Menu
A+ A A-

Le pétrole ouvre en forte baisse à New York après l'échec de Doha

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont ouvert en forte baisse lundi à New York, au lendemain de l'échec d'une réunion entre pays producteurs à Doha censée déboucher sur un gel de la production pour soutenir les prix.
Vers 13H10 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai perdait 1,78 dollar à 38,58 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), réduisant un peu ses pertes par rapport aux échanges électroniques de la nuit.

"On est déçus mais il n'y a pas de sentiment de panique" après l'échec de Doha, a déclaré Phil Flynn, chez Price Futures Group.

A l'ouverture des échanges asiatiques, les cours du brut étaient tombés à 40,10 dollars pour le Brent et 37,61 dollar pour le WTI, au plus bas en dix jours et marquant une dépréciation de respectivement 6,7% et 6,8% par rapport à la clôture de vendredi, avant de réduire leurs pertes.

Les investisseurs avaient espéré voir la réunion de Doha, rassemblant 18 pays producteurs de pétrole membres et non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), aboutir à une décision sur un gel d'une production surabondante qui pèse sur les prix depuis près de deux ans.

Après six heures de tractations, le ministre qatari de l'Énergie Mohammed ben Saleh al-Sada a annoncé que les pays concernés avaient besoin de "plus de temps", douchant l'optimisme des acteurs du secteur. D'autant qu'aucune date n'a été fixée pour une nouvelle réunion.

Les divergences entre l'Iran, qui a annoncé au dernier moment son absence à la réunion, et l'Arabie saoudite ont empêché les tractations d'aboutir.

Pour les experts de Commerzbank, en exigeant la participation de l'Iran à un accord malgré le refus préalable de Téhéran, "l'Arabie saoudite a volontairement torpillé l'accord", ce qui "a considérablement esquinté la crédibilité des producteurs de pétrole en général et de l'OPEP en particulier".

Depuis juin 2014, quand le baril se négociait à 100 dollars, les cours ont dégringolé en raison d'une offre excédentaire que ne parviennent plus à absorber des économies en plein ralentissement, à l'instar de la Chine.

Après avoir touché leurs plus bas niveaux en 13 ans en février, les cours s'étaient repris dans l'espoir d'un accord éventuel pour maîtriser la production.

M. Flynn voulait encore croire lundi que l'échec de la réunion de Doha pourrait à terme entraîner une réaction aux Etats-Unis, qui n'y participaient pas, en prolongeant les difficultés des producteurs américains et en les dissuadant de pomper.

"En fait cette absence d'accord pourrait pousser à la hausse (des cours) un peu plus tard, parce que maintenant la probabilité que les producteurs américains augmentent la production disparaît", a-t-il argumenté.

Par ailleurs les travailleurs du secteur pétrolier au Koweït observaient lundi leur deuxième jour de grève, affectant la production de l'émirat qui a chuté de plus de 60%, ce qui pouvait apporter une mesure de soutien supplémentaire aux cours.

(c) AFP

Commenter Le pétrole ouvre en forte baisse à New York après l'échec de Doha


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 23 mai 2019 à 12:13

    Le pétrole souffre de la hausse des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que les réserves américaines ont augmenté la semaine dernière et...

    mercredi 22 mai 2019 à 21:53

    Le pétrole chute avec le bond des stocks américains

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté mercredi dans le sillage d'un bond des stocks de brut et de produits...

    mercredi 22 mai 2019 à 17:26

    Hausse surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis

    New York: Les stocks de pétrole brut et ceux des produits raffinés ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis...

    mercredi 22 mai 2019 à 12:33

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens avant la publication officielle hebdomadaire sur les stocks américains, un rapport...

    mercredi 22 mai 2019 à 05:45

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, après des estimations faisant état d'une hausse surprise des...

    mardi 21 mai 2019 à 21:56

    Les prix du pétrole divergent dans un marché hésitant

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi alors que les investisseurs ont hésité entre les nombreux sujets agitant les...

    mardi 21 mai 2019 à 12:26

    Le pétrole hésite, entre tensions commerciales et risque géo…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient mardi sans entrain en cours d'échanges européens alors que les investisseurs s'inquiétaient à la fois du...

    mardi 21 mai 2019 à 06:40

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, après que Ryad eut appelé à prolonger un accord...

    lundi 20 mai 2019 à 21:54

    Le pétrole hésite à la clôture, l'Arabie saoudite veut pours…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après un appel de l'Arabie saoudite à prolonger un...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite