Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit encore en hausse malgré le peu d'actualité

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi une séance sans grande actualité, bénéficiant manifestement d'arbitrages favorables des investisseurs qui leur ont permis d'inscrire une troisième semaine de suite dans le vert.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juin a gagné 55 cents à 43,73 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), effaçant une partie des prises de bénéfices de la veille.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a gagné 58 cents à 45,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"Franchement, je ne suis pas sûr des raisons pour lesquelles les cours montent", a déclaré James Williams, chez WTRG Economics, notant que "le marché souffrait encore de surproduction, et que les réserves dans le monde étaient formidablement importantes".

"De toute évidence, le moral du marché est positif, et le flux d'achats n'est pas tari", commentait pour sa part Tim Evans, remarquant tout de même que "quelques voix commençaient à se demander si les niveaux de prix élevés pouvaient durer".

Parmi les rares éléments susceptibles d'influencer les cours vendredi, le dollar était en hausse. Cela aurait dû, en pénalisant les acheteurs munis d'autres devises puisque les échanges sont libellés en billets verts, exercer une pression à la baisse, ce qui n'a pas semblé être le cas.

Par ailleurs, la société de services pétroliers Baker Hughes a annoncé une nouvelle baisse du nombre de puits en activité aux Etats-Unis, ce qui tendrait à confirmer la tendance à la baisse de la production nord-américaine et à soutenir les cours, mais l'impact sur les prix a été nul.

Les investisseurs semblaient surtout se raccrocher à des déclarations volontaristes de responsables de pays producteurs.

Le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Abdallah el-Badri, s'est dit ainsi confiant jeudi sur le rééquilibrage du marché du pétrole d'ici 2017, même après l'échec de la réunion du 17 avril sur un gel de production.

Il s'est aussi dit convaincu que d'ici la prochaine réunion prévue en juin de l'OPEP à Vienne, il y aurait d'autres rencontres entre pays membres et non membres du cartel.

John Kilduff, chez Again Capital, a fait état pour sa part de déclarations d'un responsable vénézuélien, selon lequel la réunion de l'OPEP de juin pourrait s'ouvrir à des pays non membres du cartel, comme la Russie.

"Ils réussissent bien à soutenir le marché avec ce genre de déclarations", a-t-il dit.

Mais l'échec des discussions de Doha a porté un coup à la crédibilité de l'OPEP, estimait Bernard Aw, analyste chez IG Markets.

Pour les analystes de Commerzbank, "le gel de la production était censé permettre au marché de gérer une période de forte surabondance de l'offre au deuxième trimestre, avant une diminution des excédents attendue au second semestre, sous l'effet combiné d'une baisse de la production américaine et d'une demande saisonnière plus forte", alors un tel gel pourrait "ne plus être nécessaire d'ici" à la mi-2016.

"Après tout, à part l'Iran, à peu près aucun autre producteur de pétrole n'est capable ou disposé à augmenter significativement sa production au deuxième semestre, donc la poursuite des discussions à ce sujet représente beaucoup de bruit pour rien", ajoutaient-ils.

Parmi d'autres facteurs pouvant justifier le niveau élevé des prix du brut, M. Williams a évoqué les solides importations chinoises, la consommation en hausse en Inde, et la bonne tenue de la consommation aux Etats-Unis.

Enfin de son côté, "le pétrole iranien est un peu lent à revenir sur le marché" en raison de difficultés à affréter des pétroliers pour des raisons financières ou d'assurance, a expliqué M. Williams.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 20 septembre 2018 à 14:06

Trump exige de l'Opep une réduction immédiate des prix du pé…

Washington: Le président américain Donald Trump a exhorté jeudi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole à faire baisser "maintenant" les prix du...

jeudi 20 septembre 2018 à 14:03

Dossier Eni/Shell de corruption au Nigeria: deux premières c…

Milan: Une juge de Milan a prononcé jeudi les deux premières condamnations dans un dossier de corruption présumée au Nigeria impliquant les...

jeudi 20 septembre 2018 à 12:16

Le pétrole monte un peu, le marché reprend son souffle

Londres: Les prix du pétrole montaient très légèrement jeudi en cours d'échanges européens après deux séances de hausse marquée dans un marché...

jeudi 20 septembre 2018 à 10:52

Le Premier ministre Français "assume" la hausse de…

Paris: Le Premier ministre Edouard Philippe a dit jeudi "assumer" la hausse des taxes sur les carburants prévue en 2019, jugeant nécessaire...

jeudi 20 septembre 2018 à 05:41

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper en Asie jeudi, portés par un net repli des stocks de brut aux Etats-Unis...

mercredi 19 septembre 2018 à 21:35

Le pétrole profite d'une nouvelle baisse des stocks de brut …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mercredi, portés par l'annonce d'un repli des stocks de brut aux...

mercredi 19 septembre 2018 à 17:49

USA: les stocks de pétrole brut baissent un peu moins que pr…

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé un peu moins que prévu la semaine dernière, selon les chiffres...

mercredi 19 septembre 2018 à 17:35

Corruption en Algérie: ENI et son ex-patron Paolo Scaroni ac…

Milan: L'ex-patron d'Eni, Paolo Scaroni, a été acquitté mercredi de l'accusation de corruption internationale en Algérie, de même que le groupe pétrolier...

mercredi 19 septembre 2018 à 16:06

Le pétrole hésite en attendant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé mercredi en cours d'échanges européens, au lendemain d'une forte hausse et en attendant...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite