Menu
A+ A A-

Le pétrole continue à faire la sourde oreille aux mauvaises nouvelles

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole poursuivaient sur leur tendance haussière en fin d'échanges européens, bien décidés à ignorer la récente hausse des stocks américains de brut pour ne retenir que la baisse de la production américaine et à continuer à bénéficier de l'accès de faiblesse du dollar.
Vers 16H15 GMT (18H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 47,62 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en progression de 44 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance prenait 27 cents à 45,60 dollars.

Après deux séances de fortes progressions au plus haut de l'année, les cours du Brent comme du WTI semblaient bien résolus à conserver leur entrain, malgré des fondamentaux ne montrant que de timides signes d'amélioration.

Même si le niveau élevé du marché reste relatif en le comparant aux plus de 100 dollars qu'atteignait le prix du baril à la mi-2014, il a tout de même rebondi de quelque 75% après une chute en février au plus bas depuis 2003, alors même que la surabondance mondiale ne s'est guère résorbée depuis deux mois.

Passé un premier mouvement de baisse, le marché a ainsi réagi positivement aux dernières données pourtant mitigées sur les stocks américains de brut, qui ont encore progressé, les investisseurs choisissant plutôt de se concentrer sur la baisse de la production américaine.

"Le pétrole a continué à progresser grâce à un dollar plus faible et à l'amélioration des fondamentaux sur le front de l'offre après un rapport de l'EIA (Energy Information Administration, une antenne du Département américain de l'Énergie) qui a montré que la production américaine a décliné pour la septième semaine, s'affichant au plus bas depuis octobre 2014", relevait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Le cours du Brent a ainsi atteint jeudi vers 15H30 GMT 47,78 dollars, au plus haut depuis le 10 novembre 2015, tandis que le WTI était monté vers 13H00 GMT jusqu'à 45,71 dollars, un maximum depuis le 5 novembre 2015.

"Rien ne semble en mesure d'arrêter la montée des prix du pétrole en ce moment", commentaient dans une note les experts de Commerzbank. "On fait attention à tout ce qui va dans le sens d'une hausse des cours, alors que l'on ignore largement les actualités" qui démentent cette tendance.

Aussi, pour les experts de Commerzbank, les prix du brut devraient continuer à augmenter à court terme dans un contexte d'optimisme général, même si le marché pétrolier apparaît, selon eux, déjà menacé par la surchauffe et aurait dû subir une correction depuis bien longtemps.

En outre, les cours continuaient à profiter de l'affaiblissement du dollar dans le sillage du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (FOMC), qui a décidé de laisser inchangées ses prévisions économiques et dit continuer à "surveiller de près" les développements économiques et financiers à l'international.

La prudence manifestée à nouveau par la banque centrale américaine a donc confirmé qu'une nouvelle hausse de taux de l'institution, après la première en près de dix ans décidée en décembre, n'était pas d'actualité dans l'immédiat, ce qui a tendance a peser sur le dollar, et bénéficie à l'inverse au pétrole, dont les achats sont libellés en billets verts.

(c) AFP

Commenter Le pétrole continue à faire la sourde oreille aux mauvaises nouvelles


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite