Menu
A+ A A-

Le pétrole opte coûte que coûte pour l'optimisme, sur fond de dollar et de production américaine en baisse

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole se maintenaient dans le vert jeudi en cours d'échanges européens, même si la prudence semblait de mise après la publication de chiffres mitigés sur l'offre américaine publiés mercredi.
Vers 10H30 GMT (12H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 47,21 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 3 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance gagnait 4 cents à 45,37 dollars.

Rien ne semblait devoir perturber l'optimisme du marché, dont la tendance haussière ne s'est quasiment pas démentie depuis début avril, en dépit de nouvelles en demi-teinte concernant les fondamentaux de l'offre et de la demande.

Ainsi, les cours pétroliers n'ont que brièvement flanché mercredi après la publication par le département américain de l'Énergie (DoE) de ses chiffres hebdomadaires sur l'état de l'offre américaine, dont les stocks de brut ont de nouveau augmenté.

Les investisseurs ont, semble-t-il, préféré se concentrer sur la nouvelle baisse hebdomadaire de la production américaine, qui a décliné de 15.000 barils par jour supplémentaires après être récemment passée sous les neuf millions de barils par jour (mbj).

Rien ne semble en mesure d'arrêter la montée des prix du pétrole en ce moment. Les prix ont gagné 3% supplémentaires (mercredi), signant de nouveaux plus hauts en plus de cinq mois, notaient les experts de Commerzbank.

Le cours du WTI a ainsi atteint mercredi jusqu'à 45,62 dollars, au plus haut depuis le 6 novembre 2015, tandis que le Brent a grimpé ce jeudi jusqu'à 47,47 dollars, un maximum depuis le 11 novembre.

Selon les analystes de Commerzbank, l'attention des investisseurs se focalise sur toute nouvelle qui entre dans le tableau général d'une hausse des prix tandis que toute information qui ne correspondrait pas à ce schéma est largement ignorée, ce qui a de nouveau été le cas avec la publication des dernières statistiques sur les réserves américaines de brut.

La forte et inattendue progression des stocks américains de pétrole brut la semaine dernière, de 2 millions de barils au total et de 1,75 million de barils (au terminal pétrolier de) Cushing, n'ont causé qu'un bref glissement des prix, commentaient les analystes de Commerzbank, soulignant que le nouveau déclin de la production américaine avait ensuite permis aux prix de rebondir.

De leur côté, Tamas Varga et Stephen Brennock, analyste chez PVM, soulignaient que le soutien dont bénéficient les cours provient essentiellement de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui à l'issue de la réunion de son Comité de politique monétaire (FOMC), a laissé inchangées ses prévisions économiques et dit continuer à surveiller de près les développements économiques et financiers à l'international.

La prudence manifestée à nouveau par la banque centrale américaine a donc confirmé qu'une nouvelle hausse de taux de l'institution, après la première en près de dix ans décidée en décembre, n'était pas d'actualité dans l'immédiat, ce qui a tendance a peser sur le dollar, et bénéficie à l'inverse au pétrole, dont les achats sont libellés en billets verts.

Une nette baisse des prix dans le sillage immédiat des statistiques hebdomadaires de l'EIA (Energy Information Administration, une antenne du DoE) sur les stocks de pétrole a été suivie par une reprise graduelle à mesure que le dollar s'affaiblissait à l'approche de la décision de politique monétaire de la Fed, relevaient les analystes de PVM.

Ainsi, pour les experts de Commerzbank, les prix devraient continuer à augmenter à court terme dans un contexte d'optimisme général sur le marché pétrolier, même si ce dernier, selon eux, apparaît déjà menacé par la surchauffe et aurait dû subir une correction depuis bien longtemps.

La hausse des prix est basée avant tout sur les attentes que la production américaine va décliner davantage, poursuivaient-ils, mais reste à savoir si cela sera bien le cas étant donné qu'avec un baril à 50 dollars, de nombreux producteurs de schiste américains pourraient être tentés de reprendre leurs activités de forage.

(c) AFP

Commenter Le pétrole opte coûte que coûte pour l'optimisme, sur fond de dollar et de production américaine en baisse


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 26 mars 2019 à 06:02

    Les cours du pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, mais les inquiétudes demeuraient quant au ralentissement économique mondial...

    lundi 25 mars 2019 à 21:13

    Les cours du pétrole restent prudents face au ralentissement…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après une baisse marquée en fin de semaine dernière...

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite