Menu
RSS
A+ A A-

Humiliation pour BP: la paie du DG rejetée par les actionnaires

prix du petrole LondresLondres: Les actionnaires de BP ont symboliquement rejeté une forte hausse de rémunération du DG jugée malvenue en ces temps de vaches maigres dans l'industrie pétrolière, une véritable humiliation pour la direction de la major britannique.
Près de 60% des porteurs de titre du géant de l'or noir se sont prononcés contre le rapport de rémunération de la direction, qui comprend le passage de 16,4 à 19,6 millions de dollars la rémunération totale du directeur général Bob Dudley en 2015.

Cet avis n'est que consultatif mais son caractère négatif, une rareté dans les cercles d'actionnaires, constitue un affront pour la direction du groupe qui avait défendu jusqu'au bout le bien-fondé de cette augmentation.

Les appels à repenser cette généreuse hausse s'étaient multipliés ces derniers jours, y compris chez de puissants actionnaires comme Aberdeen Asset Management, qui goûtent peu cette largesse dispensée au moment où le groupe se serre la ceinture face au plongeon des cours du brut.

Le principe de cette revalorisation avait pourtant été voté par les actionnaires eux-mêmes à l'occasion d'un vote contraignant, mais ce feu vert datait de 2014, une autre ère pour l'industrie du pétrole: le baril s'échangeait alors au-dessus des 100 dollars mais la course à la production engagée par de grands acteurs mondiaux de l'or noir, au premier rang desquels l'Arabie saoudite, l'a fait chuter aux alentours de 40 dollars actuellement.

Amorcée en juin 2014, la chute des cours a entraîné un net repli du cours de l'action BP, tombée de quelque 500 pence alors à guère plus de 350 aujourd'hui.

Elle a aussi et surtout poussé le géant pétrolier à multiplier les mesures de restructuration, comme la suppression de 4.000 postes cette année dans la partie amont (exploration, production) et 3.000 de plus d'ici à la fin 2017 dans l'aval (raffinage, distribution). En 2015, BP a subi une perte nette abyssale de 6,5 milliards de dollars.

- Un chantier de plus

Dans ce nouveau contexte, la responsable de la gouvernance d'entreprises chez Royal London Asset Management, Ashley Hamilton Claxton, a jugé que le conseil d'administration de BP avait perdu le sens des réalités en maintenant le bond de la paie de M. Dudley.

D'éminents membres du patronat avaient aussi froncé les sourcils, comme Simon Walker, le chef de l'Institute of Directors, qui a rappelé que la rémunération devait être directement liée à la performance et avait appelé les actionnaires de BP à se montrer sourcilleux à ce propos.

A l'ouverture de l'assemblée générale, le président de la major pétrolière, Carl-Henric Svanberg, avait tenté de calmer les esprits en notant une inquiétude réelle parmi ses actionnaires.

Nous vous entendons. Nous nous assiérons avec nos principaux actionnaires pour bien comprendre leurs inquiétudes et reviendrons devant vous pour demander votre soutien à une politique renouvelée en la matière, avait-il promis.

Mais il avait dans le même temps semblé écarter toute révision immédiate des émoluments de M. Dudley, soulignant que la performance des dirigeants avait été remarquable l'an passé dans une période très mouvementée.

La rémunération reflète cela et est en adéquation avec notre politique, avait-il martelé, mettant en avant les réalisations opérationnelles importantes et le rôle majeur de Bob Dudley pour restructurer BP face au repli des cours.

Avec le camouflet essuyé jeudi, la réforme de la rémunération des dirigeants constitue néanmoins un nouveau chantier de taille pour le géant pétrolier qui, au-delà des conséquences de la chute des cours, doit encore gérer les suites de la marée noire de 2010 dans le Golfe du Mexique, qui l'a contraint à mettre de côté déjà 55,5 milliards de dollars.

A ce sujet, la justice américaine a validé début avril l'accord de 20,8 milliards de dollars conclu par BP avec les autorités de ce pays, ce qui clôt le volet proprement gouvernemental de la catastrophe. Mais le groupe britannique n'en a pas fini pour autant avec ce dossier qui fait toujours l'objet de recours judiciaires, entre autres.

(c) AFP

La Compagnie pétrolière britannique BP

BP encore dopé par la hausse des cours du pétrole

mardi 31 juillet 2018

Londres: Le géant pétrolier britannique BP a fortement amélioré sa rentabilité au deuxième trimestre, à la faveur de la hausse des cours, ce qui lui permet de recompenser ses actionnaires et de renforcer sa présence sur le marché américain.

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 16 août 2018 à 06:25

Le pétrole remonte en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, jeudi en Asie, après le plongeon enregistré la veille en raison du...

mercredi 15 août 2018 à 21:56

Le pétrole sous la pression de stocks abondants et d'un doll…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, déjà sous la pression d'une hausse du dollar depuis plusieurs séances, ont plongé mercredi après...

mercredi 15 août 2018 à 18:17

USA: les stocks de brut bondissent, le cours chute

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont bondi la semaine dernière à la surprise des analystes, selon les chiffres...

mercredi 15 août 2018 à 16:21

Le pétrole recule avant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les réserves américaines, alors...

mercredi 15 août 2018 à 13:24

Le pétrole baisse, pénalisé par les stocks américains et la …

Londres: Les prix du pétrole baissaient mercredi en cours d'échanges européens, après la hausse surprise des stocks américains, selon la fédération professionnelle...

mardi 14 août 2018 à 22:04

Le pétrole, affecté par la flambée du dollar, recule

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mardi dans un marché influencé par un dollar au plus haut depuis...

mardi 14 août 2018 à 16:10

Le pétrole remonte dans un marché plus confiant

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient mardi en cours d'échanges européens alors qu'une accalmie de la crise turque redonnait le goût du...

mardi 14 août 2018 à 12:55

Le pétrole profite d'une accalmie de la crise turque

Londres: Les prix du pétrole rebondissaient mardi en cours d'échanges européens alors qu'une accalmie de la crise turque redonnait le goût du...

mardi 14 août 2018 à 07:52

Le pétrole orienté à la hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi, du fait d'achats à bon compte, mais les investisseurs demeuraient globalement...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite