Menu
A+ A A-

Le pétrole s'érode après son envolée de mardi, attendant prudemment les stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole perdaient un peu de terrain mercredi en cours d'échanges européens, reprenant leur souffle après leur très forte progression de la veille et en attendant les dernières données sur les réserves américaines de brut, prévues en hausse.
Vers 10H25 GMT (12H25 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 44,33 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 36 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai lâchait 49 cents à 41,68 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après avoir bondi de respectivement 4,7% et 4,5% mardi, galvanisés par l'annonce d'un consensus sur un gel de la production entre la Russie et l'Arabie saoudite, reprenaient quelque peu leur souffle ce mercredi, en attendant les derniers chiffres sur les stocks américains de brut.

Le prix de la référence européenne du brut a même grimpé mardi jusqu'à 44,81 dollars, un maximum depuis le 4 décembre dernier, tandis que son homologue américain a atteint le même jour jusqu'à 42,25 dollars, au plus haut depuis fin novembre.

Le pétrole a bondi mardi dans le sillage d'informations selon lesquelles l'Arabie saoudite et la Russie ont atteint un accord sur un gel de la production de pétrole, ce qui a par conséquent encouragé l'optimisme quant à une solution à la surabondance d'offre, notait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Plusieurs analystes relativisaient toutefois l'impact de ce consensus dans la mesure où l'Arabie saoudite et la Russie étaient déjà parvenues à un accord de cette nature -conditionné à la participation d'autres producteurs- lors d'une réunion le 16 février à Ryad.

Ce dernier, également conclu par le Qatar et le Venezuela, avait déjà permis aux cours de massivement rebondir après être tombés au plus bas depuis 2003, mais les marchés avaient peu à peu commencé à s'interroger, non seulement sur son extension à d'autres participants mais aussi sur l'éventualité d'une baisse concertée de l'offre, au-delà d'un simple gel.

M. Otunuga se montrait également prudent, soulignant que dans la mesure où la source des déclarations relayées par Interfax mardi restait anonyme, cela pourrait constituer un stratagème des membres de l'OPEP pour exploiter la volatilité des marchés et pousser ainsi les prix à la hausse de manière purement spéculative, sans réelle intention d'un gel ou d'une réduction de production.

Il y a encore un air d'anticipation à l'approche de la réunion de Doha et si jamais cette dernière échouait à répondre aux attentes du marché, on pourrait aisément voir le baril soumis à une forte pression et les actifs à risques piquer du nez, commentait Chris Weston, analyste chez IG.

Un avis partagé par les analystes de Commerzbank, selon lesquels il est probable que d'importantes prises de bénéfices suivent la réunion de Doha, entraînant une forte baisse des cours, suivant le vieil adage voulant que les investisseurs achètent la rumeur mais vendent les faits.

Ces derniers faisaient également remarquer que puisque la participation de l'Iran à un gel de la production ne semblait plus un prérequis et qu'il était exclu que d'autres pays procèdent à des réductions de production volontaires, la production de l'OPEP allait vraisemblablement continuer à augmenter après la réunion de dimanche.

L'OPEP a d'ailleurs rappelé dans son rapport mensuel publié mercredi que l'offre mondiale de pétrole restait structurellement surabondante, précisant que l'excédent s'était chiffré à 2,52 millions de barils par jour au premier trimestre.

A plus court terme toutefois, M. Weston rappelait que l'attention des investisseurs serait surtout mobilisée par les dernières statistiques hebdomadaires du département américain de l'Énergie (DOE) attendues à 14H30 GMT.

Les analystes interrogés par l'agence Bloomberg s'attendaient, selon une prévision médiane, à ce que les stocks de brut se soient étoffés d'un million de barils, tandis qu'ils anticipaient une baisse de 1,5 million de barils de ceux d'essence et une hausse de 200.000 barils de ceux de produits distillés (dont le diesel et le fioul de chauffage).

(c) AFP

Commenter Le pétrole s'érode après son envolée de mardi, attendant prudemment les stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 18 novembre 2018 à 17:54

    Bulgarie: blocage des routes contre la hausse du prix des ca…

    Sofia: Des milliers de Bulgares ont bloqué dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière entre la Bulgarie et la Turquie et...

    dimanche 18 novembre 2018 à 16:36

    Sulzer: le prix du pétrole n'inquiète pas le CEO, Vekselberg…

    Zurich: Le directeur général (CEO) de Sulzer, Greg Poux-Guillaume, affirme que malgré les récentes turbulences autour du prix du pétrole, son groupe...

    dimanche 18 novembre 2018 à 14:45

    Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal", mai…

    Paris: Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal" mais son "devoir" est de transformer l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, a...

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:32

    Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite