Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole perd du terrain, incertain et prudent avant la réunion de Doha

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole se repliaient vendredi en cours d'échanges européens, les investisseurs hésitant à prendre position en attendant le verdict de la réunion entre grands producteurs prévue dimanche à Doha.
Vers 10H30 GMT (12H30 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 43,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 65 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai lâchait 70 cents à 40,80 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir nettement progressé en début de semaine, semblaient engagés depuis mercredi dans une phase de consolidation, se montrant de plus en plus prudents et volatils à mesure que l'échéance de la réunion de Doha approche.

Les prix du pétrole temporisent avant la réunion de dimanche, relevaient les analystes de Commerzbank, qui précisaient qu'il ne fallait s'attendre à aucune forte fluctuation de prix ce vendredi étant donné que les acteurs du marché ne sont guère susceptibles de prendre de nouvelles positions aussi près de la réunion.

De son côté, Joe Rundle, analyste chez ETX Capital, relevait que la volatilité du marché continue alors que les investisseurs sont ballottés par des informations contradictoires quant à savoir si les plus gros producteurs mondiaux de pétrole sont prêts à réfréner leur production lors de la réunion de Doha ce dimanche.

Si le marché espère que cette rencontre débouche sur un accord ambitieux de stabilisation de l'offre entre les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont l'Arabie saoudite, et d'autres qui lui sont extérieurs, notamment la Russie, il ne peut non plus ignorer que les chances sont minces de voir aboutir un accord qui pourrait réellement réduire l'offre excédentaire pesant actuellement sur le marché.

D'autant que les déclarations successives de l'Arabie saoudite, de la Russie et de l'Iran ont ajouté à l'incertitude générale quant à la possibilité de parvenir à un accord de gel de la production même sans la participation de Téhéran, qui ne compte pas envoyer son ministre du Pétrole à la réunion.

Les prix du pétrole sont instables et les informations selon lesquelles le ministre iranien des Finances ne va pas prendre part à la réunion de Doha a pesé sur les cours, notait Brenda Kelly, analyste chez London Capital Group.

La confusion est à son comble et il est difficile de savoir si nous allons voir les producteurs de pétrole s'entendre pour limiter leur production.

L'Arabie saoudite, en tant que producteur d'appoint (qui peut facilement augmenter ou baisser sa production pour s'adapter aux fluctuations de la demande, ndlr), est la clé, mais il a dit clairement qu'il n'agirait que si l'Iran se joint à la fête. Le pétrole c'est comme le Far West, personne ne veut baisser son arme en premier, poursuivait M. Rundle.

De leur côté, les analystes de Commerzbank prévenaient également que leurs attentes concernant la réunion de dimanche étaient faibles.

Même si un accord sur des plafonds de production devait être atteint, cela n'inclura probablement aucun chiffre concret ni aucune obligation, sans parler des sanctions à appliquer en cas de non respect (des engagements), précisaient-ils, exprimant un scepticisme partagé par la plupart des observateurs.

De nombreux analystes mettaient également en garde contre un risque de fort décrochage des prix une fois la réunion passée, à l'instar de ce qui s'était produit après la réunion de l'OPEP début décembre, où aucune décision n'avait été prise.

Il y aura probablement des tentatives pour démontrer la volonté de coopérer sous forme verbale, mais reste à savoir si le marché sera prêt à avaler cela, concluaient les experts de Commerzbank.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 25 septembre 2018 à 05:54

Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper mardi en Asie, portés par la décision de l'Opep et de ses partenaires de...

lundi 24 septembre 2018 à 21:43

Pétrole: l'Opep ignorant Trump, le Brent grimpe au plus haut…

Londres: Le prix du pétrole londonien a grimpé lundi à son niveau le plus élevé depuis novembre 2014 après la décision de...

lundi 24 septembre 2018 à 17:51

France: les prix des carburants en baisse

Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations service françaises se sont affichés en baisse la semaine dernière, selon des chiffres...

lundi 24 septembre 2018 à 16:21

Le pétrole grimpe, le Brent au plus haut depuis 2014 après l…

Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens, le Brent ayant touché son plus haut niveau depuis près de...

lundi 24 septembre 2018 à 15:27

Les majors du pétrole s'engagent à réduire leurs émissions d…

Paris: De grandes compagnies pétrolières réunies dans une coalition internationale se sont engagées lundi à réduire leurs émissions de méthane, se fixant...

lundi 24 septembre 2018 à 11:18

Le baril de pétrole Brent au plus haut depuis novembre 2014…

Londres: Le prix du baril de pétrole Brent a atteint lundi son niveau le plus élevé depuis novembre 2014, à près de...

lundi 24 septembre 2018 à 07:39

Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront s'ils le j…

Alger: Les pays producteurs de pétrole interviendront pour éviter une pénurie sur le marché lorsqu'ils jugeront le moment opportun, a déclaré le...

lundi 24 septembre 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, au lendemain de la décision de l'Opep et de...

dimanche 23 septembre 2018 à 17:04

L'Iran appelle l'Opep à ne pas céder aux "menaces"…

Téhéran: Le ministre iranien du Pétrole a dit espérer que les membres de l'Opep ne céderaient pas aux "menaces" de Donald Trump...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite