Menu
A+ A A-

Le pétrole en petite baisse, attendant d'en savoir plus sur les stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole perdaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens, dans un marché caractérisé par la prudence avant les derniers chiffres sur les stocks américains de brut mercredi et à l'approche de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) le 2 juin.
Vers 10H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 48,10 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 25 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 20 cents à 47,88 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, qui avaient été soutenus la semaine dernière par des interruptions prolongées de production, notamment au Canada et au Nigeria, accusaient quelque peu le coup alors que la situation semblait se normaliser dans ces deux pays.

Les prix du brut continuent à se replier alors que les perturbations d'approvisionnement au Canada (...) commencent à s'estomper, laissant peu de soutien fondamental au pétrole à l'exception d'une grève des travailleurs pétroliers français, notaient Michael van Dulken et Augustin Eden, analystes chez Accendo Markets.

Avant qu'il ne commence à marquer le pas en fin de semaine dernière, le marché profitait en effet depuis le début du mois d'une conjonction de perturbations sur des sites pétroliers, que ce soit des sabotages et mouvements sociaux au Nigeria, les incendies dévastateurs dans la province canadienne de l'Alberta ou encore la fermeture d'un terminal portuaire en Libye.

Or, sur le premier plan, les syndicats nigérians ont mis fin à leur grève, tandis que sur le second, plusieurs installations ont pu rouvrir dans l'Alberta, à la suite d'une météo plus fraîche et humide, et qu'enfin le port oriental d'Hariga, près de la frontière égyptienne, a pu rouvrir en Libye.

Ainsi, malgré l'apparent resserrement des fondamentaux sous-jacents (de l'offre et de la demande) du pétrole, il y a encore clairement des éléments de doute quant à savoir si l'actuelle tendance haussière des prix du pétrole a l'assise suffisante pour pousser davantage le Brent et le WTI en territoire positif, commentait Stephen Brennock, analyste chez PVM.

Selon ce dernier, la preuve de cette incertitude a été fournie par l'incapacité des cours à franchir le seuil symbolique des 50 dollars, les investisseurs réalisant que le principal facteur soutenant dernièrement les prix - à savoir les interruptions de production - serait de courte durée, ces perturbations imprévues allant nécessairement se régulariser dans les prochains mois.

L'analyste estimait en outre que toute hausse supplémentaire des prix apparaissait limitée par les craintes persistantes qu'avec un baril avoisinant les 50 dollars, les producteurs américains de pétrole de schiste se rapprochent de leur seuil de rentabilité, ce qui pourrait faire repartir la production en nette hausse.

Le pétrole continuait en outre de pâtir de l'appréciation du dollar, le billet vert profitant toujours d'un regain des spéculations sur une nouvelle hausse prochaine des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed), ainsi que des craintes croissantes des investisseurs de voir l'OPEP opter de nouveau pour le statu quo la semaine prochaine à Vienne.

Ainsi pour Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix, en l'absence de nouveaux indicateurs, les prix du pétrole ne devraient pas connaître de grandes fluctuations ce mardi mais continuer de se stabiliser aux niveaux de la semaine dernière, attendant les dernières statistiques sur les stocks américains de brut pour se prononcer.

Ces données, qui seront publiées mercredi, pourraient en effet bien être le catalyseur attendu par le marché, jugeait Brenda Kelly, de London Capital Group, qui notait que les attentes d'un large déclin des stocks de pétrole aux États-Unis empêchaient les prix de baisser davantage.

Le marché aura une idée plus précise de ces chiffres dès ce mardi, après la clôture des échanges, avec les estimations de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), avant les statistiques officielles du département américain de l'Énergie (DoE) mercredi.

Tant que nous ne verrons pas des preuves concluantes d'un déclin des réserves mondiales débordantes de pétrole, des doutes concernant l'ampleur du rebond des prix persisteront, concluait M. Jakob.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en petite baisse, attendant d'en savoir plus sur les stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 26 mars 2019 à 06:02

    Les cours du pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, mais les inquiétudes demeuraient quant au ralentissement économique mondial...

    lundi 25 mars 2019 à 21:13

    Les cours du pétrole restent prudents face au ralentissement…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après une baisse marquée en fin de semaine dernière...

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite