Menu
A+ A A-

Incertitudes sur un accord pétrolier à Doha

prix du petrole KoweïtKoweït: Les grands producteurs de pétrole se réuniront dimanche au Qatar pour discuter d'un gel de la production afin de soutenir les prix plombés par une surabondance de l'offre, mais des doutes subsistent sur un ralliement de l'Iran à cette initiative.
Les analystes sont divisés sur les résultats à attendre, qui pourraient tout aussi bien renvoyer les prix à la hausse ou provoquer de nouveau leur effondrement.

La réunion fera le suivi d'un accord de principe sur un gel de la production aux niveaux de janvier, convenu le 16 février à Doha entre l'Arabie saoudite, la Russie, le Qatar et le Venezuela.

Plusieurs experts excluent un impact significatif sur un marché pétrolier toujours volatil malgré l'accord de février. De même, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a prévenu qu'un accord à Doha aurait un impact limité sur l'offre.

De son côté, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a prévenu, avant la réunion devant regrouper des pays membres et non-membres du cartel, que l'offre excédentaire pourrait encore s'accentuer.

L'OPEP a aussi révisé à la baisse ses prévisions de croissance de la demande mondiale cette année et pourrait les réduire davantage.

La chute d'environ 60% des cours du brut depuis juin 2014 a été causée par une surabondance de l'offre, consécutive à une forte augmentation de la production de pétrole non conventionnel, dont le pétrole de schiste américain, et au rejet par l'OPEP en novembre 2014 d'une réduction de la production.

Les pays exportateurs ont en conséquence perdu des centaines de milliards de dollars et accusé des déficits budgétaires qui ont conduit à des mesures d'austérité, notamment dans le Golfe.


- La question de l'Iran

Un accord entre les grands producteurs pourrait théoriquement réduire l'offre excédentaire, stimuler les prix et remédier aux difficultés financières des pays extracteurs d'or noir.

Le sentiment général, c'est qu'un accord sera conclu à Doha pour geler la production aux niveaux de janvier, dit à l'AFP Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

(Il) donnera vraisemblablement aux prix une impulsion supplémentaire à court terme, a-t-il ajouté.

Mais les obstacles persisteront.

L'Arabie saoudite, qui pompait en mars 10,1 millions de barils par jour (mbj), a souligné qu'elle ne gèlerait sa production que si l'Iran en faisait autant.

Téhéran, à peine débarrassée des sanctions occidentales, cherchera à obtenir une dérogation jusqu'à ce que sa production atteigne quelque 4 mbj, son niveau d'avant les sanctions.

Nous ne voyons pas l'Arabie saoudite geler sa production et accepter des augmentations significatives de la part d'autres producteurs, estime auprès de l'AFP Fahad al-Turki, de la firme saoudienne Jadwa Investment.

En revanche, un accord à Doha pourrait rétablir la confiance entre les principaux producteurs et ouvrir la voie à des réductions de la production à l'avenir, selon lui.

Pour Jean-François Seznec, expert pétrolier et professeur à la Georgetown University, l'Iran ne sera pas le principal problème à Doha car ce pays ne pourra augmenter sa production que de 300.000 bj cette année.

L'inquiétude des producteurs, ce n'est pas si l'Iran gèle ou pas, mais plutôt la Russie, explique-t-il à l'AFP.

Mercredi, l'OPEP a indiqué que la production iranienne était ressortie à 3,3 mbj en mars, contre 2,9 mbj en janvier et une moyenne de 2,8 mbj l'an dernier.


- Hausse des prix

Les spéculations sur la réunion de Doha ont toutefois permis jusqu'à présent de soutenir les prix qui, selon l'OPEP, ont gagné 20% en mars, pour se situer à 34,65 dollars le baril, contre 28,72 dollars en février (panier de référence OPEP).

Selon des estimations de l'OPEP, la production des membres du cartel a atteint 32,25 mbj en mars, contre une moyenne de 31,85 mbj en 2015.

Les discussions de Doha décideront du rythme d'un rééquilibrage du marché et de combien les prix pétroliers pourraient augmenter, note Abhishek Deshpande, analyste chez Natixis.

Un accord de gel incluant l'Iran pourrait voir le marché complètement équilibré au troisième trimestre, selon lui.

Quel que soit le résultat de cette réunion, le prix du pétrole ne va pas rebondir bientôt et suffisamment pour équilibrer les finances publiques de la majorité des producteurs, juge pour sa part Christopher Dembik, analyste chez Saxo Bank.

Il avertit ainsi que les prix du brut pourraient retomber à 30/33 dollars le baril en l'absence d'accord.

L'un des objectifs de l'OPEP, qui a refusé de réduire sa production, était de faire sortir du marché les produits à coût élevé, particulièrement le pétrole de schiste américain.

La production de ce dernier a baissé de plus de 600.000 bj en mars, mais il pourrait faire un retour rapide sur le marché si les prix augmentent, craignent certains producteurs.

(c) AFP

Commenter Incertitudes sur un accord pétrolier à Doha


    Le pétrole au Koweït

    Voir toutes les nouvelles du pétrole au Koweït

    mardi 13 novembre 2018

    Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

    Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

    jeudi 26 avril 2018

    L'Irak autorise l'exploration pétrolière près des frontières…

    Bagdad: Le ministère irakien du Pétrole a accordé jeudi trois permis d'exploration pétrolière près de sa frontière avec l'Iran, pour la première...

    lundi 16 avril 2018

    Pétrole: Oman et Koweït exhortent à poursuivre la coopératio…

    Koweït: Le Koweït et Oman ont appelé lundi les pays membres et non-membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 18 novembre 2018 à 17:54

    Bulgarie: blocage des routes contre la hausse du prix des ca…

    Sofia: Des milliers de Bulgares ont bloqué dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière entre la Bulgarie et la Turquie et...

    dimanche 18 novembre 2018 à 16:36

    Sulzer: le prix du pétrole n'inquiète pas le CEO, Vekselberg…

    Zurich: Le directeur général (CEO) de Sulzer, Greg Poux-Guillaume, affirme que malgré les récentes turbulences autour du prix du pétrole, son groupe...

    dimanche 18 novembre 2018 à 14:45

    Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal", mai…

    Paris: Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal" mais son "devoir" est de transformer l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, a...

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:32

    Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite