Menu
A+ A A-

Carburants: les blocages des sites pétroliers font tache d'huile

prix du petrole ParisParis: Le blocage des sites pétroliers par des opposants au projet de loi travail a continué à s'étendre lundi en France, en dépit des promesses du gouvernement de les libérer, empêchant l'approvisionnement en carburant de nombreuses stations-service.
Dans l'ensemble, six raffineries sur les huit que compte le pays étaient touchées lundi soir contre quatre la veille, le mouvement s'étendant du Grand Ouest au Sud-Est, tandis que plusieurs dépôts de carburants restaient bloqués, notamment Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et Valenciennes (Nord).

Ces blocages provoquent depuis plusieurs jours des difficultés d'approvisionnement de stations-service, entraînant des ruées d'automobilistes aux pompes. Ce n'est pas le prix qui m'intéresse, c'est avoir de l'essence, c'est surtout ça, pour pouvoir rouler!, s'est exclamée une automobiliste du Nord, partie faire le plein en Belgique, près de la frontière avec la France.

A la station-service Total jouxtant le dépôt de Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine), une file de voitures et de camions longue de 500 mètres s'était formée, débordant dangereusement sur la voie rapide Angers-Rennes. Un peu plus loin, la station d'un Carrefour Market était aussi prise d'assaut, des dizaines de voitures s'entassant sur le parking attenant.

Selon Laurent Michel, directeur général de l'Energie et du Climat au ministère de l'Environnement, certains détaillants ont enregistré ce week-end une consommation trois fois supérieure à la moyenne.

L'Union française des industries pétrolières (Ufip) s'est toutefois voulu rassurante: non, il n'y a pas pénurie, il y a des situations tendues, a déclaré son président, Francis Duseux, sur BFMTV.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a appelé lundi les Français à ne céder à aucune panique par crainte d'éventuelles pénuries et assuré que les dépôts seraient débloqués, comme ce fut le cas durant le week-end à Dunkerque (Nord), Rouen (Seine-Maritime) et Lorient (Morbihan).

Evoquant des actions de blocage qui ne sont pas légitimes, le ministre des Finances Michel Sapin a aussi réaffirmé que le gouvernement utiliserait tous les instruments qui sont dans (ses) mains pour débloquer la situation tandis que la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a déploré que des Français soient pris en otage.

- Terminaux pétroliers affectés -

Parmi les cinq raffineries hexagonales de Total, deux (Gonfreville-L'Orcher en Seine-Maritime, Donges en Loire-Atlantique) subissaient toujours la mise à l'arrêt de certaines unités en raison d'un mouvement de grève.

A Feyzin (Rhône), les unités de production sont complètement arrêtées, a indiqué Total, et à Grandpuits (Seine-et-Marne), elles vont l'être jusqu'à la prochaine assemblée générale vendredi.

A La Mède (Bouches-du-Rhône), des blocages d'expéditions de produits pétroliers ont conduit à passer la production en débit réduit.

Selon la CGT, la raffinerie Petroineos à Lavera près de Martigues (Bouches-du-Rhône) était également affectée.

Les deux raffineries Esso (ExxonMobil) de Fos-sur-Mer et de Port-Jérôme-Gravenchon (Seine-Maritime) continuaient pour le moment à fonctionner normalement, selon un porte-parole, même si à Fos, les expéditions camion étaient bloquées. A Gravenchon toutefois, la CGT et FO vont appeler le personnel à la grève dès mardi matin.

Autre menace sur l'approvisionnement en carburants: le personnel des terminaux pétroliers du Havre, qui assure 40% des importations françaises, a voté la grève lundi soir.


- De nouvelles régions touchées

Lundi soir, la situation était globalement (la) même que dimanche soir, a indiqué le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, sur BFM TV. Il n'y a pas de dégradation, avec autour de 20% de stations qui sont fermées ou en grande difficulté sur les quelque 12.000 recensées dans le pays.

Mais alors que les problèmes se concentraient surtout dans le Nord et l'Ouest dimanche, de nouvelles régions étaient touchées lundi, a-t-il précisé, notamment le Sud-Ouest où 13% des stations étaient fermées.

Il a toutefois réfuté l'existence d'une pénurie, évoquant plutôt une surconsommation considérable du fait de mouvements d'inquiétude. Il n'y a pas de problème de stock, il y a un problème de logistique et de camions, a-t-il dit, disant avoir pris un arrêté pour permettre aux chauffeurs d'augmenter leur temps de travail.

Sur les 2.200 stations-service exploitées par Total en France, 678 étaient affectées lundi soir et 98 ont été réquisitionnées par les autorités, a précisé le groupe.

Le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA) a dénoncé les blocages dont les conséquences menacent directement l'économie du pays et la liberté de circulation des Français. La Fédération nationale des transports routiers (FNTR) a elle estimé que les entreprises du secteur en étaient les victimes directes, avec à la clé un risque de paralysie du pays.

(c) AFP

Commenter Carburants: les blocages des sites pétroliers font tache d'huile


    La Compagnie pétrolière française Total

    Total: accord avec Occidental pour acheter les actifs africains d'Anadark…

    dimanche 05 mai 2019

    Paris: Le géant français des hydrocarbures Total a annoncé dimanche soir avoir signé un accord avec le groupe pétrolier Occidental Petroleum en vue de l'acquisition des actifs de la société américaine Anadarko en Afrique pour un montant de 8,8...


    -Voir les actualités de la compagnie pétrolière Total

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 24 mai 2019 à 21:37

    Le pétrole se redresse après sa pire séance de l'année

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, se redressant après avoir subi la veille leur pire séance...

    vendredi 24 mai 2019 à 12:12

    Le pétrole rebondit sans effacer le plongeon de la veille

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, le marché reprenant son souffle après avoir subi les plus fortes...

    vendredi 24 mai 2019 à 05:59

    Le pétrole se reprend un peu en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, au lendemain de la pire séance de l'année, mais...

    jeudi 23 mai 2019 à 21:34

    Le baril de brut new-yorkais perd 5,7% au terme de sa pire s…

    Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole new-yorkais a clôturé jeudi sa pire séance de l'année sur un plongeon de...

    jeudi 23 mai 2019 à 17:39

    Plus forte baisse de 2019 pour le pétrole sur fond de tensio…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 16:56

    Le pétrole perd plus de 4%, les tensions commerciales s'accr…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 12:13

    Le pétrole souffre de la hausse des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les réserves américaines ont augmenté la semaine dernière et...

    mercredi 22 mai 2019 à 21:53

    Le pétrole chute avec le bond des stocks américains

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté mercredi dans le sillage d'un bond des stocks de brut et de produits...

    mercredi 22 mai 2019 à 17:26

    Hausse surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis

    New York: Les stocks de pétrole brut et ceux des produits raffinés ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 23 mai 2019 Le prix du pétrole WTI, référence américaine, baissait fortement et est passé sous les 60 dollars le baril jeudi, à son plus bas depuis plus d'un mois et demi, plombé par les tensions commerciales et la hausse des réserves des Etats-Unis.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite