Menu
A+ A A-

Après l'échec de Doha, la Russie se demande à quoi sert l'Opep

prix du petrole MoscouMoscou: Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, s'est interrogé jeudi sur le rôle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), avec laquelle Moscou a tenté en vain de se mettre d'accord sur un gel de production à Doha.
La Russie n'est pas membre du cartel bien qu'elle et l'Arabie saoudite soient considérées comme les premiers pays producteurs dans le monde. Sa production a même atteint des records en début d'année pour la période post-soviétique et est attendue en hausse sur cette année en dépit de la chute des cours.

Nous voyons que les accords au sein de l'OPEP ne sont pas respectés, les quotas sont dépassés. L'OPEP n'entreprend aucune action, a critiqué le ministre dans un entretien au site d'informations RBK.

A la différence des précédentes décennies, aujourd'hui l'OPEP n'a aucune influence sur le marché du pétrole. Par exemple, l'Arabie saoudite augmente son niveau de production, elle pourrait le faire aussi bien en dehors de l'OPEP en menant sa propre politique. La question se pose: quelle est la fonction du cartel' a-t-il poursuivi.

Il a expliqué cette perte d'influence notamment par l'apparition des techniques d'extraction du pétrole de schiste qui permet à des pays consommateurs comme les Etats-Unis de développer leur propre production indépendamment de la volonté des pays exportateurs.

Dans ce contexte, il a jugé que la formule proposée dimanche à Doha, initiée par la Russie en février avec l'accord de Ryad, était la plus propice au compromis en limitant l'offre plutôt qu'en la réduisant.

Cette réunion entre les principaux pays producteurs, qui payent un coût économique très lourd à la chute des cours, s'est achevée à la surprise générale sur un échec, Ryad demandant l'accord de tous les pays de l'OPEP. L'Iran refuse tant qu'il n'a pas retrouvé son niveau de production d'avant les sanctions.

Reconnaissant sa surprise, M. Novak a assuré que cet échec ne constituait pas une tragédie car contrairement à février les prix sont plus ou moins corrects et les fondamentaux du marché fonctionnent.

Après s'être effondrés sous 30 dollars en janvier, le baril est remonté au delà de 40 dollars à Londres et s'y maintient malgré l'échec de Doha.

(c) AFP

Commenter Après l'échec de Doha, la Russie se demande à quoi sert l'Opep


    Le pétrole en Russie

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

    samedi 27 avril 2019

    Poutine espère que l'Iran pourra continuer à exporter son pé…

    Pékin: Le président russe Vladimir Poutine a émis l'espoir samedi que l'Iran puisse continuer à exporter son pétrole en dépit des efforts...

    samedi 27 avril 2019

    Sanctions contre l'Iran: Moscou n'augmentera pas sa producti…

    Pékin: La Russie n'augmentera pas sa production de pétrole dans l'immédiat, malgré le durcissement des sanctions américaines contre l'Iran, a déclaré samedi...

    jeudi 28 mars 2019

    Ryad peine à fidéliser Moscou sur la réduction de l'offre de…

    Ryad: Le ministre de l'energie russe alexandre novak a dit à son homologue saoudien khalid al-Falih, lors d'une rencontre à Bakou ce...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 24 mai 2019 à 21:37

    Le pétrole se redresse après sa pire séance de l'année

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, se redressant après avoir subi la veille leur pire séance...

    vendredi 24 mai 2019 à 12:12

    Le pétrole rebondit sans effacer le plongeon de la veille

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, le marché reprenant son souffle après avoir subi les plus fortes...

    vendredi 24 mai 2019 à 05:59

    Le pétrole se reprend un peu en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, au lendemain de la pire séance de l'année, mais...

    jeudi 23 mai 2019 à 21:34

    Le baril de brut new-yorkais perd 5,7% au terme de sa pire s…

    Cours de clôture: Le prix du baril de pétrole new-yorkais a clôturé jeudi sa pire séance de l'année sur un plongeon de...

    jeudi 23 mai 2019 à 17:39

    Plus forte baisse de 2019 pour le pétrole sur fond de tensio…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 16:56

    Le pétrole perd plus de 4%, les tensions commerciales s'accr…

    Londres: Les prix du pétrole fondaient jeudi, le Brent, référence internationale, perdant 4% et le WTI américain sombrant de 5% alors que...

    jeudi 23 mai 2019 à 12:13

    Le pétrole souffre de la hausse des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les réserves américaines ont augmenté la semaine dernière et...

    mercredi 22 mai 2019 à 21:53

    Le pétrole chute avec le bond des stocks américains

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté mercredi dans le sillage d'un bond des stocks de brut et de produits...

    mercredi 22 mai 2019 à 17:26

    Hausse surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis

    New York: Les stocks de pétrole brut et ceux des produits raffinés ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 23 mai 2019 Le prix du pétrole WTI, référence américaine, baissait fortement et est passé sous les 60 dollars le baril jeudi, à son plus bas depuis plus d'un mois et demi, plombé par les tensions commerciales et la hausse des réserves des Etats-Unis.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite