aura une idée plus précise de ces chiffres dès ce mardi, après la clôture des échanges, avec les estimations de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), avant les statistiques officielles du département américain de l'Énergie (DoE) mercredi.

Tant que nous ne verrons pas des preuves concluantes d'un déclin des réserves mondiales débordantes de pétrole, des doutes concernant l'ampleur du rebond des prix persisteront, concluait M. Jakob.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 20 septembre 2018 à 21:08

Le pétrole lesté par les critiques de Trump contre l'Opep

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald...

jeudi 20 septembre 2018 à 17:37

Pétrole: les américains Chevron et Exxon rejoignent une init…

Paris: Les géants pétroliers américains Chevron et ExxonMobil ont rejoint jeudi une initiative d'entreprises du secteur pour lutter contre le changement climatique.

jeudi 20 septembre 2018 à 16:07

Le pétrole recule, Trump tempête contre l'Opep

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a repris ses critiques...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:06

Trump exige de l'Opep une réduction immédiate des prix du pé…

Washington: Le président américain Donald Trump a exhorté jeudi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à faire baisser "maintenant" les prix du...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:03

Dossier Eni/Shell de corruption au Nigeria: deux premières c…

Milan: Une juge de Milan a prononcé jeudi les deux premières condamnations dans un dossier de corruption présumée au Nigeria impliquant les...

jeudi 20 septembre 2018 à 12:16

Le pétrole monte un peu, le marché reprend son souffle

Londres: Les prix du pétrole montaient très légèrement jeudi en cours d'échanges européens après deux séances de hausse marquée dans un marché...

jeudi 20 septembre 2018 à 10:52

Le Premier ministre Français "assume" la hausse de…

Paris: Le Premier ministre Edouard Philippe a dit jeudi "assumer" la hausse des taxes sur les carburants prévue en 2019, jugeant nécessaire...

jeudi 20 septembre 2018 à 05:41

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper en Asie jeudi, portés par un net repli des stocks de brut aux Etats-Unis...

mercredi 19 septembre 2018 à 21:35

Le pétrole profite d'une nouvelle baisse des stocks de brut …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mercredi, portés par l'annonce d'un repli des stocks de brut aux...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite