Menu
A+ A A-

Le pétrole poursuit sa pause en attendant l'issue de la réunion de Doha

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole perdaient un peu de terrain jeudi en cours d'échanges européens, digérant l'annonce d'une très nette hausse des réserves américaines de brut la semaine dernière et ne sachant trop à quoi s'attendre concernant la réunion entre grands producteurs programmée ce dimanche au Qatar.
Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 44,07 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 11 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai perdait 9 cents à 41,67 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir clôturé en baisse mercredi au terme d'une séance particulièrement volatile et marquée par la publication d'une très forte hausse des stocks de brut aux États-Unis, cherchaient de nouveau à accrocher un cap ce jeudi.

Le Brent comme le WTI évoluaient à proximité de l'équilibre, redescendant de leurs plus hauts en quatre mois et demi atteints la veille à respectivement 44,94 dollars et 42,42 dollars.

Les cours n'ont que peu réagi à l'annonce, a priori défavorable, par le département américain de l'Énergie (DoE) d'une hausse hebdomadaire de plus de six millions de barils des réserves de brut aux États-Unis.

Pour expliquer la bonne tenue des cours, les observateurs citaient le déclin persistant de la production américaine, passée sous les neuf millions de barils par jour, une nette baisse des stocks d'essence et de ceux du terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma) ou le fait que la forte progression des réserves de brut avait déjà été anticipée par la fédération American Petroleum Institute (API), dans des estimations publiées la veille au soir.

"La faiblesse du pétrole est en partie due à la surabondance d'offre mais la prudence abonde également à l'approche de la réunion de Doha plus tard cette semaine", relevait Brenda Kelly, analyste chez LCG, précisant que la force du dollar participait également de cette légère baisse des cours.

Le marché pétrolier restait en effet obnubilé par la perspective d'une réunion entre une quinzaine de pays producteurs, sans les États-Unis mais avec la Russie et la plupart des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dimanche à Doha au Qatar, dont le but est de stabiliser une offre actuellement pléthorique dans le monde.

"Des informations émanant des cercles proches du ministère russe de l'Énergie suggèrent que la réunion décidera uniquement d'un accord sans plafonds de production contraignants", soulignaient les analystes de Commerzbank, ajoutant que l'Iran ne prendrait de toute façon pas part à l'accord quel qu'il soit, d'autant que le pays va probablement n'envoyer qu'un délégué de second rang à Doha.

Les médias iraniens ont en effet rapporté que le ministre ne comptait pas participer au sommet, au moment où Téhéran entend faire son grand retour sur le marché mondial à la suite de la levée de sanctions liées à son programme nucléaire.

Dans un rapport publié jeudi, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime qu'un éventuel gel de la production des principaux pays producteurs de pétrole aurait de toute façon un "impact limité", le rééquilibrage en cours du marché étant surtout dû à une baisse de la production américaine de pétrole de schiste.

Or, selon les experts de Commerzbank, les derniers chiffres publiés mercredi par le DoE ont apporté une confirmation du fait que cette baisse s'accélérait, la production américaine de pétrole ayant décliné la semaine dernière de 31.000 barils par jour, à 8,977 millions de barils par jour, soit le niveau le plus bas depuis la fin d'octobre 2014.

"Nous nous attendons à ce que le prochain gros mouvement (des prix) se produise durant le week-end et au début de la semaine prochaine, en partant du principe que les marchés vont devoir digérer ce que les délégués présents à Doha auront à dire (que ce soit haussier ou baissier...)", concluait Augustin Eden, analyste chez Accendo Markets.

(c) AFP

Commenter Le pétrole poursuit sa pause en attendant l'issue de la réunion de Doha


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 20 juillet 2019 à 16:55

    L'Iran sourd aux appels à libérer un pétrolier battant pavil…

    Londres: L'Iran restait samedi sourd aux multiples appels à libérer un pétrolier battant pavillon britannique arraisonné dans le détroit d'Ormuz, le Royaume-Uni...

    samedi 20 juillet 2019 à 12:03

    Le pétrolier britannique impliqué dans un incident en mer av…

    Genève: Le pétrolier britannique Stena Impero a été impliqué dans un incident avec un bateau de pêche avant d'être confisqué par les...

    samedi 20 juillet 2019 à 11:52

    Le pétrole en hausse après l'arraisonnement d'un pétrolier b…

    New York: Les prix du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi, après plusieurs jours de baisse, poussés en fin de séance par...

    vendredi 19 juillet 2019 à 11:40

    Le pétrole en hausse après que Washington a annoncé la destr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, aidés par l'accroissement des tensions entre les États-Unis et l'Iran dans...

    jeudi 18 juillet 2019 à 21:27

    Le pétrole baisse face au surplus d'offre et aux tensions co…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé pour la sixième séance de suite jeudi, réagissant à la crainte d'une offre...

    jeudi 18 juillet 2019 à 12:09

    Le pétrole morose au lendemain des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole remontaient sans entrain jeudi en cours d'échanges européens, après avoir souffert la veille, notamment du fait d'un...

    mercredi 17 juillet 2019 à 21:37

    Le pétrole recule avec la baisse de la demande américaine d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont baissé pour la troisième journée de suite mercredi, lestés par l'annonce d'une hausse surprise...

    mercredi 17 juillet 2019 à 17:14

    USA: les stocks de pétrole brut baissent pour la cinquième s…

    New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé conformément aux attentes la semaine dernière aux Etats-Unis, baissant pour la cinquième semaine...

    mercredi 17 juillet 2019 à 10:36

    Le pétrole remonte un peu après sa chute de mardi et avant l…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi au début des échanges européens après leur chute de mardi sur fond de signaux...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite