Menu
RSS
A+ A A-

Après l'échec de Doha, la Russie se demande à quoi sert l'Opep

prix du petrole MoscouMoscou: Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, s'est interrogé jeudi sur le rôle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), avec laquelle Moscou a tenté en vain de se mettre d'accord sur un gel de production à Doha.
La Russie n'est pas membre du cartel bien qu'elle et l'Arabie saoudite soient considérées comme les premiers pays producteurs dans le monde. Sa production a même atteint des records en début d'année pour la période post-soviétique et est attendue en hausse sur cette année en dépit de la chute des cours.

Nous voyons que les accords au sein de l'OPEP ne sont pas respectés, les quotas sont dépassés. L'OPEP n'entreprend aucune action, a critiqué le ministre dans un entretien au site d'informations RBK.

A la différence des précédentes décennies, aujourd'hui l'OPEP n'a aucune influence sur le marché du pétrole. Par exemple, l'Arabie saoudite augmente son niveau de production, elle pourrait le faire aussi bien en dehors de l'OPEP en menant sa propre politique. La question se pose: quelle est la fonction du cartel' a-t-il poursuivi.

Il a expliqué cette perte d'influence notamment par l'apparition des techniques d'extraction du pétrole de schiste qui permet à des pays consommateurs comme les Etats-Unis de développer leur propre production indépendamment de la volonté des pays exportateurs.

Dans ce contexte, il a jugé que la formule proposée dimanche à Doha, initiée par la Russie en février avec l'accord de Ryad, était la plus propice au compromis en limitant l'offre plutôt qu'en la réduisant.

Cette réunion entre les principaux pays producteurs, qui payent un coût économique très lourd à la chute des cours, s'est achevée à la surprise générale sur un échec, Ryad demandant l'accord de tous les pays de l'OPEP. L'Iran refuse tant qu'il n'a pas retrouvé son niveau de production d'avant les sanctions.

Reconnaissant sa surprise, M. Novak a assuré que cet échec ne constituait pas une tragédie car contrairement à février les prix sont plus ou moins corrects et les fondamentaux du marché fonctionnent.

Après s'être effondrés sous 30 dollars en janvier, le baril est remonté au delà de 40 dollars à Londres et s'y maintient malgré l'échec de Doha.

(c) AFP


Commenter Après l'échec de Doha, la Russie se demande à quoi sert l'Opep

Le pétrole en Russie


mardi 13 février 2018

La Russie veut aider Damas à relancer sa production d'hydroc…

Moscou: La Russie, principale alliée du régime syrien, compte aider Damas à relancer ses gisements d'hydrocarbures et à prospecter pour en exploiter...

mercredi 29 novembre 2017

Pétrole: volonté de poursuivre le plafonnement, suspense sur…

Vienne: La Russie et l'Arabie Saoudite, acteurs clés de l'accord de limitation de production de pétrole en vigueur depuis le début de...

vendredi 17 novembre 2017

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 22 février 2018 à 09:09

TechnipFMC voit son bénéfice plonger en 2017, pénalisé par d…

Paris: Le groupe de services pétroliers TechnipFMC a vu son bénéfice net plonger de 70% l'année dernière et a même accusé une...

jeudi 22 février 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, en dépit d'estimations faisant état d'une baisse des réserves...

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

mardi 20 février 2018 à 21:59

Le pétrole, scrutant toujours l'Opep, en ordre dispersé

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont terminé en ordre dispersé mardi dans un...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite