Menu
A+ A A-

Humiliation pour BP: la paie du DG rejetée par les actionnaires

prix du petrole LondresLondres: Les actionnaires de BP ont symboliquement rejeté une forte hausse de rémunération du DG jugée malvenue en ces temps de vaches maigres dans l'industrie pétrolière, une véritable humiliation pour la direction de la major britannique.
Près de 60% des porteurs de titre du géant de l'or noir se sont prononcés contre le rapport de rémunération de la direction, qui comprend le passage de 16,4 à 19,6 millions de dollars la rémunération totale du directeur général Bob Dudley en 2015.

Cet avis n'est que consultatif mais son caractère négatif, une rareté dans les cercles d'actionnaires, constitue un affront pour la direction du groupe qui avait défendu jusqu'au bout le bien-fondé de cette augmentation.

Les appels à repenser cette généreuse hausse s'étaient multipliés ces derniers jours, y compris chez de puissants actionnaires comme Aberdeen Asset Management, qui goûtent peu cette largesse dispensée au moment où le groupe se serre la ceinture face au plongeon des cours du brut.

Le principe de cette revalorisation avait pourtant été voté par les actionnaires eux-mêmes à l'occasion d'un vote contraignant, mais ce feu vert datait de 2014, une autre ère pour l'industrie du pétrole: le baril s'échangeait alors au-dessus des 100 dollars mais la course à la production engagée par de grands acteurs mondiaux de l'or noir, au premier rang desquels l'Arabie saoudite, l'a fait chuter aux alentours de 40 dollars actuellement.

Amorcée en juin 2014, la chute des cours a entraîné un net repli du cours de l'action BP, tombée de quelque 500 pence alors à guère plus de 350 aujourd'hui.

Elle a aussi et surtout poussé le géant pétrolier à multiplier les mesures de restructuration, comme la suppression de 4.000 postes cette année dans la partie amont (exploration, production) et 3.000 de plus d'ici à la fin 2017 dans l'aval (raffinage, distribution). En 2015, BP a subi une perte nette abyssale de 6,5 milliards de dollars.

- Un chantier de plus

Dans ce nouveau contexte, la responsable de la gouvernance d'entreprises chez Royal London Asset Management, Ashley Hamilton Claxton, a jugé que le conseil d'administration de BP avait perdu le sens des réalités en maintenant le bond de la paie de M. Dudley.

D'éminents membres du patronat avaient aussi froncé les sourcils, comme Simon Walker, le chef de l'Institute of Directors, qui a rappelé que la rémunération devait être directement liée à la performance et avait appelé les actionnaires de BP à se montrer sourcilleux à ce propos.

A l'ouverture de l'assemblée générale, le président de la major pétrolière, Carl-Henric Svanberg, avait tenté de calmer les esprits en notant une inquiétude réelle parmi ses actionnaires.

Nous vous entendons. Nous nous assiérons avec nos principaux actionnaires pour bien comprendre leurs inquiétudes et reviendrons devant vous pour demander votre soutien à une politique renouvelée en la matière, avait-il promis.

Mais il avait dans le même temps semblé écarter toute révision immédiate des émoluments de M. Dudley, soulignant que la performance des dirigeants avait été remarquable l'an passé dans une période très mouvementée.

La rémunération reflète cela et est en adéquation avec notre politique, avait-il martelé, mettant en avant les réalisations opérationnelles importantes et le rôle majeur de Bob Dudley pour restructurer BP face au repli des cours.

Avec le camouflet essuyé jeudi, la réforme de la rémunération des dirigeants constitue néanmoins un nouveau chantier de taille pour le géant pétrolier qui, au-delà des conséquences de la chute des cours, doit encore gérer les suites de la marée noire de 2010 dans le Golfe du Mexique, qui l'a contraint à mettre de côté déjà 55,5 milliards de dollars.

A ce sujet, la justice américaine a validé début avril l'accord de 20,8 milliards de dollars conclu par BP avec les autorités de ce pays, ce qui clôt le volet proprement gouvernemental de la catastrophe. Mais le groupe britannique n'en a pas fini pour autant avec ce dossier qui fait toujours l'objet de recours judiciaires, entre autres.

(c) AFP

Commenter Humiliation pour BP: la paie du DG rejetée par les actionnaires


    La Compagnie pétrolière britannique BP

    BP et Reliance s'allient dans les stations-service en Inde

    mardi 06 août 2019

    Londres: Le groupe pétrolier britannique BP et le conglomérat indien Reliance Industries ont annoncé mardi la création d'une coentreprise afin de déployer un vaste réseau de stations-service en Inde.

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 16 août 2019 à 21:39

    Le pétrole en légère hausse, mais le marché inquiet d'une fa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement progressé vendredi mais les investisseurs restaient prudents, dans un marché toujours préoccupé par...

    vendredi 16 août 2019 à 16:11

    Le pétrole efface une partie de ses gains après le rapport m…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, mais effaçaient une partie de leurs gains après la publication par...

    vendredi 16 août 2019 à 14:51

    Norvège: la production de pétrole rebondit en juillet par ra…

    Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a nettement augmenté (+37%) en juillet par rapport à...

    vendredi 16 août 2019 à 14:08

    Nouvelle baisse de la production de pétrole en juillet (Opep…

    Paris: La production de pétrole des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a de nouveau baissé en juillet, en...

    vendredi 16 août 2019 à 11:10

    Le pétrole monte dans un climat d'incertitude

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, alors qu'un climat d'incertitude a vu les cours faire le yo-yo...

    jeudi 15 août 2019 à 21:04

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé jeudi, toujours plombés par les inquiétudes sur l'économie mondiale et la hausse des...

    jeudi 15 août 2019 à 13:36

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Londres: Les prix du pétrole baissaient jeudi en cours d'échanges européens, toujours sous l'effet des craintes sur l'économie mondiale, renforcées par les...

    mercredi 14 août 2019 à 22:04

    Le pétrole dégringole, miné par les stocks américains et les…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement reculé mercredi, lestés par la hausse des stocks de brut aux États-Unis et...

    mercredi 14 août 2019 à 17:56

    Le pétrole chute, miné par les craintes économiques

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mercredi en cours d'échanges européens, après l'annonce des stocks américains et alors que les marchés mondiaux souffraient...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 30 juillet 2019 La chute des exportations de pétrole de l'Iran sont tombées en juillet à un plus bas de 100.000 barils par jour.
    L'Iran, l'un des membres fondateurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a accentué la baisse de l'offre du cartel mais les cours du brut n'en ont pas moins reculé à environ 64 dollars actuellement contre un plus haut de 2019 à 75 dollars, sur fond d'inquiétudes sur la croissance mondiale et la demande.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite