Menu
A+ A A-

Les espoirs d'un accord Ryad-Moscou portent le pétrole au plus haut de l'année

prix du petrole New YorkNew York: Les cours pétroliers ont fini mardi au plus haut de l'année, poursuivant leur rebond à la faveur de rumeurs sur un nouvel accord entre Ryad et Moscou pour stabiliser leur offre, en pleine spéculation sur l'issue d'une réunion dimanche entre pays producteurs.
Le cours du baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai a gagné 1,81 dollar à 42,17 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), soit un niveau où il n'avait plus terminé depuis novembre.

A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, a lui aussi terminé au plus haut de l'année en prenant 1,86 dollar à 44,69 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Les cours, qui avaient déjà fortement monté depuis une semaine, ont accéléré mardi après que l'agence russe Interfax a annoncé que la Russie et l'Arabie saoudite étaient parvenus à un consensus sur un plafonnement de leur production, a rapporté dans une note Tim Evans, de Citi.

Ces rumeurs, semi-officielles vu le statut d'Interfax, viennent alimenter les spéculations des investisseurs à l'approche d'une réunion entre pays producteurs dimanche à Doha (Qatar), à laquelle participeront l'Arabie saoudite, membre dominant de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et la Russie, qui ne fait pas partie du cartel, et dont le but affiché est de trouver un accord susceptible de limiter l'actuelle surabondance d'or noir.

Il faut quand même noter que (l'Arabie et la Russie) étaient déjà parvenues à un accord -conditionné à la participation d'autres producteurs- lors d'une réunion le 16 février à Ryad, a relativisé M. Evans, pour qui le consensus évoqué mardi appartient donc aux archives plutôt qu'à l'actualité.

L'accord de février, également conclu par le Qatar et le Venezuela, avait déjà permis aux cours de massivement rebondir après être tombés au plus bas depuis 2003, mais les marchés avaient peu à peu commencé à s'interroger, non seulement sur son extension à d'autres participants mais aussi sur l'éventualité d'une baisse concertée de l'offre, au-delà d'un simple gel.


- Réserves américaines

"Désormais, la confiance semble revenir et les investisseurs se projettent sur la réunion de Doha", a reconnu Mike Lynch de Strategic Energy & Economic Research. "Le sentiment général, c'est que l'on a atteint un plancher... Mais je crains franchement que ce soit exagéré et que l'on soit allés trop vite".

Ce sentiment était partagé par de nombreux observateurs, qui mettent déjà en garde sur un brusque repli du marché au cas où la réunion de Doha déboucherait sur une issue décevante, même si la prudence des commentaires contraste avec l'ampleur du rebond des cours.

"En 2003 ou 2004, à l'époque où les cours ont pour la première fois dépassé 40 dollars, j'étais allé à une conférence à New York et toutes les personnes, certaines présentes depuis des années sur le marché pétrolier, disaient: +Je n'arrive pas à comprendre ce qui se passe !+", a reconnu M. Lynch.

"C'est que la psychologie des investisseurs les pousse parfois à négliger des éléments que des observateurs de plus long terme trouveraient peu encourageants", a-t-il estimé.

"Actuellement, ce sont des échanges en partie basés sur une dynamique où l'on a peur parce que l'on voit quelqu'un d'autre passer à l'achat."

Bien que les esprits soient obnubilés par la perspective de la réunion de Doha, les investisseurs ont digéré mardi d'autres éléments, comme le fait plutôt encourageant que le département américain de l'Energie (DoE) a relevé dans un rapport mensuel sa prévision de cours pour cette année, avant des publications semblables de l'Opep et l'Agence internationale de l'Energie (AIE) les deux prochains jours.

Enfin, "on va peut-être moins se concentrer que d'habitude sur les chiffres hebdomadaires sur les réserves de pétrole aux Etats-Unis", qui ne participeront pas au sommet de dimanche, "mais ils méritent toujours d'y faire attention", a prévenu M. Evans.

La fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) va publier ses estimations sur le sujet mardi après la clôture, avant les chiffres officiels du DoE le lendemain.

(c) AFP

Commenter Les espoirs d'un accord Ryad-Moscou portent le pétrole au plus haut de l'année


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:58

    GNL: Total espère finaliser en 2019 un accord sur un projet …

    port moresby: Total espère finaliser au début 2019 un accord pour le développement d'un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) en Papouasie-Nouvelle-Guinée...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:40

    Le pétrole continue de monter en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse en Asie vendredi après avoir dégringolé pendant un moment mais restaient sous pression du...

    jeudi 15 novembre 2018 à 21:50

    Le pétrole poursuit sa convalescence malgré un bond des stoc…

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé jeudi, poursuivant leur timide rebond entamé la veille après une série de plongeons...

    jeudi 15 novembre 2018 à 17:45

    USA: la production record de pétrole brut tire les stocks à …

    New York: Les stocks de pétrole brut aux États-Unis ont augmenté bien plus que prévu la semaine dernière, tirés notamment par une...

    jeudi 15 novembre 2018 à 16:20

    Le pétrole remonte encore mais les craintes de surabondance …

    Londres: Les cours du pétrole montaient jeudi en cours d'échanges européens pour la deuxième séance consécutive sans parvenir à effacer les pertes...

    jeudi 15 novembre 2018 à 12:46

    La Russie satisfaite d'un baril de pétrole à 70 dollars (Pou…

    Singapour: Un baril de pétrole à 70 dollars "convient parfaitement" à la Russie, a indiqué jeudi Vladimir Poutine, tout en promettant de...

    jeudi 15 novembre 2018 à 12:25

    Les prix du pétrole divergent, le marché hésite avant les st…

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient jeudi en cours d'échanges européens, alors que les données hebdomadaires sur les réserves américaines pourraient éclairer...

    jeudi 15 novembre 2018 à 05:42

    Le pétrole repart à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reprenaient leur chute jeudi en Asie après avoir rebondi, des estimations sur les stocks de brut américain...

    mercredi 14 novembre 2018 à 21:39

    Le pétrole rebondit après une série noire

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à New York et Londres ont rebondi mercredi après avoir cumulé plusieurs séances de...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite